Hommage à Ghérasim Luca : la plasticité du langage ou la métamorphose des (...)

PARTAGER CET ARTICLE ► 
|  Article suivant →
Archipels #2 est enfin là !
Bienvenue aux insatiables !



L’Insatiable est un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs sur les relations entre l’art et la société. Notre travail consiste à faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque pour mettre en valeur des actions essentielles, explorer des terres méconnues et réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.

Faire un don

< Articles

Hommage à Ghérasim Luca : la plasticité du langage ou la métamorphose des mots.

PARTAGER ►

par Yann Bougaret
Thématique(s) : Parti-pris Sous thématique(s) : Langue , poésie
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable



Avant-propos : Le texte qui suit n’a ni vocation à être une analyse littéraire ni encore à ressembler de près ou de loin à un article journalistique construit. Il est amplement subjectif, sans fondement raisonnable, sinon l’émotion. Hors de toute érudition en matière de poésie et d’histoire de la littérature, sinon celle d’un lecteur lambda à l’écoute sensible. Ces phrases rassemblées ne sont qu’un amas de ressentis brut, simple, en somme : honnête. Un amas que j’essaie aujourd’hui de structurer pour vous donner l’envie de découvrir ou de redécouvrir un des plus grands poètes que le XXe siècle a emportés dans sa frénésie, un auteur qui a fait croître les embranchements de cette architecture si mouvante que nous nommons communément la poésie

JPEG - 68.8 ko
Épitaphe pour Ghérasim Luca, Piotr Kowalski, 1993

Ghérasim Luca (Salman Locker de son vrai nom) fut un auteur-éclaireur. Non qu’il portât la lumière, bien sûr que non ; mais il est de ceux qui s’avancèrent dans l’obscurité. Il défricha les zones d’ombre de l’imaginaire et mit[...]

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous ou abonnez-vous ici

Ce journal culturel en ligne est alimenté et animé par l’ancienne équipe de Cassandre/Horschamp et les nouveaux rédacteurs de L’Insatiable qui produit également Archipels avec Culture et démocratie. Nous vous proposons des formules d’abonnement à L’Insatiable et à Archipels. Nous ne pourrons évidemment pas continuer à le développer sans votre soutien !




Post-scriptum :

GIF

fake lien pour chrome



Partager cet article /  



<< ARTICLE PRÉCÉDENT
Avignon, démission !
ARTICLE SUIVANT >>
Coupé du Monde [11] / Pour du beurre




2 commentaire(s)

mateo 28 juin 2014

Bonjour à tous,
Je joue en Avignon "7...lost en la Mancha" qui travaille aussi la question du langage à
Partir des "Fous litteraires".
Je peux vous inviter : La Manufacture à 12h30.

Je vous avais envoyé en souscription mon abonnement...pouvez.vous me confirmer que l’avez enregistré ? Merci amitiés.
Pepito

http://icimeme.fr Signaler

gwenael De Boodt 24 juin 2014

Celui qui fait chanter la carpe, la délivre de ses bulles.

Signaler
Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces


Brèves

« Où l’art se fera-t-il ? » Les 10, 16 et 17 décem­bre, au B’Honneur des Arts, salle de la Légion d’hon­neur à Saint-Denis.


Du 30 novem­bre au 3 décem­bre 2017
Vernissage jeudi 30 novem­bre de 18h à 22h.L’ hybri­da­tion est à la mode. En art, la pra­ti­que n’est pas nou­velle, mais à l’ère des images de syn­thè­ses, des OGM et des pro­thè­ses bio­ni­ques que peu­vent les artis­tes aujourd’hui ?


Installations, spectacles, tables rondes
projections, concert, brunch et autres réconforts...
De 11h00 à minuit



Le deuxième numéro de la grande revue franco-belge art et société est arrivé, com­man­dez-le main­te­nant !


L’infor­ma­tion ne devrait pas être une mar­chan­dise, mais elle est de plus en plus sous la coupe des pou­voirs finan­ciers et indus­triels. Pour faire vivre une presse libre, jour­na­lis­tes et citoyen•­ne•s doi­vent inven­ter d’autres modè­les économiques, émancipés de la publi­cité et des action­nai­res.