Bienvenue aux insatiables !



L’Insatiable est un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par le noyau de l’ancienne équipe de Cassandre/Horschamp et celle du jeune Insatiable. Notre travail consiste à faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque pour mettre en valeur des actions essentielles, explorer des terres méconnues et réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.

Faire un don

< Brèves

Le Plus Petit Cirque du Monde

par L’Insatiable
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable


L’association Le Plus Petit Cirque du Monde, centre des arts du cirque et des cultures émergentes, inaugure le 25 juin prochain, son nouvel équipement « en dur » : un origami haut de 30 mètres, tout en bois coloré.

Le Plus Petit Cirque du Monde fondé en 1992 est à la fois un lieu d’expérimentation et de transmission puisque leur école du cirque, située en Île-de-France, à Bagneux (Hauts-de-Seine), est ouverte aussi bien aux enfants (à partir de 3 trois ans) qu’aux adultes. Les cours sont dispensés par de professionnels du cirque, de l’animation et d’autres arts du spectacle vivant.

Du 25 au 27 juin, dans le cadre du 7ème Festival Hip Cirq Hop, l’association inaugurera son nouveau bâtiment, cet origami géant conçu par Loïc Julienne et Patrick Bouchain (cabinet Construire), qui pratiquent une architecture HQH (Haute Qualité Humaine) et à qui l’on doit entre autres l’Académie Fratellini, le chapiteau en bois de Zingaro, la réhabilitation des écuries royales de Versailles, le Centre Pompidou Mobile.

La volonté de l’association comme des architectes était de construire un chantier vivant et participatif. Cet esprit se retrouve notamment autour de la « baraque », un lieu conçu pour accueillir et que se rencontrent tous les publics du chantier : ouvriers, équipe PPCM, élèves, familles du quartier. Chaque vendredi, le PPMC met la baraque à disposition d’une association qui le souhaite afin d’y convier ses adhérents ou de créer un événement.

En accord avec son projet pédagogique, l’équipe intervient aussi à l’extérieur, dans les cadres scolaires, périscolaires, pénitentiaires, dans des maisons de retraites ou auprès de personnes handicapées. Depuis 2008, l’école est également membre fondateur du réseau CARAVAN qui développe des projets à l’international en fédérant les douze écoles de cirque de référence du continent.

Pour plus d’informations : ici

Le Plus Petit Cirque du Monde / Centre des arts du Cirque et des Cultures Émergentes
Impasse de la renardière
92220 Bagneux






Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces


Articles

Sur la scène noire, des bulles de savon s’échappent d’une sorte d’aile-para­vent.
Les enfants s’ins­tal­lent et obser­vent cal­me­ment. Quand tous sont assis, le spec­ta­cle com­mence. Une voix : « Tu as 1 jour, 1 an, 100 ans, 1000 ans, 15 mil­lions d’années…
Que nous réserve la suite ?


Après Elbeuf et Arras, et avant de nom­breu­ses dates dans le reste du pays, Le Galactik Ensemble pré­sente son pre­mier spec­ta­cle col­lec­tif, « Optraken », au Théâtre Le Monfort à Paris jusqu’au 25 novem­bre 2017.


Jack Ralite qui vient de nous quit­ter au terme d’une vie vrai­ment bien rem­plie, a été pour nous un allié de très grande qua­lité dans ce combat qui nous a été (et nous est) commun pour la reconnais­sance de l’impor­tance de l’art et de la culture dans notre société.


Samedi soir, 10e arron­dis­se­ment, inter­phone W, 19h50. Je sonne.
L’expé­rience du soir se jouera au der­nier étage d’un duplex, dans un séjour-cui­sine de 40 mètres carré, plutôt « arty ». Une tren­taine de per­son­nes sont pré­sen­tes, qui chu­cho­tent par petits grou­pes sur des stra­pon­tins pré-fabri­qués, pen­dant que d’autres, encore debout, se saluent sur une musi­que d’ambiance.


Théâtre de la Bastille, Festival d’automne, de jeunes acteurs vien­nent faire réson­ner le regard porté sur les révo­lu­tions du passé et inter­ro­ger l’avenir. Des ter­ri­toi­res (...d’une prison l’autre...) est le deuxième volet d’une tri­lo­gie écrite et mise en scène par Baptiste Amann. Dans ce huis clos sur­volté, le tren­te­naire se préoc­cupe de savoir sur quelle révo­lu­tion se por­tera le XXIème siècle.