Bienvenue aux insatiables !



Un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par l’ancienne équipe de Cassandre et celle du jeune Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


< Brèves

La Dispute de Marivaux revue par Serge Sándor, une dernière !

par L’Insatiable
Thématique(s) : L’art hors-champs Sous thématique(s) : Théâtre , Art et handicap , Art et prison
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable


La Dispute de Marivaux revisité par la Compagnie du labyrinthe et des jeunes gens vivants en foyer ou en institut continue son aventure sur scène avec une nouvelle représentation, le 5 décembre à la Maison de la Culture de Nervers et de la Nièvre (MCNN). L’occasion de découvrir un projet plein de sens porté par le metteur en scène Serge Sándor.

Après une première expérience théâtrale avec des détenus mexicains deux ans plus tôt, Serge Sándor crée en 1986 la Compagnie du labyrinthe. L’objectif de cette compagnie est d’aller au devant du public, dans les banlieues, les prisons, la rue et reconnecter le monde du théâtre avec les « oubliés de la culture ». Depuis, il monte spectacles sur spectacles, que ces derniers soient des créations originales de l’auteur, des pièces du répertoire classique, ou issus d’écriture collaborative. Il va dans les prisons, les centres sociaux, chercher ceux que la vie n’a pas épargnés, et tente grâce à l’art de les aider à renouer avec eux-même, et avec l’autre.

Pour présenter La Dispute de Marivaux, le metteur en scène est parvenu à constituer une véritable troupe de jeunes, issus de foyers ou d’instituts. En leur permettant de s’approprier la pièce, en leur offrant la possibilité de livrer une part de soi à travers l’expérience théâtrale et le jeu d’acteur, Serge Sándor a permis à ces jeunes de créer une version neuve, modernisée de la pièce. Cette œuvre classique prend désormais place dans un studio de télévision. Les deux animateurs, Hermiane et le Prince observent les adolescents qui découvrent l’amour, espérant déceler dans leur comportement l’origine de l’inconstance.

Après des représentations à Gurgy, Paris et Avallon, la pièce jouera sa dernière pour la saison 2014 le vendredi 5 décembre à la Maison de la Culture de Nevers et de la Nièvre (MCNN) à 20h30.

Informations complémentaires

LaDispute.com d’après Marivaux / Serge Sándor

Le vendredi 5 décembre à 20h30
Maison de la Culture de Nevers
2 bd Pierre de Coubertin - 58000 Nevers

Pour réserver c’est : ici
Plus d’informations : ici






Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces


Brèves

L’infor­ma­tion ne devrait pas être une mar­chan­dise, mais elle est de plus en plus sous la coupe des pou­voirs finan­ciers et indus­triels. Pour faire vivre une presse libre, jour­na­lis­tes et citoyen•­ne•s doi­vent inven­ter d’autres modè­les économiques, émancipés de la publi­cité et des action­nai­res.


Le deuxième numéro de la grande revue franco-belge art et société est arrivé, com­man­dez-le main­te­nant !


Le Festival Opération Quartiers Populaires (OQP) orga­nisé par la com­pa­gnie Mémoires Vives se tien­dra au Théâtre de l’œuvre dans le quar­tier de Belsunce à Marseille du 23 octo­bre au 3 novem­bre 2017


Le Génie en Liberté est un Événement bien­nal, orga­nisé par le Génie de la Bastille.
Il pro­pose à un large public un par­cours cultu­rel dans le quar­tier du 11ème arron­dis­se­ment de Paris.


Depuis 2003, le fes­ti­val de cinéma d’Attac « Images mou­ve­men­tées » s’emploie à infor­mer et à sus­ci­ter la réflexion col­lec­tive sur des ques­tions cru­cia­les de ce début de XXIe siècle en s’appuyant sur une pro­gram­ma­tion ciné­ma­to­gra­phi­que exi­geante et éclectique. Celle-ci asso­cie courts, moyens et longs-métra­ges, docu­men­tai­res et fic­tions, films fran­çais et étrangers, anciens et récents, ayant eu une large dif­fu­sion ou non. Le fes­ti­val accueille régu­liè­re­ment des avant-pre­miè­res.