Bienvenue aux insatiables !



Un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par l’ancienne équipe de Cassandre et celle du jeune Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


< Articles

Flammes étudiantes au Palais de Tokyo

Les étudiants de l’EBABX ont investi les lieux
par Valérie de Saint-Do
Thématique(s) : Politique de l’art Sous thématique(s) : Art Plastique

Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable


Inventeurs d’une forme de révolte originale, l’École de Nuit, contre leur nouvelle direction imposée, les étudiants de l’Ecole des Beaux-arts de Bordeaux étaient invités vendredi 10 mai au Palais de Tokyo, dans le cadre de l’exposition de Thomas Hirschhorn, « La Flamme éternelle ». Et ont partagé avec lui et d’autres étudiants leurs interrogations sur l’art, sa transmission et ses institutions.

JPEG - 98.1 ko

Leur école « de jour » se voyait imposer arbitrairement une nouvelle directrice, Sonia Criton, contre l’avis des professeurs et des étudiants. Ce fut le détonateur d’une action originale menée à Bordeaux par les étudiants de l’EBABX : l’ouverture d’une École de Nuit, plage de temps où échanger, expérimenter, inventer l’école qu’ils souhaitent. Depuis plus[...]

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous ou abonnez-vous ici

Ce journal culturel en ligne est alimenté et animé par l’ancienne équipe de Cassandre/Horschamp et les nouveaux rédacteurs de L’Insatiable qui produit également Archipels avec Culture et démocratie. Nous vous proposons des formules d’abonnement à L’Insatiable et à Archipels. Vous pouvez également recevoir des collections de numéros thématiques de Cassandre/Horschamp. Nous ne pourrons évidemment pas continuer à le développer sans votre soutien !


[


Post-scriptum : ()
]


<< ARTICLE PRÉCÉDENT
Pour un dub politique
ARTICLE SUIVANT >>
Universités Populaires :
les savoirs comme principes actifs





Lire aussi
> La Flamme brûle encore... au Palais de Tokyo
1 commentaire(s)

Charlotte Leclaire 12 juin 2014

Bonjour,

Sachez qu’à l’ESAD d’Orléans, la situation est aussi critique :

  • Directrice réélue d’office sans programme, aucune communication, ni vote.
  • CA et COP non prévenu, et jamais écouté lors des réunions, la directrice a les pleins pouvoirs.
  • Une personne à la mairie chargé de l’éventuellement comptabilisation des votes est une amie de la directrice.
  • L’inspecteur qui nous est rattaché venant de Paris est également allié à la directrice.
  • Depuis 2 ans un directeur des études est apparu, rien n’a changé à part une organisation encore plus déplorable et perdu autour de la nouvelle invention de l’année "le cloud". Conséquence plus de virtuel, moins de conversation humaine.
  • En plus du travail habituel, nous devons gérer les mails en surabondance même le weekend, s’occuper d’éléments administratif pour pallier au manque d’organisation du dessus. L’effet boule de neige est en place, plus de moyen de communication pour un meilleur écran de fumée car il n’y a pas ou peu de communication ; le langage de bois est maître et le cloud une excuse.
  • Restriction de budget, conséquence, des partenaires interviennent.
  • Moins d’expression pour l’étudiant dans son travail, conséquence, par dépit d’avoir notre diplôme nous plions sous la pression sadique et sournoise pour ressembler aux designers en vogue.
  • Ces mêmes designers sont appelés à être nos enseignants, nos "têtes d’affiches" pour un effet coup de pub ! Or ces designers compétant dans leur domaines ne sont pas professeurs de métier et ne connaisse pas le partage et la pédagogie. Le ressentit est "ils ne partagent pas leur compétence et savoir dans le métier de peur de former des concurrents."
  • Pour une école qui nous apprend de moins en moins et nous demande d’être curieux si nous voulons savoir, connaitre, ou développer des compétences...
  • Une école qui n’apprend pas, mais qui veut du talent, de la renommée.
  • Une sélection de plus en plus dure pour les concours d’entrée.
  • Une sélection de plus en plus sévère et inhumaine pour aller au diplôme.
  • L’école veut de bons élèves pour booster ses statistiques et avoir 100 % de réussite ! Mais que ce cache-t-il derrière ces chiffres ? Les bons élèves vont faire avancer l’école vers la renommée, pour avoir une belle étiquette sur leur CV...

Plus une école, une vitrine, une boîte qui collectionne les talents, mais ne les forment pas.
"Vous connaissez tout, êtes un génie, avez du talent ? Nous vous voulons"
Quel intérêt ?

"Ils" (?) détruisent nos écoles, contre notre volonté : nous sommes démunis d’apprentissage "gratuit".
Beaucoup d’entre nous subisse sans rien faire, se laissent bouffer par cette nouvelle pression, par peur de ne pas aller au diplôme et de l’avoir. Nous ne sommes pas assez nombreux à s’impliquer à Orléans. Beaucoup n’ose pas ou ont peur, et serait tentés de défendre le côté opposé.

Une école : est un établissement où l’on accueille des individus appelés « écoliers » afin que des professeurs leur dispensent un enseignement de façon collective. Le mot école vient du latin schola, signifiant « loisir consacré à l’étude », lui-même provenant du grec scholè, lequel constituait un idéal souvent exprimé par les philosophes et une catégorie socialement valorisée opposée à la sphère des tâches productives.

Faut-il se lancer dans la création de Véritables écoles d’apprentissage et d’expressions libre ?

L’école d’Orléans a besoin de regards et d’avis et de conseils extérieurs.

Nous sommes actuellement en train de créer une revue de l’école Par l’école.
Nous avons un groupe facebook de discussion à ce sujet, que je vous invite à rejoindre :
https://www.facebook.com/groups/381181748683191/
Et n’hésitez pas à m’ajouter à vos contacts : https://www.facebook.com/charlotte.leclaire.9
Ainsi que Lucien par email : lub93@orange.fr

Merci d’avance

À voir aussi ceux que nous pensions au sommet : http://ensci.sexy/

Signaler
Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces

Pour sa qua­ran­tième édition, le Festival de cinéma de Douarnenez choi­sit de ques­tion­ner la notion de Frontières. Frontière, non plus cette limite arbi­traire, cette bar­rière qui sépare mais plutôt zone d’échange. Frontière, un lieu qu’il s’agit d’inves­tir, un ter­ri­toire commun…


Brèves


Depuis 2003, le fes­ti­val de cinéma d’Attac « Images mou­ve­men­tées » s’emploie à infor­mer et à sus­ci­ter la réflexion col­lec­tive sur des ques­tions cru­cia­les de ce début de XXIe siècle en s’appuyant sur une pro­gram­ma­tion ciné­ma­to­gra­phi­que exi­geante et éclectique. Celle-ci asso­cie courts, moyens et longs-métra­ges, docu­men­tai­res et fic­tions, films fran­çais et étrangers, anciens et récents, ayant eu une large dif­fu­sion ou non. Le fes­ti­val accueille régu­liè­re­ment des avant-pre­miè­res.


Le Génie en Liberté est un Événement bien­nal, orga­nisé par le Génie de la Bastille.
Il pro­pose à un large public un par­cours cultu­rel dans le quar­tier du 11ème arron­dis­se­ment de Paris.


Tous les deux ans, la ville se trans­forme en un gigan­tes­que cas­te­let en accueillant le Festival Mondial des Théâtres de Marionnettes qui réunit 230 com­pa­gnies et accueille plus de 150.000 spec­ta­teurs. En ce mois de sep­tem­bre aura lieu sa 19° Édition.


Cette his­toire simple, et les contrain­tes qu’elle nous impose, convien­nent à un théâ­tre sim­ple­ment arti­sa­nal. Pas de recours aux tech­ni­ques contem­po­rai­nes. Technique qui fut l’immense chan­tier d’Anders. « Le « trop grand » nous laisse froids, mieux (car le froid serait encore une sorte de sentir) même pas froids, mais com­plè­te­ment intou­chés ; nous deve­nons des anal­pha­bè­tes de l’émotion ».