Bienvenue aux insatiables !



Un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par l’ancienne équipe de Cassandre et celle du jeune Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


Brèves

S’alimenter pour la vie

par L’Insatiable
Télécharger la version PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable


Culture et alimentation

« De tous les arts, l’art culinaire est celui qui nourrit le mieux son homme »

Pierre Dac

Tous nos sens participent à l’alimentation qui nous permet de savourer la vie et nous relie au cosmos ; cette alchimie dans notre corps nous fait aussi participer à la création ou à la destruction de notre être et de la planète.

L’alimentation est un acte bien au-delà d’une simple absorption /transformation c’est un acte culturel qui nous rend acteur de notre environnement. Si nous nous alimentons de violence faite au règne végétal (pesticides insecticides) ou au règne animal (élevages en batteries) nous perdons notre humanité ainsi que le dit le philosophe Emmanuel Kant : « l’inhumanité infligée à un autre détruit l’humanité en nous »

JPEG - 255.3 ko

Dans la langue française il y a les mots d’esprit et les maux du corps a priori sans relation avec l’alimentation, et pourtant il existe des liens entre eux, comme la nature, la culture sont elles aussi reliées à l’alimentation. L’Orient et l’Occident s’apportent mutuellement leurs richesses de traditions diverses et plutôt qu’une uniformisation comme le voudrait une certaine forme de mondialisation c’est à conserver cette biodiversité que nous devons tendre. L’alimentation est un voyage qui touche tout notre être sensible : découverte des 5saveurs (acide, amer, doux, piquant, salé), musique des aliments on parle du craquant des chips ou comme le poète Baudelaire le dit si bien : un soir l’âme du vin chantait !les couleurs des mets dans notre assiette réjouissent nos yeux, notre nez peut ressentir le fumet du poisson ou le bon plat qui mijote ,on peut toucher la délicatesse de la peau d’un abricot ou le piquant de celle d’un cornichon. La cuisine peut devenir un art qui va révéler l’artiste en chacun d’entre nous et son potentiel créateur ,elle peut permettre de retrouver la place de la culture dans une économie non pas productiviste mais ouverte à la diversité dans le respect de la nature , elle est une thérapeutique « que ton aliment soit ton médicament »comme disait Hippocrate. Elle est une opportunité pour nous détourner de la barbarie et nous conduire à une humanité vivante où l’art aura remplacé les armes ! Et de la cuisine nous dirons comme Rossini que c’est une mélodie qui se déguste par la bouche et aussi qui nous relie au vivant : les mots savoir, sagesse, saveur n’ont ils pas la même étymologie !

Marie Glémin

Le livre peut être acheté et commandé dans librairies ou fnac ou envoyé par la poste après réception d’un chèque de 19euros 40.
Tel :0680177513






Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces

La finance ne déter­mine pas la géo­gra­phie et l’his­toire, le Royaume Uni est bien en Europe.
Le Théâtre de l’Opprimé fêtera la 10ème édition du fes­ti­val MigrActions. Dès la pre­mière édition de MigrActions en 2007, le fes­ti­val affirme sa volonté de célé­brer la liberté de migra­tion des formes, des iden­ti­tés et des géné­ra­tions. Culture en mou­ve­ment, en action, pro­ve­nant d’une plu­ra­lité d’hori­zons artis­ti­ques.


Brèves

Pour sa qua­ran­tième édition, le Festival de cinéma de Douarnenez choi­sit de ques­tion­ner la notion de Frontières. Frontière, non plus cette limite arbi­traire, cette bar­rière qui sépare mais plutôt zone d’échange. Frontière, un lieu qu’il s’agit d’inves­tir, un ter­ri­toire commun… du moins, pour un temps, celui du Festival, et des pos­si­bles rai­son­nés et/ou rêvés… là-bas, à Douarnenez.
Cette année encore, fic­tions, docu­men­tai­res, images fixes comme ani­mées, pala­bres, ren­contres, lit­té­ra­tu­res, concerts et fes­ti­vi­tés Frontieres-du-18-au-26-Aout-2017

Cette his­toire simple, et les contrain­tes qu’elle nous impose, convien­nent à un théâ­tre sim­ple­ment arti­sa­nal. Pas de recours aux tech­ni­ques contem­po­rai­nes. Technique qui fut l’immense chan­tier d’Anders. « Le « trop grand » nous laisse froids, mieux (car le froid serait encore une sorte de sentir) même pas froids, mais com­plè­te­ment intou­chés ; nous deve­nons des anal­pha­bè­tes de l’émotion ».


Le Festival OASIS BIZZ’ART fête sa 15ème édition cette année et vous offre quatre magni­fi­ques soi­rées avec des artis­tes venus des quatre coins du monde. Concerts, che­vaux, cirque, per­for­man­ces, pro­jec­tions, ate­liers, espace enfants, res­tau­ra­tion locale... le tout sur un site natu­rel entiè­re­ment scé­no­gra­phié !


Participez au très beau projet qui se met en place autour d’Armand Gatti et de la maison qui abrite la Parole errante à Montreuil.


En ce début d’été de belles choses autour d’Armand Gatti se dérou­le­ront à Montreuil. Quelques jours où nous pour­rons nous replon­ger dans les mots du poète, dis­paru ce prin­temps, mais tou­jours là autour de nous, dans cette Maison de l’Arbre qui nous a accueillis.