Bienvenue aux insatiables !



L’Insatiable est un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs sur les relations entre l’art et la société. Notre travail consiste à faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque pour mettre en valeur des actions essentielles, explorer des terres méconnues et réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.

Faire un don

< Brèves

XVI ° rencontre de théâtre avec Etelvino Vasquez en Espagne

par Madeleine Abassade
Sous thématique(s) : Théâtre
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable


Spécial copinage !

« Los Encuentros en el Norte (Asturies), avec Etelvino Vasquez

Etelvino Vasquez, acteur et metteur en scène d’un théâtre total du « Teatro del Norte », des formes les plus classiques aux plus audacieuses, pour la seizième année consécutive propose avec son équipe - du 26 au 31 aout 2014 -, une immersion totale dans les jeux du théâtre. Cette fois, c’est à partir des outils de l’improvisation qu’ils nous convient à les rejoindre en Espagne.

« L’artiste devient créateur à partir de l’improvisation sous toutes ses formes », quand il s’empare des outils du théâtre, qui l’aident à improviser, il s’émancipe des formatages.

Pendant ces cinq jours de recherche et de création, la vie est collective, le théâtre commence au lever et s’inscrit jusque dans les rêves....
Son travail, pour celles et ceux qui l’ont expérimenté, s’imprime jusque dans l’âme et la rend plus sensible encore au désir de n’en jamais finir avec l’art et les artistes dans une société qui tire vers des comportements étriqués. Un travail d’ouverture fabuleux, ouvert à toutes et tous, quelque soit l’ expérience déjà acquise.

L’engagement d’Etelvino reste sans concession, il résiste depuis toujours aux volontés d’une politique culturelle qui rend le théâtre inaccessible, de la visibilité des spectacles autant que de sa pratique, par les plus démunis.
« Quelque soit ton doute ou ton problème, y compris économique, pour t’inscrire individuellement ou en groupe, dis-le nous, nous trouverons toujours une solution. Nous espérons ta venue. »
Certes, l’usage de l’espagnol est pratique pour participer à cet atelier international, mais il y a là une telle volonté de rencontre, de partage, d’engagement corporelle, que la langue est transcendée. Eltevino parle aussi le français.
.
Extrait du préambule des « XVI ° Encuentros en el Norte » sur le thème de l’improvisation à partir de la traduction du texte d’ Etelvino Vasquez.

Au XX° siècle l’improvisation apparaît comme outil fondamental du théâtre moderne. Si le terme improvisation se décline sous différentes formes, l’acteur qui l’exerce sera toujours un acteur -créateur. Il s’agit de travailler notre capacité de créations, de défendre aussi notre capacité de créateurs du spectacle associée à celle de l’auteur d’un texte et du metteur en scène. L’improvisation est corporelle, vocale et perceptive. Elle s’exerce avec ou sans texte, de manière individuelle et collective. Elle s’initie depuis l’intérieur d’une structure repérée comme identifiée et stable qui apporte un cadre qui se veut rassurant et capable de suggérer une forme de déstabilisation de soi et de l’environnement pour en changer les repères habituels et les transformer. L’acteur improvise à partir d’un thème, d’éléments fixes, d’une proposition de départ, d’un repère préalable.

Avec l’acte d’improviser, munis d’outils, nous repérons, en somme, les chemins qui stimulent notre créativité, notre possibilité de nous transformer en de véritables artisans-artistes du théâtre.

Cette année, les changements apportés au travail de préparation rendent encore plus passionnantes la perspective de ces « XVI Encuentros en el Norte ».
Ces cinq jours seront consacrés à cette tâche, certes ardue, mais passionnante.
Nous retrouverons des artistes en capacité de transmettre avec humilité et générosité (pedagogos) : Lucas Trapazar, Cristina Samaniego et Antonio Sarrio. Nous pratiquerons sous la forme d’ ateliers avec différentes techniques et outils. Nous aurons à nouveau des représentations publiques, des projections de vidéo, des discussions libres, des présentations de nos recherches et d’autres surprises que nous inventerons ensemble.

Pour tout contact teatro.del.norte@gmail.com.

En cliquant ici vous trouverez ici le programme détaillé en espagnol, ainsi que le formulaire d’ inscription.






Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces


Articles

J’en par­lais récem­ment ici, il est des mala­dres­ses à toutes les mises en expo­si­tion. À la Maison Victor Hugo, ce qui m’a dérangé c’est le rai­son­ne­ment qui a pré­cédé la cons­truc­tion du propos cri­ti­que. Je vou­drais sou­li­gner plu­sieurs pro­blè­mes, et non des moin­dres, puisqu’ils sont dis­cri­mi­na­toi­res.


J’ai vécu la pro­po­si­tion artis­ti­que de la com­pa­gnie Betula Lenta comme une expé­rience réflexive. J’entends par là que, tota­le­ment immer­gée, j’ai perdu la mesure et du temps et de l’espace. Il n’y a plus que moi et cette dan­seuse subli­mée par une scé­no­gra­phie tout en rete­nue. L’effet sen­si­ble est puis­sant, je n’entends, je ne vois, je ne res­sens plus que dans ce lien, devenu intime.


Sur le pla­teau des Métallos on aper­çoit une fine sil­houette, seule en scène, Ella s’avance len­te­ment vers la lumière pour pren­dre la parole. Dans un labo­ra­toire d’ana­lyse. Elle apprend qu’elle est enceinte, en 2008. Elle s’en dou­tait mais elle s’effon­dre et perd connais­sance. Le choc est brutal. À son réveil, elle est trans­por­tée en 1928, le méde­cin cher­che à com­pren­dre. C’est le début d’un long voyage au plus pro­fond de son inti­mité, dans sa propre généa­lo­gie. Un seul corps, une seule bouche, sont Focus-femmes-aux-Metallos-Les

Un sémi­naire inter­na­tio­nal a réuni une soixan­taine d’inter­ve­nants ukrai­niens et de toute l’UE à Tatariv, dans les Carpathes, en vue d’élaborer un projet Europe créa­tive. Il nous semble inté­res­sant de rela­ter ici com­ment nais­sent les pré­mi­ces d’une telle coo­pé­ra­tion.


Certains textes ne se lais­sent lire sans une voix silen­cieuse susur­rée dans nos têtes. Elle résonne et ampli­fie l’émotion portée par les mots. Tel est, pour moi, le cas des œuvres lit­té­rai­res réu­nies par Alexandre Doublet dans Dire la Vie.