Bouvard et Pécuchet façon Deschamps : une certaine haine du « populaire (...)

PARTAGER CET ARTICLE ► 
|  Article suivant →
s’abonner
 

Archipels #2
est sorti !





  


< Articles

Bouvard et Pécuchet façon Deschamps : une certaine haine du « populaire »

PARTAGER ►

par Jean-Jacques Delfour
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable



Cette rencontre entre Gustave Flaubert et Jérôme Deschamps n’est pas fortuite. Le mépris hautain, aristocratique, de l’un, et le sarcasme goguenard de l’autre, maquillé en rire potache, convergent, sciemment ou non, en haine du populaire.

« Que le peuple est stupide ! C’est une éternelle race d’esclaves qui ne peut vivre sans bât et sans joug. Aussi ne sera-ce pas pour lui que nous combattons encore, mais pour notre idéal sacré. Qu’il crève de faim et de froid ! » écrit Flaubert dans une lettre à Ménard du 30 avril 1848. Quelques mois après la Commune, en octobre 1871, l’auteur de Madame Bovary, dans une lettre à George Sand, trouve « qu’on aurait dû condamner aux galères toute la Commune et forcer ces sanglants imbéciles à déblayer les ruines de Paris, la chaîne au cou, en simples forçats » [1]

JPEG - 257.2 ko
Bouvard et Pécuchet par Jérôme Deschamps © Pascal Victor

Ce thème de la bêtise du peuple voisine avec sa dangerosité. L’histor[...]

Pour lire la suite de cet article,

ABONNEZ-VOUS

(abonnement annuel ou mensuel)

Déjà abonné ?

Connectez-vous !



art et politique Politique de l’art Art et Société Théâtre National de Toulouse

[1Cité et commenté par Jean-Claude Michéa, - Paris, Flammarion, 2017, p. 92.

fake lien pour chrome



Partager cet article /  





Réagissez, complétez cette info :  →
Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Infos, réflexions, humeurs et débats sur l’art, la culture et la société…