Bienvenue aux insatiables !



Un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par l’ancienne équipe de Cassandre et celle du jeune Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


Mots clefs associés : La Maldita Vanidad Teatro - Théâtre - Jorge Hugo Marin Critique - Ecologie - Bruno Boussagol Tribune - Avignon Campagne - Archives El Hamra Cinéma Cassandre/Horschamp 85 - Suzanne Citron Rroms Maison d’Europe et d’Orient - Dominique Dolmieu - Asja Srnec Todorovic Luttes - Stéphane Hessel et Jean Lacouture - Cassandre/Horschamp 84 Musique Conte - Nicolas Bonneau Si loin si proche - Syrie - poésie - Fadwa souleimanS Politique culturelle - Economie culturelle Oralité - Cassandre/Horschamp 88 - Uzeste - Bernard Lubat Langue - Ghérasim Luca Danse Bibliophage - Cassandre/Horschamp 89 - Philosophie - Bernard Stiegler Géo-Graphies - Zones d’autonomie artistique Urbanisme - Architecture Cassandre/Horschamp 82 - Marie-José Mondzain Politique de l’art - Arts de la rue Serge Pey Grigny Soutien Rencontres et forums - Médias différents - Grenoble Livres - Culture Performance L’art hors-champs - Festival - Éducation populaire - Révoltes

Trois jours de Manifeste à Grande Synthe [3]
15 juillet 2015 par Coline Merlo

Elles étaient les stars du jour, à la prestation très attendue. Deux des Femen ont pris la parole pour présenter leur manifeste au Manifeste. [2]
Si politique suppose une vue panoramique des effets et des causes systémiques, permettant d’avoir prise sur le monde pour le transformer, alors la classe politique actuelle n’en fait pas plus preuve que Femen international.

Brèves

En ce début d’été de belles choses autour d’Armand Gatti se dérou­le­ront à Montreuil. Quelques jours où nous pour­rons nous replon­ger dans les mots du poète, dis­paru ce prin­temps, mais tou­jours là autour de nous, dans cette Maison de l’Arbre qui nous a accueillis.


Cette his­toire simple, et les contrain­tes qu’elle nous impose, convien­nent à un théâ­tre sim­ple­ment arti­sa­nal. Pas de recours aux tech­ni­ques contem­po­rai­nes. Technique qui fut l’immense chan­tier d’Anders. « Le « trop grand » nous laisse froids, mieux (car le froid serait encore une sorte de sentir) même pas froids, mais com­plè­te­ment intou­chés ; nous deve­nons des anal­pha­bè­tes de l’émotion ». Tout son tra­vail consiste à faire de celui qui a vécu « la chose » que ce soit Hiroshima, Auschwitz... le seul déten­teur Ce-quel­que-chose-qui-est-la-De

Cette année le fil rouge du fes­ti­val est "Le bateau", celui des pêcheurs de Camaret, celui du Bateau Ivre et aussi celui dans lequel s’embar­quent des mil­liers de femmes et d’hommes à la recher­che d’un avenir plus pai­si­ble...


De juin à octo­bre 2017, les péré­gri­na­tions poé­ti­ques acti­ves sono­res et tex­tuel­les de Julien Blaine à tra­vers le pays… Il voci­fère, il faut s’y faire !


Cette année encore, pour notre grand plai­sir, la Maison de l’Arbre nous ouvre ses portes pour le fes­ti­val TaParole qui s’annonce bien pro­met­teur.