Bienvenue aux insatiables !



L’Insatiable est un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs sur les relations entre l’art et la société. Notre travail consiste à faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque pour mettre en valeur des actions essentielles, explorer des terres méconnues et réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.

Faire un don

< Brèves

Message de Jean Bojko (TéATr’éPROUVèTe)

par L’Insatiable
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable


Comme vous devez le savoir, il se passe des choses fort intéressantes à Corbigny, commune rurale de 1600 habitants, où une nouvelle équipe, qui se dit sans étiquette, vient de s’installer à la mairie démocratiquement.

Les premières mesures se caractérisent par des nettoyages en tous genres. La balayeuse d’un autre âge a été priée d’en mettre un coup. Elle ronfle, la pauvre, comme un employé en fin de carrière. On désherbe aussi et pour cela on revient au désherbant chimique qui avait été peu à peu abandonné, non sans mal. En somme un vrai programme politique autour du nettoyage et du ménage communal.

Mais il est d’autres nettoyages... Et d’autres ménages en cours. En particulier des nettoyages culturels si caractéristiques des prises de pouvoir par certains... Ici et ailleurs.

Corbigny avait la rare particularité d’avoir développé un projet culturel ambitieux depuis une dizaine d’années. Ainsi quatre compagnies professionnelles, dont deux conventionnées (à titre comparatif il n’y en a qu’une à Nevers et trois en tout dans la Nièvre) s’y étaient installées dans des domaines artistiques différents mais complémentaires comme la danse contemporaine avec Les Alentours Rêveurs/Compagnie Serge Ambert, le théâtre de rue avec les Métalovoices, le théâtre sans H avec le TéATr’éPROUVèTe et Jean Bojko, la musique et la lutherie avec Déviation/Compagnie Alain Mignon.

Ce projet culturel a induit 15 emplois permanents et des dizaines d’emplois intermittents techniques et artistiques. Résidences, ateliers permanents, laboratoire de recherche multimédia pour personnes âgées, spectacles, films, projets divers ont pu ainsi voir le jour. Un festival de rue également prenait son envol. Un nouveau lieu culturel dédié aux arts de la rue était sorti de terre. L’Abbaye peu à peu équipée et rénovée, commençait à devenir une ruche active si bien qu’il était prévu d’y installer sur proposition de la Direction Régionale des Affaires Culturelles le Centre chorégraphique de Bourgogne prochainement. Pour ce qui est des arts plastiques, une commande publique fort décriée localement, comme toujours avec l’art contemporain, faite à l’artiste minimaliste américain Lawrence Weiner, venait compléter un menu culturel discutable mais copieux. Tout cela en parallèle avec les associations locales et l’école de musique, les établissements scolaires également utilisateurs des lieux.

Corbigny devenait en à peine 10 ans une référence en matière culturelle. Les apports financiers étaient importants notamment pour la réfection de l’Abbaye, et ceci n’aurait pas pu se faire sans projet culturel global...et sans un investissement minimum de la commune. Des centaines d’artistes, d’intellectuels, y ont résidé, séjourné, travaillé...

« De la culture il en faut un peu, mais pas trop ! » lançait un Corbigeois attablé au café de la mairie. Ce qui veut tout dire...

Alors on nettoie. Allez la balayeuse culturelle ! oust ! Débarrassez-moi de l’œuvre de cet obscur artiste américain Weiner. Allez ! oust ! plus de festival de rue. Plus de projet de salle multimodale (financée à 80 pour cent). Plus de projet de réfection du site de l’Abbaye. Au panier aussi les partenaires. Plus de centre chorégraphique de Bourgogne. Pour ce qui est de la programmation, la nouvelle adjointe à la culture qui se targue d’appartenir au monde de l’entreprise, entend s’en occuper elle-même : du Molière pour ce qui est du théâtre ! Une exposition sur les nourrices plutôt que d’obscurs artistes nombrilistes ! etc... Elle a été élue dit-elle pour satisfaire les Corbigeois ! Quand certains s’ajouteront à d’autres pour dire ouvertement que les compagnies, les artistes présents, sont un ramassis de fainéants vivants sur des fonds publiques et phagocytant la commune, il ne restera plus qu’à donner un dernier coup de balayeuse et à vider les lieux...

On nettoie mais pour faire quoi ? Eh bien, pour installer dans ce bourg rural des caméras de vidéo-surveillance ! Si, si, c’est un projet important et prioritaire du nouveau conseil municipal...

On croit rêver mais ce n’est que réalité. Reste à se demander comment on en arrive là... Moi je sais, mais je n’ai pas envie de le dire.

Avec le sourire et en vous invitant à faire suivre...

Jean Bojko

TéATr’éPROUVèTe L’Abbaye du Jouïr 58800-CORBIGNY
www.theatreprouvette.fr






Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces


Articles

J’ai vécu la pro­po­si­tion artis­ti­que de la com­pa­gnie Betula Lenta comme une expé­rience réflexive. J’entends par là que, tota­le­ment immer­gée, j’ai perdu la mesure et du temps et de l’espace. Il n’y a plus que moi et cette dan­seuse subli­mée par une scé­no­gra­phie tout en rete­nue. L’effet sen­si­ble est puis­sant, je n’entends, je ne vois, je ne res­sens plus que dans ce lien, devenu intime.


Sur le pla­teau des Métallos on aper­çoit une fine sil­houette, seule en scène, Ella s’avance len­te­ment vers la lumière pour pren­dre la parole. Dans un labo­ra­toire d’ana­lyse. Elle apprend qu’elle est enceinte, en 2008. Elle s’en dou­tait mais elle s’effon­dre et perd connais­sance. Le choc est brutal. À son réveil, elle est trans­por­tée en 1928, le méde­cin cher­che à com­pren­dre. C’est le début d’un long voyage au plus pro­fond de son inti­mité, dans sa propre généa­lo­gie. Un seul corps, une seule bouche, sont Focus-femmes-aux-Metallos-Les

Un sémi­naire inter­na­tio­nal a réuni une soixan­taine d’inter­ve­nants ukrai­niens et de toute l’UE à Tatariv, dans les Carpathes, en vue d’élaborer un projet Europe créa­tive. Il nous semble inté­res­sant de rela­ter ici com­ment nais­sent les pré­mi­ces d’une telle coo­pé­ra­tion.


Certains textes ne se lais­sent lire sans une voix silen­cieuse susur­rée dans nos têtes. Elle résonne et ampli­fie l’émotion portée par les mots. Tel est, pour moi, le cas des œuvres lit­té­rai­res réu­nies par Alexandre Doublet dans Dire la Vie.


Cette magni­fi­que pièce de Luigi Pirandello mise en scène par Jean Liermier pro­pose une réflexion sur les stra­té­gies défen­si­ves en cas de mort pré­ma­tu­rée d’un fils. Donna Anna va répé­tant que son fils va reve­nir, à la sur­prise hor­ri­fiée de son entou­rage, une famille tra­di­tion­nelle, catho­li­que, rurale. Celle-ci affi­che le bon sens : les morts sont à oublier afin que les vivants puis­sent vivre sans être hantés par eux. À preuve les pier­res tom­ba­les qui empê­chent les morts de sortir des tombes, la cré­ma­tion La-Vie-que-je-t-ai-donnee-Une