Bienvenue aux insatiables !



Un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par l’ancienne équipe de Cassandre et celle du jeune Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


Brèves

Chanter, penser, aimer…

Hugo en chansons
par Nicolas Romeas
Télécharger la version PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable


Nous avons découvert et rencontré il y a peu, le talent subtil, l’humour et l’intelligence artistique de Philippe Guinet à l’occasion d’une mémorable soirée organisée par Laurent Schuh (Les arts et mouvants) autour de sa mise en scène de L’Homme qui rit de Victor Hugo au Théâtre du Grand Parquet à Paris.

Tout tournait ce soir-là autour du cher poète dont on oublie parfois qu’il fut toute sa vie un infatigable tribun et un grand militant politique. La folle aventure théâtrale de Laurent Schuh, embarqué corps et âme depuis des années dans ce voyage profondément intime et totalement universel, nous replaçait au cœur de la question d’un art poétique et politique qui expose, met à nu les déchirements et les contradictions sanglantes de notre condition humaine.

Et Philippe Guinet a prolongé le voyage en faisant apparaître (sans même avoir à faire tourner les guéridons) le poète au milieu de nous. Ce chanteur engagé et sensible, en réveillant des textes peu connus de Hugo mis en musique par ses soins, nous y a fait subir un choc délicieux. Le vieil aède redevenait instantanément à la fois un témoin lucide de l’histoire et notre contemporain.

Complètement à contre-courant de toutes les modes du moment, Guinet prouve qu’il est possible pour un chanteur, en jouant d’eux et avec eux sans respect affecté, mais en en réveillant le sens sous la patine des siècles, de redonner vie à des textes d’auteurs que l’on pensait classiques en en retrouvant la vivacité originelle. Alors on a envie de suivre Philippe dans ses pérégrinations et on vous conseille vivement d’en faire autant !

La langue des oiseaux, site de Philippe Guinet






Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces

Pour sa qua­ran­tième édition, le Festival de cinéma de Douarnenez choi­sit de ques­tion­ner la notion de Frontières. Frontière, non plus cette limite arbi­traire, cette bar­rière qui sépare mais plutôt zone d’échange. Frontière, un lieu qu’il s’agit d’inves­tir, un ter­ri­toire commun…


Brèves

Cette his­toire simple, et les contrain­tes qu’elle nous impose, convien­nent à un théâ­tre sim­ple­ment arti­sa­nal. Pas de recours aux tech­ni­ques contem­po­rai­nes. Technique qui fut l’immense chan­tier d’Anders. « Le « trop grand » nous laisse froids, mieux (car le froid serait encore une sorte de sentir) même pas froids, mais com­plè­te­ment intou­chés ; nous deve­nons des anal­pha­bè­tes de l’émotion ».


Le Festival OASIS BIZZ’ART fête sa 15ème édition cette année et vous offre quatre magni­fi­ques soi­rées avec des artis­tes venus des quatre coins du monde. Concerts, che­vaux, cirque, per­for­man­ces, pro­jec­tions, ate­liers, espace enfants, res­tau­ra­tion locale... le tout sur un site natu­rel entiè­re­ment scé­no­gra­phié !


Participez au très beau projet qui se met en place autour d’Armand Gatti et de la maison qui abrite la Parole errante à Montreuil.


En ce début d’été de belles choses autour d’Armand Gatti se dérou­le­ront à Montreuil. Quelques jours où nous pour­rons nous replon­ger dans les mots du poète, dis­paru ce prin­temps, mais tou­jours là autour de nous, dans cette Maison de l’Arbre qui nous a accueillis.


Cette année le fil rouge du fes­ti­val est "Le bateau", celui des pêcheurs de Camaret, celui du Bateau Ivre et aussi celui dans lequel s’embar­quent des mil­liers de femmes et d’hommes à la recher­che d’un avenir plus pai­si­ble... Les 28, 29 et 30 Juillet.