Bienvenue aux insatiables !



Un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par l’ancienne équipe de Cassandre et celle du jeune Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


< Brèves

Projections d’Estherka tous les dimanches

par L’Insatiable
Sous thématique(s) : Cinéma
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable


Le cinéma Balzac propose tous les dimanches une diffusion du film Estherka en présence de son réalisateur David Quesemand. Un film sur l’actrice Esther Gorintin, mais aussi sur la mémoire, la vieillesse et les dessous de la vie d’actrice.

C’est le rendez-vous dominicale du cinéma Balzac à Paris. David Quesemand, le réalisateur du documentaire Estherka vient présenter son œuvre tous les dimanches matin. Le film réalisé en 2012, reprend la vie d’Esther Gorintin, qui a vu sa carrière d’actrice débuter et s’envoler à l’age de 85 ans. Elle est enrôlée pour le film Voyage d’Emmanuel Finkel qui cherche des acteurs non-professionnels « yiddishophones ». La jeune actrice étant proche de sa famille, David Quesemand devient son coach pour le tournage en Israël.

Un lien qui lui permet de prendre des images de la femme avant qu’elle ne devienne l’actrice, et de suivre ce cheminement. Car le passage d’Esther devant la caméra n’est finalement qu’un prétexte à l’auteur pour retracer le destin exceptionnel de la femme, qui débute bien avant les paillettes.

Née à la veille de la première guerre mondiale dans un village russe qui deviendra polonais, la jeune juive part à 20 ans faire ses études à Bordeaux à cause des restrictions qu’imposent les lois anti-juives dans son pays d’origine. Elle rencontre alors son mari qui est fait prisonnier de guerre en 1940. Durant l’occupation, elle échappe de justesse par deux fois aux camps de concentrations, qui ont eu malheureusement raison d’une grande partie de sa famille. Son mari de retour, ils ouvrent ensuite ensemble un cabinet dentaire à Paris, rue de Rivoli où l’actrice reste jusqu’à la fin de sa vie, en 2010. Entre 1998 et 2008, l’actrice a joué dans une quinzaine de films.

David Quesemand signe quant à lui son deuxième film. En 1997 il avait co-réalisé le documentaire Allers-Retours à la Terre avec Eric Wittersheim. En tant que directeur de la photographie, il a participé à de nombreux films qu’ils soient documentaires ou de fiction avant de se lancer dans ce projet.

Pour plus d’informations : ici.

Cinéma le Balzac
1, rue Balzac
75008 Paris

GIF - 32.3 ko





Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces


Brèves

L’infor­ma­tion ne devrait pas être une mar­chan­dise, mais elle est de plus en plus sous la coupe des pou­voirs finan­ciers et indus­triels. Pour faire vivre une presse libre, jour­na­lis­tes et citoyen•­ne•s doi­vent inven­ter d’autres modè­les économiques, émancipés de la publi­cité et des action­nai­res.


Le deuxième numéro de la grande revue franco-belge art et société est arrivé, com­man­dez-le main­te­nant !


Le Festival Opération Quartiers Populaires (OQP) orga­nisé par la com­pa­gnie Mémoires Vives se tien­dra au Théâtre de l’œuvre dans le quar­tier de Belsunce à Marseille du 23 octo­bre au 3 novem­bre 2017


Le Génie en Liberté est un Événement bien­nal, orga­nisé par le Génie de la Bastille.
Il pro­pose à un large public un par­cours cultu­rel dans le quar­tier du 11ème arron­dis­se­ment de Paris.


Depuis 2003, le fes­ti­val de cinéma d’Attac « Images mou­ve­men­tées » s’emploie à infor­mer et à sus­ci­ter la réflexion col­lec­tive sur des ques­tions cru­cia­les de ce début de XXIe siècle en s’appuyant sur une pro­gram­ma­tion ciné­ma­to­gra­phi­que exi­geante et éclectique. Celle-ci asso­cie courts, moyens et longs-métra­ges, docu­men­tai­res et fic­tions, films fran­çais et étrangers, anciens et récents, ayant eu une large dif­fu­sion ou non. Le fes­ti­val accueille régu­liè­re­ment des avant-pre­miè­res.