Bienvenue aux insatiables !



L’Insatiable est un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs sur les relations entre l’art et la société. Notre travail consiste à faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque pour mettre en valeur des actions essentielles, explorer des terres méconnues et réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.

Faire un don

< Brèves

Fin de squat pour Le Transfo

par Lucien Fauvernier
Sous thématique(s) : Luttes
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable


JPEG - 45.7 ko

Jeudi 23 octobre, à 6 heures du matin, les habitants du Transfo, célèbre squat installé depuis 2012 à Bagnolet, ont été contraints par les forces de l’ordre à quitter le lieu. Un nouveau cas de figure démontrant que les espaces autogérés et autres lieux atypiques doivent s’effacer devant le bétonnage programmé du paysage urbain.

C’est en démolissant une fenêtre à coup de pelleteuse que la police a entamé l’expulsion des membres du Transfo. Ce risque planait depuis Mars 2013, date à laquelle une possibilité d’expulsion d’un des bâtiments sur les quatre squattés devenait effective. Le bâtiment en question, ayant pignon sur rue au 57 avenue de la République à Bagnolet appartient à EDF qui compte bien, malgré les recours en justice du Transfo se réapproprier les lieux. Vides depuis deux ans avant l’installation du squat, ces locaux reprennent un réel intérêt pour la compagnie d’électricité et deux de ses filiales qui possèdent les trois autres bâtiments (dont certains sont vacants depuis près de dix ans !) puisqu’un important projet immobilier envisage de construire plusieurs hautes tours sur les lieux.

JPEG - 56.6 ko

Suite à cette expulsion manu militari et quelques arrestations plus tard pour refus d’obtempérer, le lieu était scellé par un huissier... En réaction, une manifestation s’est déroulée, hier soir à Gallieni, une fanfare se met en place et quelques 300 à 400 personnes, selon <popup|texte=paris-luttes.info|lien=http://paris-luttes.info/expulsion-du-transfo-manifestation>, se mettent en route vers le squat avant d’être bloqués par la police au niveau du métro Robespierre. A nouveau, des arrestations ont lieu et la troupe de soutien au Transfo est contrainte à se disperser.

Il aura suffit d’une journée pour que l’expulsion du Transfo installé depuis deux ans soit « bouclée ». Deux ans d’efforts et de lutte pour construire un modèle d’espace autogéré, balayés d’un revers de la main. En plus d’accueillir des personnes désirant vivre sur un mode alternatif, le Transfo proposait à tous des concerts, des ateliers, un cinéma de proximité pour les habitants du quartier, un véritable lieu de vie et de culture ouvert. Interrogés en Juillet 2014, des membres du squat déclaraient « On ne cherche pas non plus à durer à tout prix. On ne négociera pas avec le proprio, la mairie ou autre. On est légitime dans ce lieu du simple fait de son occupation. On n’a pas à négocier quoi que ce soit. » les évènements d’hier nous rappellent en dépit de tout qu’une fois de plus c’est l’argent qui fait la légitimité d’un projet, quel qu’il soit...

JPEG - 64.5 ko





Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces


Articles

Difficile de ne pas être attiré par un artiste qui tra­vaille sur un sujet qui cham­boule notre société et nos esprits comme celui des migrants. C’est une évidence pour moi d’aller décou­vrir au col­lec­tif 12 de Mantes la jolie, la créa­tion de Rachid Akbal. Mais la ques­tion du fond et de la forme va vite se poser…


Sur la scène noire, des bulles de savon s’échappent d’une sorte d’aile-para­vent.
Les enfants s’ins­tal­lent et obser­vent cal­me­ment. Quand tous sont assis, le spec­ta­cle com­mence. Une voix : « Tu as 1 jour, 1 an, 100 ans, 1000 ans, 15 mil­lions d’années…
Que nous réserve la suite ?


Après Elbeuf et Arras, et avant de nom­breu­ses dates dans le reste du pays, Le Galactik Ensemble pré­sente son pre­mier spec­ta­cle col­lec­tif, « Optraken », au Théâtre Le Monfort à Paris jusqu’au 25 novem­bre 2017.


Jack Ralite qui vient de nous quit­ter au terme d’une vie vrai­ment bien rem­plie, a été pour nous un allié de très grande qua­lité dans ce combat qui nous a été (et nous est) commun pour la reconnais­sance de l’impor­tance de l’art et de la culture dans notre société.


Samedi soir, 10e arron­dis­se­ment, inter­phone W, 19h50. Je sonne.
L’expé­rience du soir se jouera au der­nier étage d’un duplex, dans un séjour-cui­sine de 40 mètres carré, plutôt « arty ». Une tren­taine de per­son­nes sont pré­sen­tes, qui chu­cho­tent par petits grou­pes sur des stra­pon­tins pré-fabri­qués, pen­dant que d’autres, encore debout, se saluent sur une musi­que d’ambiance.