Bienvenue aux insatiables !



L’Insatiable est un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs sur les relations entre l’art et la société. Notre travail consiste à faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque pour mettre en valeur des actions essentielles, explorer des terres méconnues et réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.

Faire un don

< Brèves

Festival La Voix est Libre 2016

par L’équipe
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable


"Depuis le temps que La Voix est Libre trimballe par monts et par mots sa joyeuse palanquée de croqueurs de langues, musiciens-cascadeurs, clowns en cavale, acrobattants et libres-pensifs, depuis qu’un public sans foi ni loi brave les cadres établis pour y réinventer l’art de la rencontre, le libre-étrange et l’amour poly-gamme, où tout cela pouvait-il encore nous mener ? Car c’est au cours de ces nuits indomptables que Brigitte Fontaine, Fantazio, Josef Nadj, Camille Boitel, Joëlle Léandre, Kaori Ito, Serge Teyssot-Gay, Albert Jacquard, Edouard Glissant, André Minvielle, Casey, Arthur H et autres créatures à nulles autres pareilles purent enfreindre les voix établies pour faire entendre leur joie.

Après 10 ans de Bouffes du Nord, d’échanges et de créations reprises dans les plus hautes sphères de nos institutions, c’est fidèle à lui même, nomade, indomptable et inclassable que le festival a fait le choix de s’installer sous le chapiteau éclectique d’un Paris libre et insoumis, tout en essaimant dans tous les lieux prêts à accueillir les projets nés de ses voyages post-révolutionnaires en Tunisie, en Égypte ou au Liban… Sans pour autant oublier nos amis Mongols, Congolais, Dyonisiens, Bellevillois ou Bretons, unis dans un élan d’amour vital pour transcender le clivage des genres et des identités humaines.

Alors hissons la grand-voix, car en 2016, la Loi est Vibre, le son coule encore dans nos veines, et l’amour est loin d’avoir chanté son dernier refrain."

Blaise Merlin

Musique, danse, cirque, poésie, peinture...
Une zone de libre-étrange où l’amour, la liberté et les éclats de rires coulent en abondance, où les identités ne sont pas contrôlées, où la parole groove, les murs tombent, la vie danse et les idées fusent. Heureux ceux qui se couchent tard car ils s’élèveront tôt !

Avec
Camille Boitel, Médéric Collignon, Stranded Horse, Nosfell, Babx, Thomas de Pourquery, Le Magnetic Ensemble, Laura Perrudin, Borja Flames, Joëlle Léandre, Dieudonné Niangouna...

17 rencontres inédites, 7 créations, plus de 50 artistes venus d’Égypte, de Tunisie, de Mongolie... Cirque Électrique, Maison de la Poésie, FGO-Barbara...

Programmation complète sur www.jazznomades.net

Festival LA VOIX EST LIBRE
Du 07 au 15 mai 2016






Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces


Articles

Difficile de ne pas être attiré par un artiste qui tra­vaille sur un sujet qui cham­boule notre société et nos esprits comme celui des migrants. C’est une évidence pour moi d’aller décou­vrir au col­lec­tif 12 de Mantes la jolie, la créa­tion de Rachid Akbal. Mais la ques­tion du fond et de la forme va vite se poser…


Sur la scène noire, des bulles de savon s’échappent d’une sorte d’aile-para­vent.
Les enfants s’ins­tal­lent et obser­vent cal­me­ment. Quand tous sont assis, le spec­ta­cle com­mence. Une voix : « Tu as 1 jour, 1 an, 100 ans, 1000 ans, 15 mil­lions d’années…
Que nous réserve la suite ?


Après Elbeuf et Arras, et avant de nom­breu­ses dates dans le reste du pays, Le Galactik Ensemble pré­sente son pre­mier spec­ta­cle col­lec­tif, « Optraken », au Théâtre Le Monfort à Paris jusqu’au 25 novem­bre 2017.


Jack Ralite qui vient de nous quit­ter au terme d’une vie vrai­ment bien rem­plie, a été pour nous un allié de très grande qua­lité dans ce combat qui nous a été (et nous est) commun pour la reconnais­sance de l’impor­tance de l’art et de la culture dans notre société.


Samedi soir, 10e arron­dis­se­ment, inter­phone W, 19h50. Je sonne.
L’expé­rience du soir se jouera au der­nier étage d’un duplex, dans un séjour-cui­sine de 40 mètres carré, plutôt « arty ». Une tren­taine de per­son­nes sont pré­sen­tes, qui chu­cho­tent par petits grou­pes sur des stra­pon­tins pré-fabri­qués, pen­dant que d’autres, encore debout, se saluent sur une musi­que d’ambiance.