Bienvenue aux insatiables !



L’Insatiable est un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs sur les relations entre l’art et la société. Notre travail consiste à faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque pour mettre en valeur des actions essentielles, explorer des terres méconnues et réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.

Faire un don

< Brèves

Quand nos luttes auront des elles

par L’Insatiable
Sous thématique(s) : Théâtre , Luttes
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable


Le théâtre de Hautpierre accueillera la compagnie Mémoires vives pour une représentation unique de Quand nos luttes auront des elles.

La compagne Mémoires Vives présentera Quand nos luttes auront des elles au théâtre de Hautpierre à Strasbourg, le 22 novembre, dans le cadre de La semaine de l’égalité et de la lutte contre les discriminations initié par la ville. La pièce sera interprétée par six artistes : Céline BRAUN, Maeva HEITZ (également à la mise en scène et à l’écriture avec respectivement Yan Gilg et Séverine Mayima), Yvonnette Hoareau, Séverine Mayima, Saori Jo, Selia Setodzo.

Pluridisciplinaire, la pièce alterne entre théâtre, chant et danse. La musique (de Saori Jo) omniprésente et variée oscille entre airs de Jazz, Blues, Rap, ou Slam. Elle propose notamment une magnifique interprétation de la chanson associée à la commune « Le temps des cerises ».

L’émancipation de la femme est au cœur de cette œuvre, mais plus universellement c’est aussi la lutte qui est mise à l’honneur, qu’elle soit dirigée contre le sexisme, le racisme, la ségrégation. Les 6 jeunes femmes, dans la pièce membre d’un gang décidant de « braquer » ses droits, interrogent celles qui ont fait l’histoire, comme Olympe de Gouges ou Rosa Parks.

La compagnie Mémoires vives, créée en 2006 par des acteurs du milieu social et culturel, produit et diffuse des spectacles traitant de l’histoire des territoires et des habitants, de l’histoire des immigrations, de la mémoire collective. Touchants à tous les arts, mélangeant les cultures, ils donnent honneur au métissage et à la diversité.

Une autre représentation est prévue le 21 mai 2015 à la Nef, Relais culturel à Wissembourg.

Pour plus d’informations : ici.

Théâtre Hautpierre
13 place André Maurois
67200 Strasbourg

GIF - 32.3 ko





Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces


Articles

Difficile de ne pas être attiré par un artiste qui tra­vaille sur un sujet qui cham­boule notre société et nos esprits comme celui des migrants. C’est une évidence pour moi d’aller décou­vrir au col­lec­tif 12 de Mantes la jolie, la créa­tion de Rachid Akbal. Mais la ques­tion du fond et de la forme va vite se poser…


Sur la scène noire, des bulles de savon s’échappent d’une sorte d’aile-para­vent.
Les enfants s’ins­tal­lent et obser­vent cal­me­ment. Quand tous sont assis, le spec­ta­cle com­mence. Une voix : « Tu as 1 jour, 1 an, 100 ans, 1000 ans, 15 mil­lions d’années…
Que nous réserve la suite ?


Après Elbeuf et Arras, et avant de nom­breu­ses dates dans le reste du pays, Le Galactik Ensemble pré­sente son pre­mier spec­ta­cle col­lec­tif, « Optraken », au Théâtre Le Monfort à Paris jusqu’au 25 novem­bre 2017.


Jack Ralite qui vient de nous quit­ter au terme d’une vie vrai­ment bien rem­plie, a été pour nous un allié de très grande qua­lité dans ce combat qui nous a été (et nous est) commun pour la reconnais­sance de l’impor­tance de l’art et de la culture dans notre société.


Samedi soir, 10e arron­dis­se­ment, inter­phone W, 19h50. Je sonne.
L’expé­rience du soir se jouera au der­nier étage d’un duplex, dans un séjour-cui­sine de 40 mètres carré, plutôt « arty ». Une tren­taine de per­son­nes sont pré­sen­tes, qui chu­cho­tent par petits grou­pes sur des stra­pon­tins pré-fabri­qués, pen­dant que d’autres, encore debout, se saluent sur une musi­que d’ambiance.