Bienvenue aux insatiables !



Un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par l’ancienne équipe de Cassandre et celle du jeune Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


Archives

Un nettoyage ethnique qui ne dit pas son nom : le scandale de l’expulsion des Rroms de St-Denis

La chasse à l’homme, la vraie, elle est là.
par Valérie de Saint-Do
Télécharger la version PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable


La chasse à l’homme, la vraie, elle est là. Oh non, pas dans les aboiements des chiens de garde de la Sarkozye contre les médias qui font leur boulot en générale et l’excellent Médiapart en particulier. Non, la barbarie s’incarne dans l’action du préfet couvert de louanges par le sous-monarque, avec la complaisance, voire la collaboration, de la mairie de St-Denis.

Voici quelques jours que le nouveau préfet "à poigne" s’est distingué, en matière de lutte contre la délinquance par l’expulsion du camp du Hanul. Un camp de Rroms installé de longue, et qui bénéficiait d’une tolérance passée avec Patrick Braouezec, ancien maire de St-Denis. Bon nombre de familles étaient installées là depuis des années, les enfants scolarisés. Les associations d’artistes et d’architectes Nomad’s land et AOA faisaient un travail remarquable avec les Rroms et Parada pour rendre ce bidonville vivable : renforcement des habitations, construction d’une salle commune, de toilettes sèches, ateliers et accompagnement scolaire pour les enfants...

JPEG - 54.6 ko
La Hanulitsa, salle commune mise en place par Nomad’sland, exemple d’une réalisation que le "préfet musclé" a jugé bon de détruire

Tout ceci a volé en éclats, au mépris non seulement de toute humanité, mais de toute légalité : peut-on , en France, interdire de séjour des ressortissants européens, des enfants nés en France, d’un département ? Rappelons que la loi Besson oblige toutes les communes de + de 5000 habitants à disposer de terrains pour l’accueil des gens du voyage. Ce qui se passe est digne du magnifique film Liberté, de Tony Gatlif. Non seulement le camp a été rasé, mais les RRoms qui ont tenté de se réfugier sur les bords du canal ont été chassés à minuit avec leur enfants, (!) et la police leur a intimé l’ordre de quitter la Seine St-Denis.

Non, il n’est pas excessif de se référer à Vichy. Et de se souvenir de ce bel adage : "Plus inquiétant que le bruit des bottes, il y a le silence des pantoufles". Ou de la phrase d’Einstein : "le monde est mauvais non à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui laissent faire". Qu’en pense Didier Paillard, maire de St-Denis, qui a marié certains de ces couples ?Qu’en pensent les sites de presse qui laissent dégouliner des commentaires sur les RRoms plus racistes et insultants les uns que les autres (et qui devraient tomber sous le coup de la loi) sans les modérer ? Et je ne parle pas seulement de la Pravda sarkozyste qu’est le Figaro.

Une soirée de soutien aux RRoms expulsés est organisée demain soir, mercredi 14 juillet, à 20h, au 6b, lieu récemment ouvert par Julien Beller, de Nomad’s land, à l’appel des associations La Voix des Rroms, AOA, Parada, et du chapiteau Raj ganawak. Soyons nombreux à hurler notre colère !  : 6b, quai de seine 93200 Saint-Denis

ACCES : RER D arrêt Saint-Denis
Plus d’infos : http://tinyurl.com/2fjxjml
On lira non sans tristesse l’article sur Julien Beller et l’action de Nomad’s land et de l’AOA au Hanul dans Cassandre/Horschamp n° 81," L’autre sans qui je meurs"





Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces

Pour sa qua­ran­tième édition, le Festival de cinéma de Douarnenez choi­sit de ques­tion­ner la notion de Frontières. Frontière, non plus cette limite arbi­traire, cette bar­rière qui sépare mais plutôt zone d’échange. Frontière, un lieu qu’il s’agit d’inves­tir, un ter­ri­toire commun…


Brèves

Cette his­toire simple, et les contrain­tes qu’elle nous impose, convien­nent à un théâ­tre sim­ple­ment arti­sa­nal. Pas de recours aux tech­ni­ques contem­po­rai­nes. Technique qui fut l’immense chan­tier d’Anders. « Le « trop grand » nous laisse froids, mieux (car le froid serait encore une sorte de sentir) même pas froids, mais com­plè­te­ment intou­chés ; nous deve­nons des anal­pha­bè­tes de l’émotion ».


Le Festival OASIS BIZZ’ART fête sa 15ème édition cette année et vous offre quatre magni­fi­ques soi­rées avec des artis­tes venus des quatre coins du monde. Concerts, che­vaux, cirque, per­for­man­ces, pro­jec­tions, ate­liers, espace enfants, res­tau­ra­tion locale... le tout sur un site natu­rel entiè­re­ment scé­no­gra­phié !


Participez au très beau projet qui se met en place autour d’Armand Gatti et de la maison qui abrite la Parole errante à Montreuil.


En ce début d’été de belles choses autour d’Armand Gatti se dérou­le­ront à Montreuil. Quelques jours où nous pour­rons nous replon­ger dans les mots du poète, dis­paru ce prin­temps, mais tou­jours là autour de nous, dans cette Maison de l’Arbre qui nous a accueillis.


Cette année le fil rouge du fes­ti­val est "Le bateau", celui des pêcheurs de Camaret, celui du Bateau Ivre et aussi celui dans lequel s’embar­quent des mil­liers de femmes et d’hommes à la recher­che d’un avenir plus pai­si­ble... Les 28, 29 et 30 Juillet.