Quand l’impuissance publique ne sait que détruire

PARTAGER CET ARTICLE ► 
|  Article suivant →
Archipels #2 est enfin là !
Bienvenue aux insatiables !



L’Insatiable est un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs sur les relations entre l’art et la société. Notre travail consiste à faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque pour mettre en valeur des actions essentielles, explorer des terres méconnues et réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.

Faire un don

< Articles

Quand l’impuissance publique ne sait que détruire

Expulsion du bidonville de la Folie à Grigny
PARTAGER ►

par Valérie de Saint-Do
Thématique(s) : Parti-pris , Géo-Graphies Sous thématique(s) : Architecture , Rroms
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable



JPEG - 90.2 ko
Photo Laurent Malone

Le bidonville de la Folie à Grigny a été évacué et démoli ce 5 août au matin. Une fois de plus, les pelleteuses ruinent un an de travail avec les familles, au mépris de la loi. Au mépris aussi d’un minimum d’intelligence et d’humanité face aux parcours de vie et aux constructions accomplies.

Ce n’est pas Drancy. Ni Gaza.
Juste une violence calme, mais surtout d’une bêtise à hurler.

Ce mardi 5 août au matin, le bidonville de la Folie a disparu sous les coups des pelleteuses.
Les familles ont reçu la visite des CRS à 7 heures. Ré[...]

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous ou abonnez-vous ici

Ce journal culturel en ligne est alimenté et animé par l’ancienne équipe de Cassandre/Horschamp et les nouveaux rédacteurs de L’Insatiable qui produit également Archipels avec Culture et démocratie. Nous vous proposons des formules d’abonnement à L’Insatiable et à Archipels. Vous pouvez également recevoir des collections de numéros thématiques de Cassandre/Horschamp. Nous ne pourrons évidemment pas continuer à le développer sans votre soutien !


fake lien pour chrome



Partager cet article /  



<< ARTICLE PRÉCÉDENT
L’art, outil de décolonisation de l’économisme
ARTICLE SUIVANT >>
Deux lettres cinématographiques de Jean-Luc Godard aux refuzniks israéliens.




Lire aussi
> La folie destructrice
1 commentaire(s)

administré de force 6 août 2014

C’est bien pour ça que la France tombe toujours un peu plus en arrière par rapport aux pays d’Europe du nord : cette obsession à s’autodétruire en refusant de travailler ensemble, en broyant les ressources humaines et culturelles au lieu de leur faire confiance, en étouffant systématiquement les initiatives citoyennes. L’appareil administratif est un état dans l’état où les différentes unités se combattent les une les autres. Au résultat, le pays est paralysé et doit en plus financer tout ça. No future ! Soit le gvt actuel dessine un vrai projet d’avenir , soit il sera remplacé et la violence avec laquelle le pays se déchirera dépassera tout ce qu’on ose imaginer pour l’instant.

Signaler
Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces


Brèves

Installations, spectacles, tables rondes
projections, concert, brunch et autres réconforts...
De 11h00 à minuit



Du 30 novem­bre au 3 décem­bre 2017
Vernissage jeudi 30 novem­bre de 18h à 22h.L’ hybri­da­tion est à la mode. En art, la pra­ti­que n’est pas nou­velle, mais à l’ère des images de syn­thè­ses, des OGM et des pro­thè­ses bio­ni­ques que peu­vent les artis­tes aujourd’hui ?


« Où l’art se fera-t-il ? » Les 10, 16 et 17 décem­bre, au B’Honneur des Arts, salle de la Légion d’hon­neur à Saint-Denis.


Lancement d’Archipels 2 à Liège le 18 novem­bre 2017 de 18h à 19h30.« Devant des événements aussi vio­lents que la “crise des migrants”, il est plus commun, plus immé­diat, de se lais­ser sidé­rer que de consi­dé­rer », écrit Marielle Macé, la sidé­ra­tion indui­sant une mise à dis­tance, une para­ly­sie, à l’inverse de la consi­dé­ra­tion qui favo­rise la com­pas­sion, la lutte.


L’infor­ma­tion ne devrait pas être une mar­chan­dise, mais elle est de plus en plus sous la coupe des pou­voirs finan­ciers et indus­triels. Pour faire vivre une presse libre, jour­na­lis­tes et citoyen•­ne•s doi­vent inven­ter d’autres modè­les économiques, émancipés de la publi­cité et des action­nai­res.