Bienvenue aux insatiables !



Un journal en ligne d’informations de débats et d’humeurs
animé par l’équipe de L’Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


Brèves

Le Manifeste du théâtre citoyen

par L’Insatiable
Thématique(s) : Parti-pris , Politique de l’art Sous thématique(s) : Politique culturelle
Télécharger la version PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable


Après les attentats qui viennent d’attaquer, avec la plus grande des violences, le contrat social qui nous lie, chacun se demande : Que faut-il faire ? Nous, compagnies de Théâtre Citoyen, sommes surpris – et désolés – d’entendre seulement aujourd’hui, comme une sorte de consensus : « Il faut des personnes de terrain, dans les écoles, les quartiers, les prisons, pour débattre, parler ; ne plus abandonner l’école et les valeurs républicaines. Il faut de la prévention. La répression ne suffit pas ».

Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’éducation nationale, a déclaré : « Même là où il n’y a pas eu d’incidents, il y a eu de trop nombreux questionnements de la part des élèves. Et nous avons tous entendu les "Oui je soutiens Charlie, mais", les "deux poids, deux mesures", les "pourquoi défendre la liberté d’expression ici et pas là ?" Ces questions nous sont insupportables, surtout lorsqu’on les entend à l’école, qui est chargée de transmettre des valeurs »
Boris Cyrulnik, interviewé au lendemain des attentats, déclare que, dans les quartiers défavorisés, depuis trop longtemps livrés à l’abandon, laissant derrière eux une jeunesse perdue : « la solution serait de leur envoyer des gens de culture », une culture qui « se fait par les gens de théâtre, par des gens de terrain […] qui proposent des fictions qui touchent les enfants…  ».

Précisément, au 5ème siècle avant J.C., la démocratie athénienne a inventé le théâtre pour tenir la violence éloignée de la Cité. Cette fonction du théâtre reste aujourd’hui effective et nécessaire.

Nous en faisons chaque jour l’expérience, nous, compagnies de théâtre forum, intervenants, associations et structures qui pratiquons le Théâtre Citoyen au cœur des quartiers, des écoles, des institutions, des prisons. C’est pourquoi nous jugeons nécessaire de faire entendre notre voix.

Notre théâtre s’appuie sur les valeurs de l’éducation populaire. Il favorise la rencontre, la prise de parole, l’écoute, l’échange collectif, le débat, et, à ce titre, il participe d’une culture engagée dans la recherche d’une vraie paix sociale.
En pratique, nos pièces de théâtre présentent des problèmes d’actualité (violence, addictions, racisme, laïcité, respect filles/garçons, citoyenneté…) et exposent les difficultés, voire les drames, qui en résultent pour les personnages. Au terme de la représentation, nous ouvrons le débat et invitons les spectateurs à remplacer l’un ou l’autre des acteurs pour trouver une solution positive aux problèmes posés par l’histoire.

Cette démarche permet de tisser du lien social, d’encourager le débat de manière à confronter les idées dans le respect mutuel et à co-construire de la connaissance. Nous travaillons ainsi à améliorer le « vivre ensemble », à lutter contre le sentiment de fatalité et, aussi, à mettre en garde contre la facilité des a priori et des slogans, afin que s’élaborent les solutions d’un lendemain plus égalitaire, attentif à tous, d’un lendemain où la démocratie ne s’égare pas dans un concept abstrait mais soit incarnée et vivante, conforme à la définition de Paul Ricœur :
« Est démocratique une société qui se reconnaît divisée, c’est-à-dire traversée par des contradictions d’intérêt et qui se fixe comme modalité d’associer chaque citoyen à part égale dans l’expression de ces contradictions, l’analyse de ces contradictions, la mise en délibération de ces contradictions, en but d’arriver à un arbitrage. »

Porteurs des valeurs civiques, républicaines et laïques qui sont les fondements de notre société, nous lançons ici un appel au rassemblement autour de ces valeurs communes à l’éducation populaire et au théâtre citoyen.

Nous n’avons certes pas la prétention de détenir la recette miracle. Nous sommes néanmoins convaincus que la synergie entre notre action et celle de l’Éducation (Éducation nationale, Éducation populaire, Éducation à la santé, parents, associations) est utile pour la Cité puisque notre pratique théâtrale défend la LIBERTÉ de parole, l’ÉGALITÉ dans l’écoute et dans le jeu ainsi que les échanges entre les personnes dans un climat de FRATERNITÉ.

Cette appropriation citoyenne, via la représentation et ses suites, nous la portons depuis des décennies, contre vents et marées, malgré la crise qui a entrainé la réduction drastique des budgets et généré la valorisation d’évaluations quantitatives et d’actions quantifiables au détriment de la réflexion, du sens et de la pensée.

Unissons nos forces pour nous faire entendre par les pouvoirs publics, par les institutions, par les différents médias, et pour trouver ensemble les ressources de diffusion d’une facette de l’Éducation Populaire, vitale pour notre société.

Pouvoirs publics, aidez-nous !

Professionnels de l’éducation, de la santé, du social et de la justice (enseignants, directeurs d’établissements scolaires, infirmières, assistantes sociales, conseillers de probation, magistrats, éducateurs, directeurs d’établissements pénitentiaires…), vous tous qui, d’une manière ou d’une autre et à quelque titre que ce soit, avez à voir avec les questions que pose aujourd’hui notre société et qui avez le souci de préserver la démocratie, rejoignez-nous ! Faites appel à nous !

Aidez-nous à tenir, par le théâtre, la violence éloignée de la Cité !

Nous appelons, par ce manifeste, tous les praticiens et les utilisateurs des différentes formes du Théâtre Citoyen qui s’y reconnaissent, à nous rejoindre.

Cindy Girard & Lyès Mussati, responsables de La Mécanique de l’Instant
Lorette Cordrie, responsable du Théâtre de Jade
René Badache, collaborateur d’Arc-en-ciel théâtre, Île de France
Gilles Fichez, responsable de Tenfor Théâtre

Pour signer la pétition : ici.






Réagissez, complétez cette info :
Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces

La Justice est au cœur de notre actua­lité… mais aussi de celle de plus de 2000 mili­tants et syn­di­ca­lis­tes aujourd’hui pour­sui­vis pour leurs actes de résis­tance.


Brèves

10ème Festival Régional Itinéraires Singuliers, du 1er mars au 23 avril 2017, en Bourgogne-Franche-Comté…


Imaginée pour le mois de la photo 2017, IN/ OFF / OUT est une expo­si­tion photo col­lec­tive iné­dite : débor­dant le seul cadre de la gale­rie, les pho­to­gra­phes inves­tis­sent la rue pour y affi­cher en format monu­men­tal des images poé­tico-poli­ti­ques, qui ne devraient pas lais­ser indif­fé­rents. Nus mas­cu­lins ou fémi­nin, voiles et ombres, pay­sa­ges mys­té­rieux et illu­sions de réa­li­tés…


Autour de l’œuvre de Fernand Deligny. Poète-éducateur (1913-1996), Fernand Deligny dénonce d’emblée la mal­trai­tance des enfants dans les ins­ti­tu­tions. En 1968, il prend le maquis avec des enfants autis­tes dans les Cévennes, invente un mode de vie. F Deligny res­ti­tue à l’homme que nous sommes sa part mys­té­rieuse et fas­ci­nante d’inné et réha­bi­lite un humain d’espèce. Sa pensée inter­roge le pou­voir et la liberté.


L’ali­men­ta­tion est un acte bien au-delà d’une simple absorp­tion /trans­for­ma­tion c’est un acte cultu­rel qui nous rend acteur de notre envi­ron­ne­ment. Si nous nous ali­men­tons de vio­lence faite au règne végé­tal (pes­ti­ci­des insec­ti­ci­des) ou au règne animal (élevages en bat­te­ries) nous per­dons notre huma­nité ainsi que le dit le phi­lo­so­phe Emmanuel Kant : « l’inhu­ma­nité infli­gée à un autre détruit l’huma­nité en nous ».


Faisant suite à d’excep­tion­nel­les expo­si­tions telles Les Rouart en 2015, Maurice Vlaminck en 2014, Les pein­tres de Pont-Aven en 2013 et bien d’autres, « Peindre la ban­lieue » est la nou­velle expo­si­tion pré­sen­tée à l’ate­lier Grognard de Rueil. Dans nos ima­gi­nai­res, le mot ban­lieue évoque sou­vent des images grises, mais…


Le FIFA est une pla­te­forme de dif­fu­sion unique pour les arti­sans du cinéma qué­bé­cois, cana­dien et inter­na­tio­nal.
C’est une occa­sion unique de décou­vrir une cen­taine de docu­men­tai­res, d’essais, de vidéos d’artis­tes et d’oeu­vres de nou­vel­les écritures sur l’Art. # lefifa


Le débat en pré­sence des portes-paro­les Culture des can­di­dats à l’élection pré­si­den­tielle, sur la ques­tion "Quels pro­jets cultu­rels pour le pro­chain quin­quen­nat ?"


Rencontres autour "Des livres et l’alerte" pour encou­ra­ger à l’écriture et la pro­mou­voir, réflé­chir sur le lan­ce­ment d’alerte, et le rôle de celles et ceux qui la déclen­chent.