Bienvenue aux insatiables !



Un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par l’ancienne équipe de Cassandre et celle du jeune Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


Archives

Skyrock, du rap de bouffons

A l’instar du punk, le hip hop est devenu une norme...
par Nicolas Romeas
Télécharger la version PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable


par Andy Verol

Le rap contestataire actuel se contenterait-il de contester les contestataires ? Bien sûr il existe des killers du genre comme la Rumeur, Anphalshe, Casey, etc.. qui n’auraient rien eu à redire à mon billet d’humeur d’hier concernant la radio Skyrock et son barouf bidon concernant le limogeage de son boss fondateur... Lepost en a décidé autrement. Je publie donc ce billet sur cette plateforme d’"info" et une heure plus tard, il était mis en Une (par un journaliste conscient qu’il faut parfois rétablir la balance sur cette supercherie médiatico-commerciale)... Durant 24 heures, plus de 44 000 personnes sont venus lire la "chose vérolée" et des dizaines de commentaires plus tard, Lepost supprimait purement et simplement l’article, sans justification... Mais mon expérience de la "libre-expression" sur le réseau mondialeux me fait dire, sans aucune chance de me tromper, que des plaintes (et pas qu’une), venues de partout (des "gentlemen" de Skyrock sans nul doute, des fans de cette antenne, des "rapeux" revêches plus à même de critiquer comme des clones de leurs prédécesseurs que d’utiliser l’auto-critique et un regard lucide sur la dérive connasse de d’un genre qui se posait justement anti-censure)... avaient signé le glas de mon texte.

Je ne tenais pas particulièrement à ce billet, mais il prend de l’importance au regard de cette censure pathétique et révélatrice (une fois encore) de la tendance lourde de la dénonciation anonyme sur Internet plutôt qu’une réelle capacité de droit de réponse... J’aurais aimé entendre les contradicteurs, qu’ils m’expliquent de façon grossière ou argumentée, pourquoi mon texte n’était pas recevable. Mais la contradiction n’a pas lieu d’être sur Lepost. Il paraît évident que les pressions sont grandes sur ce type de médias fourre-tout qui tente l’impertinence, l’info crédible, l’info people et l’info poubelle confondues... Difficile exercice donc de mettre du Vérol en Une, lorsque le propos y est direct et acceptable (au-delà du style délibérément ordurier, histoire de faire honneur à ceux du Rap que j’ai adoré et adore encore qui n’ont jamais hésité à appeler un chat un chat, casqué ou non).

ça n’est pas la première fois que je vis une telle censure, mais elle est salvatrice... La réalité de la liberté ne vaut que si l’on en force les limites. Je laisse donc Skyrock et sa programmation vulgaire et réductrices, je laisse aussi Lepost à ses billets d’humeur sur le sujet qui ne consistent plus, après la suppression de mon texte, qu’à dire : "Pourquoi je soutiens Skyrock".

"La mentable".

Le texte en question :

"Skyrock, du rap de bouffons | 15 avril 2011

Le monde des médias français s’émeut pour une révolution de crétins, une bande d’abrutis qui, depuis plus d’une décennie, a littéralement fait du rap un genre vulgaire, un style merdique... En s’accaparant le Hip Hop, Skyrock en fit un fond de commerce, diffusant majoritairement des moins que rien artistiques, des copieurs-colleurs-videurs... Désormais, les mecs de cité bavent des textes sans fond, des mises en scène vulgos, et une idéologie du capitalisme de quartier. Rares sont ceux qui, aujourd’hui, produisent de la bombe (baby)... Musicalement, la plupart des rapeux se suffit des boucles archi-entendues... Les textes sont creux, attachés à rabâcher sans cesse les mêmes litanies : la cité, les keufs, les gangsters, les meufs/ton/cul, la maille, et si-j’ai-une-grosse-bagnole-je-suis-un-boss. Tout ça n’est évidemment qu’une histoire de thunes, de niche commerciale et d’incompétences... On peut remercier cette radio pour avoir vider l’oeuf de son blanc et de son jaune... Depuis le virage pris par cette antenne dans les années 90, les véritables créateurs, cracheurs, existent ailleurs... Dans les rues, le RER, des lascars d’opérette écoutent des tracks à chier avec leurs portables. Véritables geeks d’HLM, ils miment leurs ainés... Le rap est partout, dans les morceaux variétoches, les mollards R&B, les émissions grand public... Les fils à papa, les couillons de classe moyenne, les darons salariés écoutent cette chiotte. A l’instar du punk, le hip hop est devenu une norme, le genre d’une majorité qui n’a rien à dire, râleuse, et prétendument contre le système... Quand on entend ces minables squattant les locaux de la radio commerciale, Skyrock, on ne peut dire qu’une seule chose : vos gueules les Johnny du Rap, les Green Day du hip hop, les rois du shopping de la rébellion...

Andy Vérol






Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces

Pour sa qua­ran­tième édition, le Festival de cinéma de Douarnenez choi­sit de ques­tion­ner la notion de Frontières. Frontière, non plus cette limite arbi­traire, cette bar­rière qui sépare mais plutôt zone d’échange. Frontière, un lieu qu’il s’agit d’inves­tir, un ter­ri­toire commun…


Brèves

Cette his­toire simple, et les contrain­tes qu’elle nous impose, convien­nent à un théâ­tre sim­ple­ment arti­sa­nal. Pas de recours aux tech­ni­ques contem­po­rai­nes. Technique qui fut l’immense chan­tier d’Anders. « Le « trop grand » nous laisse froids, mieux (car le froid serait encore une sorte de sentir) même pas froids, mais com­plè­te­ment intou­chés ; nous deve­nons des anal­pha­bè­tes de l’émotion ».


Le Festival OASIS BIZZ’ART fête sa 15ème édition cette année et vous offre quatre magni­fi­ques soi­rées avec des artis­tes venus des quatre coins du monde. Concerts, che­vaux, cirque, per­for­man­ces, pro­jec­tions, ate­liers, espace enfants, res­tau­ra­tion locale... le tout sur un site natu­rel entiè­re­ment scé­no­gra­phié !


Participez au très beau projet qui se met en place autour d’Armand Gatti et de la maison qui abrite la Parole errante à Montreuil.


En ce début d’été de belles choses autour d’Armand Gatti se dérou­le­ront à Montreuil. Quelques jours où nous pour­rons nous replon­ger dans les mots du poète, dis­paru ce prin­temps, mais tou­jours là autour de nous, dans cette Maison de l’Arbre qui nous a accueillis.


Cette année le fil rouge du fes­ti­val est "Le bateau", celui des pêcheurs de Camaret, celui du Bateau Ivre et aussi celui dans lequel s’embar­quent des mil­liers de femmes et d’hommes à la recher­che d’un avenir plus pai­si­ble... Les 28, 29 et 30 Juillet.