Bienvenue aux insatiables !



L’Insatiable est un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs sur les relations entre l’art et la société. Notre travail consiste à faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque pour mettre en valeur des actions essentielles, explorer des terres méconnues et réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.

Faire un don

< Brèves

Vitry-sur-Seine en miniatures

par L’Insatiable
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable


La compagnie de théâtre lyrique et musical « La Péniche Opéra » s’est installée en résidence de création au centre social Balzac et au Théâtre Jean-Vilar de Vitry-sur-Seine. De créations vidéo partagées en spectacle sur planches, elle a mis sur pied 100 Miniatures, un portrait éclaté de la ville représenté du 9 au 11 mai au Théâtre Jean-Vilar.

Pour dire et montrer un coin de ville, un immeuble, La Péniche Opéra a mené une résidence vidéo avec des Vitriots, de septembre 2014 à février 2015. Accompagnée du réalisateur Gabriele Alessandrini, la metteuse en scène Mireille Larroche est partie récolter paroles, gestes et mouvements de manière à dessiner cent visages de Vitry-sur-Seine.

Cette démarche s’est inspirée du « mélodrame lyrique » 100 Miniatures, qui a été présenté du 9 au 11 mai au Théâtre Jean-Vilar. « 100 portraits « flashes », reflétant la vie très ordinaire de gens eux-mêmes ordinaires, 100 légendes des petites gens qui aiment, échangent, travaillent, 100 visions éternelles d’une petite communauté qui vit, espère et patiente ».

Mis sur pied par Philippe Manyana (auteur), Bruno Gillet (compositeur) et Mireille Larroche, 100 Miniatures préexistait, mais s’est trouvé revisité au fil des expériences vitriotes. Au-delà de la seule représentation, La Péniche Opéra entend fabriquer de la culture avec les habitants. Le week-end a été ponctué d’une « conférence Art et science » (100 miniatures ou les mathématiques du vivant" / Les chiffres peuvent-ils décrire le vivant, le monde ?) et s’est cloturé par une fête sur la Péniche, amarrée sur les bords de Seine, au cours de laquelle est prévue une rencontre avec les artistes à l’issue de deux saisons de collaboration et de présence sur le territoire.

Plus d’informations sur le site du théâtre,
sur la section "Portrait d’une ville",
et sur le site de La Péniche Opéra

Théâtre Jean-Vilar
1 Place Jean Vilar, 94400 Vitry-sur-Seine
01 55 53 10 60

JPEG - 69.2 ko
100 Miniatures, du 9 au 11 mai au théâtre Jean Vilar





Réagissez, complétez cette info :
Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces


Articles

Avec From the « Ground to the Cloud », Olivier Coulon-Jablonka et le Moukden Théâtre s’atta­quent à un sujet com­plexe à trans­po­ser à la scène : la super­puis­sance numé­ri­que et son intru­sion dans tous les aspects de notre vie.


Notre ami Hervé Breuil a créé le Lavoir Moderne Parisien il y a vingt-huit ans dans un ancien lavoir public situé rue Léon, au cœur de ce quar­tier popu­laire qui devint peu à peu l’enclave « afri­caine » de la Goutte d’or, dans le dix-hui­tième arron­dis­se­ment de Paris. Un quar­tier à la répu­ta­tion inquié­tante, sous la menace per­ma­nente d’opé­ra­tions immo­bi­liè­res, mais en réa­lité très vivant.


Chaque année depuis 2016, les équipes de L’Insatiable en France et Culture&Démocratie en Belgique, aguer­ries à l’explo­ra­tion des pra­ti­ques artis­ti­ques en lien avec les ques­tions de société, pro­dui­sent, avec la col­la­bo­ra­tion de par­te­nai­res d’autres pays, un numéro de la revue Archipels autour de la ren­contre des cultu­res. Nous vou­lons déve­lop­per ensem­ble une revue papier per­met­tant de mettre en valeur, com­pren­dre et favo­ri­ser, les échanges entre les artis­tes et l’ensem­ble de la col­lec­ti­vité humaine.


J’ai rendez-vous à l’hôpi­tal Saint-Vincent de Paul pour me faire réa­ni­mer. Prise en charge par une infir­mière puis une équipe de méde­cin, je serai rame­née à la vie et inci­tée à en pro­fi­ter.


Pierre Debauche a été, de très près comme de loin, un solide com­pa­gnon de route de notre tra­vail pour l’art et la culture dans la société, un repère et l’une de nos brû­lan­tes ins­pi­ra­tions. Un grand frère d’armes jusqu’à son der­nier souf­fle pour tous ceux qui, jeunes ou non, savent que le théâ­tre est un lieu de par­tage essen­tiel. Et s’effor­cent, en ces temps arides, de mettre en pra­ti­que ce savoir.