Bienvenue aux insatiables !



L’Insatiable est un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs sur les relations entre l’art et la société. Notre travail consiste à faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque pour mettre en valeur des actions essentielles, explorer des terres méconnues et réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.

Faire un don

< Brèves

Communiqué du Cégom - Meeting au théâtre Déjazet

par L’Insatiable
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable


« Face à la haine, construisons l’égalité ! » Lundi 23 juin à 19h15, le Collectif des États généraux de l’outre-mer - Fédération des Français/es d’outre-mers, appelle à meeting unitaire de la société civile au théâtre Déjazet dans le 3ème arrondissement de Paris

Pour les partis républicains, l’arrivée en tête du Front national et l’abstention massive lors des élections européennes du 25 mai 2014 constituent un échec et un désaveu qui sonnent comme l’aboutissement de la décrédibilisation de la parole politique.

Aujourd’hui, en se positionnant comme le réceptacle des angoisses sociales qui traversent le pays, le Front national apparaît comme une gangrène qui risque d’emporter la République, la démocratie et les valeurs d’égalité, de fraternité et de justice sociale.

Le Front national est un parti d’extrême droite dont la matrice idéologique reste le racisme, l’antisémitisme et la haine de l’égalité. Les premières mesures prises dans les municipalités d’Hénin-Beaumont, de Villers-Cotterêts, de Béziers… en sont autant d’illustrations.

Jouant sur le déclassement, la précarisation et la perte de repères de nos concitoyen/ne/s, le Front national développe des logiques de bouc émissaire et met en œuvre des politiques d’exclusion sociale.

La droite qui a couru derrière les thèses du Front national a ainsi légitimé l’idéologie de ce parti. La gauche au pouvoir porte également une part de responsabilité car elle n’a pas répondu aux attentes de ses électeurs et a renoncé à mettre en œuvre une véritable politique d’égalité. Ce gouvernement a la responsabilité d’avoir privé les citoyen-ne-s de toute perspective de conquête sociale et d’égalité. Ce faisant, il a abaissé la jeunesse et les habitant-e-s des quartiers populaires au rang de fantômes de la République. Tout cela a contribué aux succès électoraux du Front national et à la défaite de la République.

PARCE QUE nous refusons la « dédiabolisation » médiatique de l’extrême droite,

PARCE QUE nous refusons l’argument selon lequel ces idées nauséabondes disparaîtraient par enchantement avec le retour de la croissance, 

PARCE QUE nous refusons de voir se développer sans limites le racisme, l’antisémitisme, la haine anti-musulmans, les LGBT-phobies et le sexisme,

PARCE QUE nous avons confiance dans l’énergie de notre jeunesse et des habitant/e/s de nos quartiers populaires qui permettra, par l’engagement citoyen et le rapport de force, de transformer et faire progresser la République autours des valeurs d’égalité, de fraternité et d’émancipation,

NOUS, ASSOCIATIONS, SYNDICATS et PERSONNALITÉS, RESSENTONS L’IMPÉRIEUSE NÉCESSITÉ DU RASSEMBLEMENT DE TOUTES CELLES ET DE TOUS CEUX QUI REFUSENT L’IDÉE D’UN SÉISME POLITIQUE PLUS GRAND ENCORE EN 2017.

C’est pour cela que le combat pour l’égalité et la République doit s’amplifier. Il n’y a pas de fatalité à voir l’extrême droite occuper les premiers rôles sur l’échiquier politique français. Ce sont nos valeurs et nos combats qui doivent guider les politiques publiques.

Reprenons toute notre place dans le débat et la vie citoyenne dès lundi 23 juin à 19h15, lors d’un grand meeting au théâtre Déjazet à Paris au 41, boulevard du temple (métro République).

Lien <popup|texte=Facebook|titre=Facebook|lien=https://www.facebook.com/events/294350340743188>

En présence des signataires du présent appel :

1. Dominique Sopo, président de SOS Racisme ;
2. William Martinet, président de l’Unef (Union nationale des étudiants de France) ;
3. Sacha Reingewirtz, président de l’UEJF (Union des étudiants juifs de France) ;
4. Sonia Aïchi, présidente de la FIDL (Fédération indépendante & démocratique lycéenne) ;
5. Daniel Dalin, président
du Collectifdom (Collectif des Antillais/es, Guyanais/es, Réunionnais/es & Mahorais/es) ;
6. Bernadette Hétier, coprésidente du MRAP (Mouvement c/ le racisme & pour l’amitié entre les peuples) ;
7. Pierre Henry, directeur général de France terre d’asile ;
8. « Osez le féminisme ! » ;
9. SNES-FSU ;
10. Cimade ;
11. Corentin Durand, président de l’UNL (Union nationale lycéenne) ;
12. Muriel Jasmin, présidente du Comité Femme Fer ;
13. Mélite Jasmin, de Mazzacca afro-caraïbéenne ;
14. « Can | Collectif Non à Guerlain ! Non à la négrophobie ! » ;
15. Fédération Ifafe ;
16. Serge Romana ;
17. LGBT/OM (Fédération lesbienne, gaie, bi & trans des Français/es d’outre-mers & de leurs proches) ;
18. Cégom (Collectif des États généraux de l’outre-mer - Fédération des Français/es d’outre-mers) ;
19. IREA (Institut de recherche & d’études africaines) ;
20. Fédération Total Respect (Tjenbé Rèd).






Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces


Articles

J’en par­lais récem­ment ici, il est des mala­dres­ses à toutes les mises en expo­si­tion. À la Maison Victor Hugo, ce qui m’a dérangé c’est le rai­son­ne­ment qui a pré­cédé la cons­truc­tion du propos cri­ti­que. Je vou­drais sou­li­gner plu­sieurs pro­blè­mes, et non des moin­dres, puisqu’ils sont dis­cri­mi­na­toi­res.


J’ai vécu la pro­po­si­tion artis­ti­que de la com­pa­gnie Betula Lenta comme une expé­rience réflexive. J’entends par là que, tota­le­ment immer­gée, j’ai perdu la mesure et du temps et de l’espace. Il n’y a plus que moi et cette dan­seuse subli­mée par une scé­no­gra­phie tout en rete­nue. L’effet sen­si­ble est puis­sant, je n’entends, je ne vois, je ne res­sens plus que dans ce lien, devenu intime.


Sur le pla­teau des Métallos on aper­çoit une fine sil­houette, seule en scène, Ella s’avance len­te­ment vers la lumière pour pren­dre la parole. Dans un labo­ra­toire d’ana­lyse. Elle apprend qu’elle est enceinte, en 2008. Elle s’en dou­tait mais elle s’effon­dre et perd connais­sance. Le choc est brutal. À son réveil, elle est trans­por­tée en 1928, le méde­cin cher­che à com­pren­dre. C’est le début d’un long voyage au plus pro­fond de son inti­mité, dans sa propre généa­lo­gie. Un seul corps, une seule bouche, sont Focus-femmes-aux-Metallos-Les

Un sémi­naire inter­na­tio­nal a réuni une soixan­taine d’inter­ve­nants ukrai­niens et de toute l’UE à Tatariv, dans les Carpathes, en vue d’élaborer un projet Europe créa­tive. Il nous semble inté­res­sant de rela­ter ici com­ment nais­sent les pré­mi­ces d’une telle coo­pé­ra­tion.


Certains textes ne se lais­sent lire sans une voix silen­cieuse susur­rée dans nos têtes. Elle résonne et ampli­fie l’émotion portée par les mots. Tel est, pour moi, le cas des œuvres lit­té­rai­res réu­nies par Alexandre Doublet dans Dire la Vie.