Roms de Ris-Orangis : fête à la Base de vie

PARTAGER CET ARTICLE ► 
|  Article suivant →
Archipels #2 est enfin là !
Bienvenue aux insatiables !



L’Insatiable est un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs sur les relations entre l’art et la société. Notre travail consiste à faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque pour mettre en valeur des actions essentielles, explorer des terres méconnues et réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.

Faire un don

< Archives

Roms de Ris-Orangis : fête à la Base de vie

PARTAGER ►

par Valérie de Saint-Do
Thématique(s) : Géo-Graphies Sous thématique(s) : Urbanisme , Banlieue , Luttes , Zones d’autonomie artistique , Rroms

Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable



Une chapelle œcuménique, des éléments de mobilier et de multiples plantations, une intervention graphique de Malte Martin, une fanfare et un goûter : tels sont les ingrédients d’une fête qu’organise le PEROU sur ladite "base de vie" à Ris-Orangis le samedi 31 mai, à 15h.

Ici, dix familles issues du bidonville de la "Place de l’Ambassade" ont reçu l’hospitalité, et cinq d’entre elles ont d’ores et déjà intégré un logement social en quelques mois de stabilisation. Ici, sur un lieu de vie temporaire mis en œuvre sur un terrain de l’État, sur la commune de Ris-Orangis, et sous l’égide du Conseil Général de l’Essonne, preuve est faite que construire vaut mieux que détruire pour répondre à la présence de bidonvilles sur le territoire européen.

Cette expérience est une première en Essonne. En tant que telle, elle est nécessairement l’amorce d’une série longue et joyeuse : face aux situations multiples de précarité, il nous faut collectivement œuvrer à la démultiplication de formes d’hospitalité pour celles et ceux vivant aujourd’hui en lisière de nos métropoles.
Le PEROU s’y emploie, ici comme ailleurs.


Communiqué de Sébastien Thiéry, coordinateur du PEROU.

Bonjour,

Le 3 avril 2013, trois pelleteuses détruisaient le bidonville de la Nationale 7 à Ris-Orangis où le PEROU avait engagé une action six mois auparavant.
Le 31 mai 2014, le PEROU fête la fin de chantier sur la "base de vie" à Ris-Orangis, lieu (une première en Essonne) où 38 personnes ont été légalement accueillies et inscrites dans un parcours d’insertion portant d’ores et déjà des fruits extraordinaires.
D’où, par ailleurs, la poursuite de l’action du PEROU sur le bidonville de Grigny où les familles non sélectionnées pour ce parcours d’insertion ont trouvé refuge. Afin que d’autres projets tels que la "base de vie" adviennent.

A 15h ce samedi 31 mai, une fête sera donnée, une fanfare y sera offerte, pour montrer que le pire n’est pas une fatalité.

Sébastien Thiéry, coordinateur du PEROU.

Le Blog du PEROU

Considérant qu’il est plausible…

Pour rejoindre la fête : suivez le plan !


fake lien pour chrome



Partager cet article /  


<< ARTICLE PRÉCÉDENT
Vers un avenir plus démocratique grâce à l’informatique(...)
ARTICLE SUIVANT >>
Théâtre et prisons le 1er juin au Théâtre de la(...)





Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces


Brèves

« Où l’art se fera-t-il ? » Les 10, 16 et 17 décem­bre, au B’Honneur des Arts, salle de la Légion d’hon­neur à Saint-Denis.


Du 30 novem­bre au 3 décem­bre 2017
Vernissage jeudi 30 novem­bre de 18h à 22h.L’ hybri­da­tion est à la mode. En art, la pra­ti­que n’est pas nou­velle, mais à l’ère des images de syn­thè­ses, des OGM et des pro­thè­ses bio­ni­ques que peu­vent les artis­tes aujourd’hui ?


Installations, spectacles, tables rondes
projections, concert, brunch et autres réconforts...
De 11h00 à minuit



Le deuxième numéro de la grande revue franco-belge art et société est arrivé, com­man­dez-le main­te­nant !


L’infor­ma­tion ne devrait pas être une mar­chan­dise, mais elle est de plus en plus sous la coupe des pou­voirs finan­ciers et indus­triels. Pour faire vivre une presse libre, jour­na­lis­tes et citoyen•­ne•s doi­vent inven­ter d’autres modè­les économiques, émancipés de la publi­cité et des action­nai­res.