On va tous crever !

PARTAGER CET ARTICLE ► 
|  Article suivant →
Archipels #2 est enfin là !
Bienvenue aux insatiables !



L’Insatiable est un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs sur les relations entre l’art et la société. Notre travail consiste à faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque pour mettre en valeur des actions essentielles, explorer des terres méconnues et réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.

Faire un don

< Articles

On va tous crever !

Un joyau macabre et grinçant à la Maison d’Europe et d’Orient
PARTAGER ►

par Marina Skalova
Thématique(s) : Parti-pris Sous thématique(s) : Théâtre
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable



JPEG - 31 ko

À la Maison d’Europe et d’Orient, il se trame des choses formidables. Respire !, la dernière mise en scène du Théâtre National de Syldavie, est un joyau grinçant et acerbe, dont le personnage principal est la mort, où le rire frôle le tragique et l’absurdité. Une belle bouffée d’air pour qui veut expurger la prétention théâtrale parisienne, mise en scène par Dominique Dolmieu à partir du texte de la dramaturge croate Asja Srnec Todorovic.

« C’est une visite médicale, c’est ce qu’ils ont dit ». Un plateau, pas d’objets de décor, peu de lumière. Un homme, deux femmes. Ils sont immobiles, ils portent leurs sacs de voyage à la main. Leur jeu est statique. Leur gestuelle est précise, implacable. Tels des pantins, ils déclament leurs pa[...]

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous ou abonnez-vous ici

Ce journal culturel en ligne est alimenté et animé par l’ancienne équipe de Cassandre/Horschamp et les nouveaux rédacteurs de L’Insatiable qui produit également Archipels avec Culture et démocratie. Nous vous proposons des formules d’abonnement à L’Insatiable et à Archipels. Nous ne pourrons évidemment pas continuer à le développer sans votre soutien !




Post-scriptum :

La Maison d’Europe et d’Orient accueille à partir de lundi 19 mai et jusqu’au 24 la quatrième édition de l’Europe des Théâtres, festival européen de traduction théâtrale,
L’Europe des Théâtres a pour objectif la promotion de la traduction théâtrale en Europe, par l’organisation de lectures publiques de pièces de théâtre traduites de langues européennes ou voisines, accompagnées de rencontres avec les auteurs et les traducteurs. Seront présents cette année cette année Lasha Boughadzé, dramaturge géorgien, et Neda Nejdana, dramaturge et traductrice, en résidence à la MEO. Le public est également invité à découvrir, entre autre, des textes polonais, serbe et albanais (dont le projet commun de Jeton Neziraj et Milena Bogavac), lues par différentes compagnies, sensibles aux écritures européennes.

fake lien pour chrome



Partager cet article /  



<< ARTICLE PRÉCÉDENT
De verve et de colère
ARTICLE SUIVANT >>
« Avec les outils actuels, il faut être essentiel(...)




Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces


Brèves

« Où l’art se fera-t-il ? » Les 10, 16 et 17 décem­bre, au B’Honneur des Arts, salle de la Légion d’hon­neur à Saint-Denis.


Du 30 novem­bre au 3 décem­bre 2017
Vernissage jeudi 30 novem­bre de 18h à 22h.L’ hybri­da­tion est à la mode. En art, la pra­ti­que n’est pas nou­velle, mais à l’ère des images de syn­thè­ses, des OGM et des pro­thè­ses bio­ni­ques que peu­vent les artis­tes aujourd’hui ?


Installations, spectacles, tables rondes
projections, concert, brunch et autres réconforts...
De 11h00 à minuit



Le deuxième numéro de la grande revue franco-belge art et société est arrivé, com­man­dez-le main­te­nant !


L’infor­ma­tion ne devrait pas être une mar­chan­dise, mais elle est de plus en plus sous la coupe des pou­voirs finan­ciers et indus­triels. Pour faire vivre une presse libre, jour­na­lis­tes et citoyen•­ne•s doi­vent inven­ter d’autres modè­les économiques, émancipés de la publi­cité et des action­nai­res.