Bienvenue aux insatiables !



L’Insatiable est un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs sur les relations entre l’art et la société. Notre travail consiste à faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque pour mettre en valeur des actions essentielles, explorer des terres méconnues et réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.

Faire un don

< Brèves

Humeurs d’Avignon par Jacques Livchine

par Jacques Livchine
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable


Les humeurs de Jacques

Je suis dans une humeur Muray
Je suis négatif sur tous les plans.
Je trouve qu’Avignon est devenu moche
on circule dans une grande poubelle.

Le IN est noyé dans un Off apocalyptique
Le cours Florent est une malédiction, qui que tu croises c’est un acteur de Florent qui tente sa chance avec deux autres Florent.
Le parades sont moches et contre-productives
À part les grands comiques on sent que rien n’est rempli.

JPEG - 237.6 ko

La grande lutte des intermittents est invisible, on veut jouer et attirer le client, l’agrément c’est la Cip et la CGT, pas les comédiens du Off ni du IN. Les zombies qui tractent dans la chaleur n’ont plus de regard, ils n’ont plus d’espoir, il faut qu’ils jouent tous encore douze fois, ils regrettent d’être venus.

À Avignon, c’est la loi, si ton bouche à oreille n’a pas démarré le 14 juillet c’est foutu pour toi. J’aimerais pouvoir dire la phrase-clé : « il faut absolument que tu voies ça ». Je ne peux pas la dire, il n’y a rien à voir absolument.

On dit qu’il y a moins de monde et moins d’ambiance, mais on dit ça chaque année.
Il y a un bruit Claude Régy qui court, on dit « ça c’est grand », mais il n’ y a pas de places, c’est le petit jeune de 91 ans et il fait le buzz avec un spectacle d’il y a 25 ans.

On attendait au moins cette réforme, celle que les spectacles soient joués 12 fois, rien n’a changé.
Rue des écoles j’entends quelques slogans style « enfumage /enfumage ».

Cette pauvre Ministre est chassée par les intermittents avec qui elle voulait parler.
Elle n ‘arrive pas à comprendre que les intermittents se sentent trahis, oui, trahis par celui-là même qui faisait son beau et qui est devenu président.

La re-négociation d’un dossier que le Medef refuse d’ouvrir, quel intérêt ?
Py est le portrait même de ces précieux ridicules que Molière raillait, il fait son beau ici et là, les médias le font bander, au début on écoutait maintenant on sait déjà que c’est un joyeux opportuniste

[Photographie des pensées de Livchine à 15 H 56 le 17 juillet pour l’insatiable mais les pensées de Jacques livchine sont telles la météo très changeantes, ce qu’il dit à 15 H 56 n’est plus vrai à 16 H 30]

NDLR : Quelques heures plus tard le texte ci-dessous sur la page fb de Jacques…

J’étais en train de jeter une dernière poignée de terre sur le festival d’Avignon, lorsque soudain… Oui, c’est lorsque tout est fini qu’il arrive quelque chose.
Minuit avait sonné près de la porte St-Lazare,
Mes yeux étaient mouillés de petites larmes, j’étais debout, mes mains m’avaient échappé, elles se cognaient l’une contre l’autre avec vigueur.
Je venais de passer deux heures avec vingt égyptiens.
Zéro décor, zéro costume, peut être même zéro acteur, ou alors des acteurs si forts que l’on croit qu’ils sont vrais, deux heures authentiques et de pure vérité la plus vieille loi du théâtre : faut qu’on y croie.

Peut-être même qu’il n’y avait pas d’auteur, juste des bouts de poèmes.
Hassan el Geretly se fiche de la théâtralité, il est monté sur scène avec sa vieille sacoche pleine de papiers.

J’ai vu son lieu au Caire, un grand appartement avec une salle de 40 places.
il a suivi tous les événements de la place Tahrir, il les a fait raconter dans le détail, il a dit aux jeunes : « tiens -toi bien, parle plus fort, regarde », et il a convoqué des gens pour écouter ces histoires.

Il y a vingt chaises sur scène.
Chacun son tour va raconter, tous ils vont chanter
il y a en eux la petite flamme sans quoi ce n’est pas la peine et puis une femme en noir va raconter la mort de son enfant, elle est vraiment
en deuil, on sent que ce n’est plus du jeu, le public a cessé de respirer.
Ces moments-là, seul le théâtre peut te les donner
l’air est électrisé, ionisé, habité, épais, Hassan dit : on ne va pas pouvoir terminer comme cela. Et puis voilà, ma perception d’Avignon vient de faire un virage en épingle
je revois la vie en couleur, je bois une limonade place des carmes avec Claude Renard et d’autres amis, il est 2 H 30.
Je suis guéri léger
tant d’humanité






Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces


Articles

J’ai vécu la pro­po­si­tion artis­ti­que de la com­pa­gnie Betula Lenta comme une expé­rience réflexive. J’entends par là que, tota­le­ment immer­gée, j’ai perdu la mesure et du temps et de l’espace. Il n’y a plus que moi et cette dan­seuse subli­mée par une scé­no­gra­phie tout en rete­nue. L’effet sen­si­ble est puis­sant, je n’entends, je ne vois, je ne res­sens plus que dans ce lien, devenu intime.


Sur le pla­teau des Métallos on aper­çoit une fine sil­houette, seule en scène, Ella s’avance len­te­ment vers la lumière pour pren­dre la parole. Dans un labo­ra­toire d’ana­lyse. Elle apprend qu’elle est enceinte, en 2008. Elle s’en dou­tait mais elle s’effon­dre et perd connais­sance. Le choc est brutal. À son réveil, elle est trans­por­tée en 1928, le méde­cin cher­che à com­pren­dre. C’est le début d’un long voyage au plus pro­fond de son inti­mité, dans sa propre généa­lo­gie. Un seul corps, une seule bouche, sont Focus-femmes-aux-Metallos-Les

Un sémi­naire inter­na­tio­nal a réuni une soixan­taine d’inter­ve­nants ukrai­niens et de toute l’UE à Tatariv, dans les Carpathes, en vue d’élaborer un projet Europe créa­tive. Il nous semble inté­res­sant de rela­ter ici com­ment nais­sent les pré­mi­ces d’une telle coo­pé­ra­tion.


Certains textes ne se lais­sent lire sans une voix silen­cieuse susur­rée dans nos têtes. Elle résonne et ampli­fie l’émotion portée par les mots. Tel est, pour moi, le cas des œuvres lit­té­rai­res réu­nies par Alexandre Doublet dans Dire la Vie.


Cette magni­fi­que pièce de Luigi Pirandello mise en scène par Jean Liermier pro­pose une réflexion sur les stra­té­gies défen­si­ves en cas de mort pré­ma­tu­rée d’un fils. Donna Anna va répé­tant que son fils va reve­nir, à la sur­prise hor­ri­fiée de son entou­rage, une famille tra­di­tion­nelle, catho­li­que, rurale. Celle-ci affi­che le bon sens : les morts sont à oublier afin que les vivants puis­sent vivre sans être hantés par eux. À preuve les pier­res tom­ba­les qui empê­chent les morts de sortir des tombes, la cré­ma­tion La-Vie-que-je-t-ai-donnee-Une