Bienvenue aux insatiables !



Un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par l’ancienne équipe de Cassandre et celle du jeune Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


Brèves

Le Manifeste du théâtre citoyen

par L’Insatiable
Thématique(s) : Parti-pris , Politique de l’art Sous thématique(s) : Politique culturelle
Télécharger la version PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable


Après les attentats qui viennent d’attaquer, avec la plus grande des violences, le contrat social qui nous lie, chacun se demande : Que faut-il faire ? Nous, compagnies de Théâtre Citoyen, sommes surpris – et désolés – d’entendre seulement aujourd’hui, comme une sorte de consensus : « Il faut des personnes de terrain, dans les écoles, les quartiers, les prisons, pour débattre, parler ; ne plus abandonner l’école et les valeurs républicaines. Il faut de la prévention. La répression ne suffit pas ».

Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’éducation nationale, a déclaré : « Même là où il n’y a pas eu d’incidents, il y a eu de trop nombreux questionnements de la part des élèves. Et nous avons tous entendu les "Oui je soutiens Charlie, mais", les "deux poids, deux mesures", les "pourquoi défendre la liberté d’expression ici et pas là ?" Ces questions nous sont insupportables, surtout lorsqu’on les entend à l’école, qui est chargée de transmettre des valeurs »
Boris Cyrulnik, interviewé au lendemain des attentats, déclare que, dans les quartiers défavorisés, depuis trop longtemps livrés à l’abandon, laissant derrière eux une jeunesse perdue : « la solution serait de leur envoyer des gens de culture », une culture qui « se fait par les gens de théâtre, par des gens de terrain […] qui proposent des fictions qui touchent les enfants…  ».

Précisément, au 5ème siècle avant J.C., la démocratie athénienne a inventé le théâtre pour tenir la violence éloignée de la Cité. Cette fonction du théâtre reste aujourd’hui effective et nécessaire.

Nous en faisons chaque jour l’expérience, nous, compagnies de théâtre forum, intervenants, associations et structures qui pratiquons le Théâtre Citoyen au cœur des quartiers, des écoles, des institutions, des prisons. C’est pourquoi nous jugeons nécessaire de faire entendre notre voix.

Notre théâtre s’appuie sur les valeurs de l’éducation populaire. Il favorise la rencontre, la prise de parole, l’écoute, l’échange collectif, le débat, et, à ce titre, il participe d’une culture engagée dans la recherche d’une vraie paix sociale.
En pratique, nos pièces de théâtre présentent des problèmes d’actualité (violence, addictions, racisme, laïcité, respect filles/garçons, citoyenneté…) et exposent les difficultés, voire les drames, qui en résultent pour les personnages. Au terme de la représentation, nous ouvrons le débat et invitons les spectateurs à remplacer l’un ou l’autre des acteurs pour trouver une solution positive aux problèmes posés par l’histoire.

Cette démarche permet de tisser du lien social, d’encourager le débat de manière à confronter les idées dans le respect mutuel et à co-construire de la connaissance. Nous travaillons ainsi à améliorer le « vivre ensemble », à lutter contre le sentiment de fatalité et, aussi, à mettre en garde contre la facilité des a priori et des slogans, afin que s’élaborent les solutions d’un lendemain plus égalitaire, attentif à tous, d’un lendemain où la démocratie ne s’égare pas dans un concept abstrait mais soit incarnée et vivante, conforme à la définition de Paul Ricœur :
« Est démocratique une société qui se reconnaît divisée, c’est-à-dire traversée par des contradictions d’intérêt et qui se fixe comme modalité d’associer chaque citoyen à part égale dans l’expression de ces contradictions, l’analyse de ces contradictions, la mise en délibération de ces contradictions, en but d’arriver à un arbitrage. »

Porteurs des valeurs civiques, républicaines et laïques qui sont les fondements de notre société, nous lançons ici un appel au rassemblement autour de ces valeurs communes à l’éducation populaire et au théâtre citoyen.

Nous n’avons certes pas la prétention de détenir la recette miracle. Nous sommes néanmoins convaincus que la synergie entre notre action et celle de l’Éducation (Éducation nationale, Éducation populaire, Éducation à la santé, parents, associations) est utile pour la Cité puisque notre pratique théâtrale défend la LIBERTÉ de parole, l’ÉGALITÉ dans l’écoute et dans le jeu ainsi que les échanges entre les personnes dans un climat de FRATERNITÉ.

Cette appropriation citoyenne, via la représentation et ses suites, nous la portons depuis des décennies, contre vents et marées, malgré la crise qui a entrainé la réduction drastique des budgets et généré la valorisation d’évaluations quantitatives et d’actions quantifiables au détriment de la réflexion, du sens et de la pensée.

Unissons nos forces pour nous faire entendre par les pouvoirs publics, par les institutions, par les différents médias, et pour trouver ensemble les ressources de diffusion d’une facette de l’Éducation Populaire, vitale pour notre société.

Pouvoirs publics, aidez-nous !

Professionnels de l’éducation, de la santé, du social et de la justice (enseignants, directeurs d’établissements scolaires, infirmières, assistantes sociales, conseillers de probation, magistrats, éducateurs, directeurs d’établissements pénitentiaires…), vous tous qui, d’une manière ou d’une autre et à quelque titre que ce soit, avez à voir avec les questions que pose aujourd’hui notre société et qui avez le souci de préserver la démocratie, rejoignez-nous ! Faites appel à nous !

Aidez-nous à tenir, par le théâtre, la violence éloignée de la Cité !

Nous appelons, par ce manifeste, tous les praticiens et les utilisateurs des différentes formes du Théâtre Citoyen qui s’y reconnaissent, à nous rejoindre.

Cindy Girard & Lyès Mussati, responsables de La Mécanique de l’Instant
Lorette Cordrie, responsable du Théâtre de Jade
René Badache, collaborateur d’Arc-en-ciel théâtre, Île de France
Gilles Fichez, responsable de Tenfor Théâtre

Pour signer la pétition : ici.






Réagissez, complétez cette info :
Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces

La Justice est au cœur de notre actua­lité… mais aussi de celle de plus de 2000 mili­tants et syn­di­ca­lis­tes aujourd’hui pour­sui­vis pour leurs actes de résis­tance.


Brèves

La party #1 don­nera, ce soir-là, une belle part à l’Ile de la Réunion, sous une forme tra­di­tion­nelle (Seksion Maloya) ou contem­po­raine (Jidé & G !rafe) mais aussi à deux très beaux pro­jets solo, inti­mis­tes et voya­geurs (Tuning & Our Land).
Loran Velia de Seksion Maloya nous fera décou­vrir des saveurs de l’Océan indien et nous vous pro­po­se­rons aussi des bois­sons avec ou sans alcool.


Le 30 mai, pro­jec­tion de films vidéo (extraits d’entre­tiens avec Armand Gatti), lec­ture de textes, témoi­gna­ges de celles et ceux qui l’ont connu grâce à l’écriture, la mise en scène, une action de créa­tion ou sim­ple­ment à l’occa­sion d’une ren­contre tel sera le pro­gramme de la soirée animée par Rachid BelkaÏd, Jean-Jacques Hocquard et Jean-Marc Luneau.


Le Festival TaParole revient à Montreuil du 10 au 18 juin pour une 15ème édition tou­jours placée sous le signe de la chan­son. Venez décou­vrir des artis­tes qui aiment les mots et les chan­tent durant 7 jours.


Les Inattendue(e)s, un week-end de décou­ver­tes marion­net­ti­ques pro­posé par Daru-Thémpô au Manipularium.


Une comé­dienne et un cla­ri­net­tiste che­mi­nent, à tra­vers les textes
de poé­tes­ses per­sa­nes, égyptiennes, syrien­nes contem­po­rai­nes.
Ils don­nent à enten­dre la voix de femmes qui lut­tent par l’écriture,
pour la liberté de dire, de penser, d’être et d’agir.



Nos amis de la troupe Jolie Môme pré­sen­tent actuel­le­ment dans leur très beau lieu de la Belle Étoile une pièce de Bertolt Brecht, l’un de ses textes mili­tants qu’il nom­mait « lehrs­tuck » (une pièce didac­ti­que) et qui dans son esprit étaient des­ti­nés à faire com­pren­dre, en par­ti­cu­lier aux jeunes gens, les fonc­tion­ne­ments d’une société capi­ta­liste tra­vaillée par la lutte des clas­ses.


Veillée pour l’écrivaine Asli Erdogan le mardi 25 avril à 20 heures à La Parole errante 9, rue François Debergue - Montreuil. (métro : Croix de Chavaux).