Bienvenue aux insatiables !



L’Insatiable est un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par le noyau de l’ancienne équipe de Cassandre/Horschamp et celle du jeune Insatiable. Notre travail consiste à faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque pour mettre en valeur des actions essentielles, explorer des terres méconnues et réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.

Faire un don

< Brèves

Les prochains rendez-vous de La Parole errante à la Maison de l’arbre

par L’Insatiable
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable


La Parole errante à la Maison de l’arbre, centre international de création dirigé par Armand Gatti et Jean-Jacques Hocquard accueille Et nous nous envolons une représentation théâtrale unique le mercredi 26 novembre. Samedi 29 et dimanche 30 novembre, un cycle de rencontres autour du masque et de(s) tradition(s) se déroulera. De quoi remplir votre agenda culturel !

La Parole errante à la Maison de l’arbre est un centre international à l’histoire riche. Créée en 1986 par Armand Gatti et Jean-Jacques Hocquard, La Parole errante s’installe à Montreuil et devient, grâce à une convention signée avec le ministère de la Culture et de la Francophonie, Centre international de création. Ce n’est qu’en 1998 que La Maison de l’arbre voit le jour, toujours sous la direction de Gatti et Hocquard lieu où « serait confrontée l’écriture d’auteurs de langue française avec des groupes diversifiés, allant de jeunes éloignés de toute culture classique à certains professionnels du théâtre intéressés ». Depuis les deux lieux ont été regroupés et proposent de nombreuses actions et évènements culturels : représentations de théâtre, rencontres, expositions...

Parmi les multiples évènements accueillis à La Parole errante à la Maison de l’arbre, les prochaines dates proposent tout d’abord, le mercredi 26 novembre, une représentation de Et nous nous envolons de la compagnie Mistral Gagnant. Au cœur de la pièce, les textes de Marc et Bella Chagall, adaptés, mis en scène et joués par Pauline Tanon. Un spectacle qui donne à entendre et à voir la peinture de Marc Chagall à travers les paroles de son épouse Bella, tout en permettant de découvrir des écrits méconnus et souvent épuisés du peintre.

Le samedi 29 et dimanche 30 novembre, un cycle de rencontres « Masques/Tradition(s) : regards croisés » se tiendra avec pour thème « Le masque au théâtre, aujourd’hui, est-il une question de tradition ? » De nombreux intervenant seront présents : Katy Basset, Lucia Bensasson, Anna Cottis... ainsi que des sculpteurs de masques membre de l’association Les Créateurs de Masques. Venez-vous aussi échanger et rencontrer artistes et spécialistes afin d’apercevoir ce qui se cache derrière le masque, La Parole errante à la Maison de l’arbre vous attend.

Informations Complémentaires

La Parole errante à la Maison de l’arbre
9 rue François Debergue – 93100 Montreuil (Métro croix de chavaux métro 9)

Et nous nous envolons - Textes de Bella et Marc Chagall par la Compagnie Mistral Gagnant
Mercredi 26 novembre à 20h30

Rencontre Les Créateurs de Masques : Masque / tradition(s) : regards croisés
Samedi 29 et dimanche 30 novembre de 10h à 18h30 puis 20h30 à 23h
Dimanche 30 novembre de 14h à 19h

la-parole-errante.org






Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces


Articles

Après Elbeuf et Arras, et avant de nom­breu­ses dates dans le reste du pays, Le Galactik Ensemble pré­sente son pre­mier spec­ta­cle col­lec­tif, « Optraken », au Théâtre Le Monfort à Paris jusqu’au 25 novem­bre 2017.


Jack Ralite qui vient de nous quit­ter au terme d’une vie vrai­ment bien rem­plie, a été pour nous un allié de très grande qua­lité dans ce combat qui nous a été (et nous est) commun pour la reconnais­sance de l’impor­tance de l’art et de la culture dans notre société.


Samedi soir, 10e arron­dis­se­ment, inter­phone W, 19h50. Je sonne.
L’expé­rience du soir se jouera au der­nier étage d’un duplex, dans un séjour-cui­sine de 40 mètres carré, plutôt « arty ». Une tren­taine de per­son­nes sont pré­sen­tes, qui chu­cho­tent par petits grou­pes sur des stra­pon­tins pré-fabri­qués, pen­dant que d’autres, encore debout, se saluent sur une musi­que d’ambiance.


Théâtre de la Bastille, Festival d’automne, de jeunes acteurs vien­nent faire réson­ner le regard porté sur les révo­lu­tions du passé et inter­ro­ger l’avenir. Des ter­ri­toi­res (...d’une prison l’autre...) est le deuxième volet d’une tri­lo­gie écrite et mise en scène par Baptiste Amann. Dans ce huis clos sur­volté, le tren­te­naire se préoc­cupe de savoir sur quelle révo­lu­tion se por­tera le XXIème siècle.


Le stade c’est toute leur vie, c’est leur his­toire, leur quo­ti­dien. Les sup­por­ters du Racing club de Lens, des famil­les, des enfants, des ultras, inves­tis­sent à tour de rôle le Théâtre National de la Colline avec Stadium.