Bienvenue aux insatiables !



L’Insatiable est un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs sur les relations entre l’art et la société. Notre travail consiste à faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque pour mettre en valeur des actions essentielles, explorer des terres méconnues et réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.

Faire un don

< Brèves

La Ville en courts à la Salle des Rancy

par L’Insatiable
Thématique(s) : L’art hors-champs Sous thématique(s) : Cinéma , Projection
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable


Mercredi 19 novembre à 19h30, à la Maison Pour Tous – Salle des Rancy dans le 3ème arrondissement de Lyon, l’association Les Inattendus, organise une série de projection intitulée La Ville en courts. Six courts métrages se succèderont à l’écran pour interroger la ville sous tous les angles.

Depuis 1995, l’association Les Inattendus milite pour la pratique et la diffusion d’un cinéma indépendant à Lyon. En association avec la Maison Pour Tous – Salle des Rancy, Les Inattendus inaugurent, mercredi 19 novembre, une série de projection dédiée à la ville, ses multiples aspects, l’existence et le vécu urbain. Au programme de cette manifestation La Ville en courts, six courts métrages datés de 1925 jusqu’à nos jours. Un voyage à travers le temps qui permet de retracer notre appréhension de l’urbain et notre histoire avec la ville. Certaines œuvres diffusées sont de véritables classiques d’autres moins connues, mais toutes traduisent les sentiments humains face à l’expérience citadine et les atmosphères particulières de l’urbain qui aujourd’hui s’affirme de plus en plus comme cadre de vie du quotidien de l’homme.

Sur les six courts-métrages diffusés, trois d’entre eux seront projetés en 16mm : A propos de Nice de Jean Vigo réalisé en 1929, Jeux des reflets et de la vitesse de Henri Chomette datant de 1925 et Les mains négatives de Marguerite Duras tourné en 1979. Paris à l’aube de Johan van der Keuken réalisé en 1960, Cross de Christophe Guérin et Kinéticos de Lionel Retornaz, deux courts-métrages datés de 2014 viendront clôturer cette séance cinématographique unique, véritable invitation pour le spectateur à interroger le cadre dans lequel il évolue au quotidien. Si la ville est souvent symbole de modernité et du futur, il n’en demeure pas moins que celle-ci a également une histoire qu’il convient de ne pas oublier afin d’éclairer chaque citoyen dans sa pratique de l’espace urbain.

Informations complémentaires

La Ville en courts
Mercredi 19 novembre à 19h30
Maison Pour Tous – Salle des Rancy
249 Rue Vendôme - 69003 Lyon
<popup|texte=www.inattendus.com|lien=http://www.inattendus.com/2014/09/cine-club-a-la-salle-des-rancy-octobre-decembre-2014/>
<popup|texte=www.salledesrancy.com|lien=http://www.salledesrancy.com/post/2014/11/11/Projections >






Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces


Articles

Difficile de ne pas être attiré par un artiste qui tra­vaille sur un sujet qui cham­boule notre société et nos esprits comme celui des migrants. C’est une évidence pour moi d’aller décou­vrir au col­lec­tif 12 de Mantes la jolie, la créa­tion de Rachid Akbal. Mais la ques­tion du fond et de la forme va vite se poser…


Sur la scène noire, des bulles de savon s’échappent d’une sorte d’aile-para­vent.
Les enfants s’ins­tal­lent et obser­vent cal­me­ment. Quand tous sont assis, le spec­ta­cle com­mence. Une voix : « Tu as 1 jour, 1 an, 100 ans, 1000 ans, 15 mil­lions d’années…
Que nous réserve la suite ?


Après Elbeuf et Arras, et avant de nom­breu­ses dates dans le reste du pays, Le Galactik Ensemble pré­sente son pre­mier spec­ta­cle col­lec­tif, « Optraken », au Théâtre Le Monfort à Paris jusqu’au 25 novem­bre 2017.


Jack Ralite qui vient de nous quit­ter au terme d’une vie vrai­ment bien rem­plie, a été pour nous un allié de très grande qua­lité dans ce combat qui nous a été (et nous est) commun pour la reconnais­sance de l’impor­tance de l’art et de la culture dans notre société.


Samedi soir, 10e arron­dis­se­ment, inter­phone W, 19h50. Je sonne.
L’expé­rience du soir se jouera au der­nier étage d’un duplex, dans un séjour-cui­sine de 40 mètres carré, plutôt « arty ». Une tren­taine de per­son­nes sont pré­sen­tes, qui chu­cho­tent par petits grou­pes sur des stra­pon­tins pré-fabri­qués, pen­dant que d’autres, encore debout, se saluent sur une musi­que d’ambiance.