Bienvenue aux insatiables !



Un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par l’ancienne équipe de Cassandre et celle du jeune Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


< Brèves

La « Haine des femmes »

par L’Insatiable
Sous thématique(s) : Théâtre
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable


La « Haine des femmes », créé par la compagnie Kalaam en mai dernier à Lille, dans le cadre du festival Prémices, d’après « Laissées pour mortes » Editions Max Milo. un témoignage de Rahmouna Salah et Fatiha Maamoura recueilli par Nadia Kaci.

La nuit du 13 juillet 2001 à Hassi Messaoud des dizaines d’hommes armés de barres de fer, de couteaux, de gourdins et enflammés par le prêche virulent de l’imam de la mosquée locale vont violer, mutiler, torturer une centaine de femmes. Rahmouna Salah et Fatiha Maamoura sont parmi les victimes.

Le premier procès sera une mascarade de justice. Les femmes de Hassi Messaoud abandonneront les unes après les autres ces poursuites épuisantes et coûteuses et iront se cacher dans dʼautres régions avec une nouvelle identité. Certaines tomberont dans la drogue ou la prostitution dont justement on les avait accusées. Suicide, errance, folie.

Rahmouna Salah et Fatiha Maamoura, elles, refusent de se soumettre et exigent que les coupables soient condamnés. De leur enfance au sein de familles patriarcales à la naissance de leurs enfants,en passant par leurs mariages, répudiations, divorces, elles témoignent de la difficulté de vivre hors du joug des hommes dans les bouleversements de lʼAlgérie dʼaujourdʼhui.
 
Un projet porté par Mounya Boudiaf pour l’adaptation et la mise en scène, elle est accompagnée de Christophe Carassou. Tous deux tout en sobriété, portent magnifiquement les voix de ces femmes, à découvrir et à revoir…
 
Mercredi 15 octobre 2014 à 19h
Jeudi 16 et vendredi 17 octobre 2014 à 20h30
Au Théâtre de l’Oiseau-Mouche/Le Garage
28, avenue des Nations Unies, Roubaix
Métro/Tram : Eurotéléport
Réservations : contact@oiseau-mouche.org/ 03 20 65 96 50

© Simon Gosselin






Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces

Pour sa qua­ran­tième édition, le Festival de cinéma de Douarnenez choi­sit de ques­tion­ner la notion de Frontières. Frontière, non plus cette limite arbi­traire, cette bar­rière qui sépare mais plutôt zone d’échange. Frontière, un lieu qu’il s’agit d’inves­tir, un ter­ri­toire commun…


Brèves


Depuis 2003, le fes­ti­val de cinéma d’Attac « Images mou­ve­men­tées » s’emploie à infor­mer et à sus­ci­ter la réflexion col­lec­tive sur des ques­tions cru­cia­les de ce début de XXIe siècle en s’appuyant sur une pro­gram­ma­tion ciné­ma­to­gra­phi­que exi­geante et éclectique. Celle-ci asso­cie courts, moyens et longs-métra­ges, docu­men­tai­res et fic­tions, films fran­çais et étrangers, anciens et récents, ayant eu une large dif­fu­sion ou non. Le fes­ti­val accueille régu­liè­re­ment des avant-pre­miè­res.


Le Génie en Liberté est un Événement bien­nal, orga­nisé par le Génie de la Bastille.
Il pro­pose à un large public un par­cours cultu­rel dans le quar­tier du 11ème arron­dis­se­ment de Paris.


Tous les deux ans, la ville se trans­forme en un gigan­tes­que cas­te­let en accueillant le Festival Mondial des Théâtres de Marionnettes qui réunit 230 com­pa­gnies et accueille plus de 150.000 spec­ta­teurs. En ce mois de sep­tem­bre aura lieu sa 19° Édition.


Cette his­toire simple, et les contrain­tes qu’elle nous impose, convien­nent à un théâ­tre sim­ple­ment arti­sa­nal. Pas de recours aux tech­ni­ques contem­po­rai­nes. Technique qui fut l’immense chan­tier d’Anders. « Le « trop grand » nous laisse froids, mieux (car le froid serait encore une sorte de sentir) même pas froids, mais com­plè­te­ment intou­chés ; nous deve­nons des anal­pha­bè­tes de l’émotion ».