Vu à Aurillac : Danza, Barbecho Urbano, jachère perverse !

PARTAGER CET ARTICLE ► 
|  Article suivant →
s’abonner
 

Archipels #2
est sorti !





  


< Articles

Vu à Aurillac : Danza, Barbecho Urbano, jachère perverse !

PARTAGER ►

par Jean-Jacques Delfour
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable



Cette « jachère urbaine », selon le titre espagnol, articule quatre espaces et un récit qui s’emploie à défaire la narration. Cette structure, classique dans le théâtre de rue, pose encore une fois la lancinante question : qu’est-ce donc que nous avons vu ?

JPEG - 282.7 ko

Le premier espace, matériel et symbolique, c’est le parking, vidé de ses bagnoles. Geste inaugural de contestation de l’empire bagnolique, de la terreur automobilistique, du règne des chauffards et des beaufs. Signe aussi de l’assignation réciproque des lieux[...]

Pour lire la suite de cet article,

ABONNEZ-VOUS

(abonnement annuel ou mensuel)

Déjà abonné ?

Connectez-vous !



Arts de la rue Arts de la piste Arts chorégraphiques
fake lien pour chrome



Partager cet article /  





Réagissez, complétez cette info :  →
Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Infos, réflexions, humeurs et débats sur l’art, la culture et la société…