Hanif Kureishi

PARTAGER CET ARTICLE ► 
|  Entretien suivant →
s’abonner
 

Archipels #2
est sorti !





  


< Entretiens

Hanif Kureishi

London’s Burning
PARTAGER ►

par Valérie de Saint-Do
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable



C’est d’abord le cinéma qui a révélé Hanif Kureishi, figure marquante d’une génération d’écrivains britanniques apparue dans les années 1980. Réalisé par Stephen Frears en 1985, son scénario, My Beautiful Laundrette, frappait fort en portant à l’écran les amours d’un jeune skinhead et d’un jeune Pakistanais, sur fond de crise sociale thatchérienne. Quelques années plus tard, le savoureux roman Le Bouddha de banlieue l’a imposé internationalement comme écrivain. Depuis, éclectique, il a persisté à écrire tant pour la littérature que le cinéma, le théâtre et la télévision. Paru en France, Le Déclin de l’Occident, sombre et décapant recueil de nouvelles qui n’est pas sans évoquer Raymond Carver, dresse le tableau sans concession d’une génération déboussolée par la perte de ses idéaux. Et son autobiographie, Souvenirs et divagations, nous replonge dans cette Angleterre thatcherienne dont la crise actuelle ressuscite l’esprit.

JPEG - 98.6 ko
DR

Pour beaucoup de gens de ma génération, My Beautiful Laundrette a été un film culte. Au moment où la France découvrait la marche black blanc beur, le film posait la question d’une société multiculturelle et de ses tabous, notamment [...]

Pour lire la suite de cet article,

ABONNEZ-VOUS

(abonnement annuel ou mensuel)

Déjà abonné ?

Connectez-vous !



Si loin si proche Cinéma Hanif Kureishi
fake lien pour chrome



Partager cet article /  










Réagissez, complétez cette info :  →
Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Infos, réflexions, humeurs et débats sur l’art, la culture et la société…