Bienvenue aux insatiables !



L’Insatiable est un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs sur les relations entre l’art et la société. Notre travail consiste à faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque pour mettre en valeur des actions essentielles, explorer des terres méconnues et réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.

Faire un don

< Brèves

HEY ! modern art & pop culture / ACT III

par L’équipe
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable


La revue HEY ! modern art & pop culture fondée en 2010 par Anne & Julien est de retour à la Halle Saint Pierre, après deux premières éditions (2011 et 2013) accueillies avec enthousiasme par le public. Ce troisième volet, HEY ! modern art & pop culture / Act III, poursuit l’exploration et la diffusion des différents expressions artistiques de la contre-culture  : lowbrow art, art outsider, bande dessinée et plus largement les médias porteurs d’une culture de rue.

Proposant des venues inédites (Gabriel Grun, Thomas Woodruff, Ed Hardy), et exceptionnelles (Marion Peck, Ray Abeyta), l’exposition dévoile également des travaux encore confidentiels, comme ceux de Joël Negri, Albert Sallé et Alain Bourbonnais en provenance de la Fabuloserie, lieu emblématique de l’art hors-normes en France. Grande première en Europe, la Halle Saint Pierre expose les œuvres de Mark Ryden, figure tutélaire du surréalisme pop. La scène défendue depuis de nombreuses années par Anne & Julien est vivante, hétérogène, complexe : ses multiples courants ou territoires, allant de la forme la plus radicale – l’art brut – aux formes les plus savantes – le surréalisme pop – la font entrer de plein pied dans l’histoire de l’art contemporain.

Ce sont ces caractéristiques qui aux yeux d’Anne & Julien donnent à cette scène sa valeur de modernité. L’engagement de ces deux activistes est d’en rendre compte à travers leur revue, leurs spectacles et les expositions. Ils ont ainsi permis la mise en lumière d’univers artistiques singuliers dont le dénominateur commun est la résistance par l’imaginaire : résistance aux normes, à la catégorisation, à l’institutionnel et aux impératifs de la mode. Ils sont les diffuseurs et les historiens d’une scène marginale, underground et alternative.

Pour la Halle Saint Pierre, accompagner cette aventure est riche de sens. L’histoire des arts a toujours été marquée par de profonds changements de paradigmes. Dans le tournant géopolitique et culturel où se trouve le monde actuellement, les arts visuels eux aussi traversent une période de crise et de mutation. La trilogie HEY ! modern art & pop culture en est la manifestation.

HEY ! modern art & pop culture / ACT III
62 artistes internationaux + 400 œuvres
Du 18 septembre 2015 au 13 mars 2016
LA HALLE SAINT-PIERRE
www.hallesaintpierre.org






Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces


Articles

Difficile de ne pas être attiré par un artiste qui tra­vaille sur un sujet qui cham­boule notre société et nos esprits comme celui des migrants. C’est une évidence pour moi d’aller décou­vrir au col­lec­tif 12 de Mantes la jolie, la créa­tion de Rachid Akbal. Mais la ques­tion du fond et de la forme va vite se poser…


Sur la scène noire, des bulles de savon s’échappent d’une sorte d’aile-para­vent.
Les enfants s’ins­tal­lent et obser­vent cal­me­ment. Quand tous sont assis, le spec­ta­cle com­mence. Une voix : « Tu as 1 jour, 1 an, 100 ans, 1000 ans, 15 mil­lions d’années…
Que nous réserve la suite ?


Après Elbeuf et Arras, et avant de nom­breu­ses dates dans le reste du pays, Le Galactik Ensemble pré­sente son pre­mier spec­ta­cle col­lec­tif, « Optraken », au Théâtre Le Monfort à Paris jusqu’au 25 novem­bre 2017.


Jack Ralite qui vient de nous quit­ter au terme d’une vie vrai­ment bien rem­plie, a été pour nous un allié de très grande qua­lité dans ce combat qui nous a été (et nous est) commun pour la reconnais­sance de l’impor­tance de l’art et de la culture dans notre société.


Samedi soir, 10e arron­dis­se­ment, inter­phone W, 19h50. Je sonne.
L’expé­rience du soir se jouera au der­nier étage d’un duplex, dans un séjour-cui­sine de 40 mètres carré, plutôt « arty ». Une tren­taine de per­son­nes sont pré­sen­tes, qui chu­cho­tent par petits grou­pes sur des stra­pon­tins pré-fabri­qués, pen­dant que d’autres, encore debout, se saluent sur une musi­que d’ambiance.