Le Prix des Cent Livres - Emmanuelle Marie va à Broucaret, (...)

PARTAGER CET ARTICLE ► 
Archipels #2 est enfin là !
Bienvenue aux insatiables !



Un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par l’ancienne équipe de Cassandre et celle du jeune Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


< Articles sans abonnements

Le Prix des Cent Livres - Emmanuelle Marie va à Broucaret, Jean-Marie…

Quelqu’un qu’on aime beaucoup
PARTAGER ►

par Thomas Hahn
Sous thématique(s) : Théâtre , Langue
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable



JPEG - 290.3 ko
Photo : Thomas Hahn

Voilà un prix sacrément sympathique. Pas de gros chèque, et surtout pas de chèque alibi. Pas de médaille, pas de ministre. Bonne ambiance...
Le Prix des Cent Livres, c’est du noir sur blanc, pas du papier monnaie.
Cent livres ou un peu moins, c’est une image, hein, on ne va pas chipoter !

Ce prix porte le nom d’Emmanuelle Marie, dramaturge née en 1965 et décédée en 2007. Décerné par les EAT, les Écrivains Associés de Théâtre, il récompense une compagnie de théâtre, une bibliothèque, une association ou tout autre acteur culturel particulièrement engagé dans la mise en valeur des auteurs de théâtre contemporains.

Par ailleurs, ce prix, il faut le vouloir. Il faut postuler. Le valeureux Jean-Marie Broucaret a candidaté trois fois de suite et finalement il les a eus, les Cent-Livres. Pourtant la question demeura entière : « Comment ramener tout ça à la maison ? ». Car Broucaret vient de Biarritz. Rentrer au pays avec un chèque, c’est drôlement plus facile. Mais finalement on peut dire que c’est grâce à ces textes de théâtre offerts que le Prix Emmanuelle Marie se démarque des autres et pèse son poids symbolique.

JPEG - 77.7 ko
PHoto : SACD

Ce qui a vraiment convaincu le jury, ce sont les nombreuses activités d’ateliers de théâtre animés par le Théâtre des Chimères, la compagnie de Broucaret, auprès des citoyens de la région, qui font connaître l’écriture contemporaine à des publics n’ayant pas forcément le réflexe de franchir les portes du théâtre de Bayonne. Sans parler du beau festival Les Translatines grâce auquel des compagnies d’Amérique du Sud présentent depuis des années aux publics de Biarritz/Bayonne et des environs les univers d’auteurs vivants de leurs différents pays. Un prix à la forte charge symbolique pour un très talentueux passeur de symboles !

Thomas Hahn

www.eatheatre.fr/

http://theatre-des-chimeres.com/wordpress/les-translatines/




Post-scriptum :

GIF

fake lien pour chrome



Partager cet article /  



<< ARTICLE PRÉCÉDENT
Quand « Pop » Wilson colonise « Les Nègres »





Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces


Brèves

L’infor­ma­tion ne devrait pas être une mar­chan­dise, mais elle est de plus en plus sous la coupe des pou­voirs finan­ciers et indus­triels. Pour faire vivre une presse libre, jour­na­lis­tes et citoyen•­ne•s doi­vent inven­ter d’autres modè­les économiques, émancipés de la publi­cité et des action­nai­res.


Le deuxième numéro de la grande revue franco-belge art et société est arrivé, com­man­dez-le main­te­nant !


Le Festival Opération Quartiers Populaires (OQP) orga­nisé par la com­pa­gnie Mémoires Vives se tien­dra au Théâtre de l’œuvre dans le quar­tier de Belsunce à Marseille du 23 octo­bre au 3 novem­bre 2017


Le Génie en Liberté est un Événement bien­nal, orga­nisé par le Génie de la Bastille.
Il pro­pose à un large public un par­cours cultu­rel dans le quar­tier du 11ème arron­dis­se­ment de Paris.


Depuis 2003, le fes­ti­val de cinéma d’Attac « Images mou­ve­men­tées » s’emploie à infor­mer et à sus­ci­ter la réflexion col­lec­tive sur des ques­tions cru­cia­les de ce début de XXIe siècle en s’appuyant sur une pro­gram­ma­tion ciné­ma­to­gra­phi­que exi­geante et éclectique. Celle-ci asso­cie courts, moyens et longs-métra­ges, docu­men­tai­res et fic­tions, films fran­çais et étrangers, anciens et récents, ayant eu une large dif­fu­sion ou non. Le fes­ti­val accueille régu­liè­re­ment des avant-pre­miè­res.