Laurent Pelly & Ionesco, « La Cantatrice chauve » : Du (...)

PARTAGER CET ARTICLE ► 
|  Article suivant →
s’abonner
 

Archipels #2
est sorti !





  


< Articles

Laurent Pelly & Ionesco, « La Cantatrice chauve » : Du théâtre-marchandise ?

PARTAGER ►

par Jean-Jacques Delfour
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable



Marc Fumaroli, reçu à l’Académie Française, en 1996, fit un éloge de Ionesco où il eut ces mots au sujet de la première pièce parisienne du désormais célèbre auteur roumain : « Les deux premiers coups de maître de Ionesco, La Cantatrice chauve et La Leçon, peuvent passer à juste titre pour les héritiers tardifs des jeux dadaïstes ou surréalistes. Ces techniques subversives sont en réalité subordonnées, chez lui, à des exercices libérateurs. Le spectateur est convié à l’expulsion jubilatoire du fatras de mots qui pèse sur son expérience intérieure. La mécanique verbale qui sur scène tourne à vide et puis se dérègle, a pour effet, dans le rire d’éveiller le vivant qui ne dort que d’un œil au fond de chaque spectateur. »

JPEG - 532.7 ko
La Cantatrice chauve, ms Laurent Pelly. © Polo Garat

Manière élégante et agréable (discours sous la Coupole oblige) de dire que la Cantatrice… reprenait des audaces verbales déjà portées par les avant-gardes poétiques de l’entre-deux-guerres, obtenant ainsi un brevet de modernité, tout en p[...]

Pour lire la suite de cet article,

ABONNEZ-VOUS

(abonnement annuel ou mensuel)

Déjà abonné ?

Connectez-vous !



Théâtre Théâtre National de Toulouse Toulouse Laurent Pelly
fake lien pour chrome



Partager cet article /  





Réagissez, complétez cette info :  →
Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Infos, réflexions, humeurs et débats sur l’art, la culture et la société…