Les larmes amères de Christine Angot (arrêtons le lynchage)

PARTAGER CET ARTICLE ► 
|  Article suivant →
s’abonner
 

Archipels #2
est sorti !





  


< Articles

Les larmes amères de Christine Angot (arrêtons le lynchage)

PARTAGER ►

par Chantal Montellier
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable



Nous avons vu couler les larmes de la belle et douce Sandrine Rousseau, mais nous n’avons pas vu celles de la moins douce Christine Angot. Elles ont été coupées au montage et ont coulé en coulisse, si j’ose dire. Si on les avait vues, nous auraient-elles autant émues ? Il est clair qu’Angot (alias Pierrette Schwartz), sa dureté, sa violence, son agressivité (pas toujours très bien placée), son visage d’androgyne au regard hostile, sa posture un rien guerrière, son émotivité excessive, sont moins susceptibles d’attendrir. C’est donc clair pour presque tout le monde, elle est l’agresseure. Il s’en est suivi une sorte de « lynchage » de la fauteuse de troubles télévisuels. Haro sur la Angot !

Je ne vais pas ici analyser le dispositif pervers qui donne une puissance de feu démesurée à une femme blessée instrumentalisée par un système médiatique avide de buzz. Même si la romancière n’est pas dans son rôle en tant qu’animatric[...]

Pour lire la suite de cet article,

ABONNEZ-VOUS

(abonnement annuel ou mensuel)

Déjà abonné ?

Connectez-vous !



Télévision Christine Angot
fake lien pour chrome



Partager cet article /  





3 commentaire(s)

Françoise ARNDT 10 octobre 2017

Merci Chantal... Votre texte me permet de mieux comprendre l’attitude de Christine/Pierrette... Je n’ai pas (encore) lu ce texte de Angot mais je le ferai. Ce passage de votre texte est particulièrement éclairant : « Mais Sandrine et Christine-Pierrette ne parlent pas de la même chose. L’une d’humiliation sexuelle, de pelotage, de harcèlement, etc ; l’autre de l’indicible, de l’horreur d’un viol répété jour après jour par un père tout puissant et incestueux, horreur que personne ne sera JAMAIS « formé pour entendre », car entendre l’horreur ne relève pas et ne relèvera jamais d’une « formation » C’est du moins cela qu’a crié Christine, sortant complètement de son rôle de chroniqueuse télé et redevenant soudain Pierrette. » Mais ce n’est pas dans l’émission à ramdam de ce ’prétentieux primaire’ de Ruquier qu’il est possible d’atteindre une telle qualité d’évaluation. Encore merci pour votre texte. PS je crois d’ailleurs avoir lu que CA et SR se sont parlé et mieux comprises ... hors antenne ... évidemment !

Signaler

sophie Thebault 6 octobre 2017

Merci pour cette analyse fine et intelligente qui change de tout ce que l’on entendu sur cette "affaire".
Je suis d’accord avec vous sauf sur un point : vous dites : "Il y a du conflit de classes dans cette histoire, ce que Christine Angot semble ne pas avoir suffisamment exploré et analysé..."
Or c’est exactement ce que fait Christine Angot dans son dernier livre "un amour impossible", quand elle explique que ce que lui a fait subir son père, cette humiliation épouvantable est précisément lié à ce conflit de classe ... et elle parle énormément dans le récit de l’histoire d’amour entre son père et sa mère, impossible justement du fait de le différence de classe.
Ce livre est magnifique et dans une certaine mesure..."apaisé".

Signaler

Boussagol bruno 6 octobre 2017

En total accord avec cet article.
Pour travailler depuis 35 ans avec des "victimes" de violences sexuelles en tous genres et qui amènent au parcours psychiatrique non pas pour "réparer" mais pour expier cette agression physique et psychique subit souvent dés l’enfance, je partage l’analyse que Chantal Montellier fait de la "crise Angot". Aucune thérapie ne peut venir à bout du ravage causé sinon l’écriture.
Mais l’écriture n’est pas une thérapie.

Signaler
Réagissez, complétez cette info :  →
Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Infos, réflexions, humeurs et débats sur l’art, la culture et la société…