Faut-il sortir Hugo du Panthéon ?

PARTAGER CET ARTICLE ► 
|  Article suivant →
Archipels #2 est enfin là !
Bienvenue aux insatiables !



Un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par l’ancienne équipe de Cassandre et celle du jeune Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


< Archives

Faut-il sortir Hugo du Panthéon ?

Dans les dents de la réacosphère
PARTAGER ►

par Valérie de Saint-Do

Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable



Aux grands hommes, les braves patriotes du Figaro.fr et de Causeur.fr ne sont pas trés reconnaissants...

Je l’avoue, il m’arrive, par pur masochisme, d’aller trainer sur des sites de droite. et même d’y poster des commentaires (courtois).

Ainsi, je n’ai pu m’empêcher de citer régulièrement, pour énerver un peu les tenants l’identité nationale,

un "vieux bobo-gaucho bien pensant habitant les beaux quartiers" (© la réacosphère) :

"Ne soyons plus anglais ni français ni allemands. Soyons européens. Ne soyons plus européens, soyons hommes. - Soyons l’humanité.
Il nous reste à abdiquer un dernier égoïsme : la patrie."

Victor Hugo - 1802-1885 - Choses vues

Bon, sur le site du Figaro, j’ai ajouté quelques propos peu amènes – mais sans insultes– sur les petits blancs effarés...

Il n’en a pas fallu davantage pour qu’on me dise que "les propos insultants ne respectent pas la charte", et qu’on refoule par trois fois mon commentaire, sur un site où le racisme, la haine, et surtout la bêtise crasse s’étalent en toute liberté, et où l’on traite en toute liberté Benhamias de trâitre à la patrie, Ségolène de dinde, Martine Aubry d’idiote...

Et sur Causeur.fr, sur un post [1] où Elisabeth Lévy s’indigne de voir Edwy Plenel et Médiapart lancer une pétition appelant à refuser un débat aussi instrumentalisé que nauséabond (2), j’ai posté ceci :

"Eh bien pour moi, l’appartenance signifiée par ma carte d’identité n’est pas le repère le plus important et pur tout dire, je m’en fous. Je me sentirai toujours plus proche d’un étranger partageant mes idées et mes valeurs que d’un français du FN. Et ce qui m’attache à la France – un modèle social et l’importance donnée à une culture – ceux qui ont lancé ce débat n’ont rien de plus pressé que de les détruire
Un vieux gaucho bobo écrivait il y a plus d’un siècle :
“Ne soyons plus anglais ni français ni allemands. Soyons européens. Ne soyons plus européens, soyons hommes. – Soyons l’humanité.
Il nous reste à abdiquer un dernier égoïsme : la patrie.”
Victor Hugo (dont l’apport à la France me semble plus essentiel que celui d’eric Besson).
Et le “gros rouge qui tache”, c’est du Sarko dans le texte.
"

"en attente de modération" depuis 12 h, sur un site aux commentaires non modérés a priori. Et où l’on se veut salon aux propos courtois, en ne traitant Plenel que de "chien" et de "con", et les signataires de "fachos".

(Ajoutons que le billet en question s’orne d’une vidéo que la dame croit flatteuse pour elle et accablante pour Plenel, alors que tout observateur s’amusera surtout de la voir s’étrangler et menacer de quitter le plateau avec des jappements que Frédéric Lefevbre lui envierait ).

C’est vrai, il est mal pensant, Hugo. Adepte du terrorisme intellectuel habituel de la gauche caviar, aveugle, représentant d’une élite intellectuelle déconnectée du peuple français, qui comme chacun sait se distingue par son goût du gros rouge qui tâche  [2] et son bon sens un brin raciste sur les bords.

Bon, laissons ces grands thuriféraires du débat et de l’identité nationale s’amuser entre eux.

Et n’oubliez pas de signer la pétition de Mediapart. 20000 signataires à ce jour, ça fait pas mal de bobos gauchos bien pensants !

Valérie de Saint-Do

PS. Je surveille, et verrai si mon commentaire sort des griffes de la modération a priori.. tout en m’étonnant qu’elle n’existe apparemment que pour moi.




[1Non, je ne donne pas le lien, pourquoi leur ferai-je de la pub ?

[2Cette phrase si distinguée du soi-disant représentant des Français, nourrie d’une telle estime pour le peuple, aurait du disqualifier définitivement et son auteur, et le débat, non ? et faire les unes des journaux.

fake lien pour chrome



Partager cet article /  


<< ARTICLE PRÉCÉDENT
Ami de la poésie, bonsoir !
ARTICLE SUIVANT >>
Un regard acéré d’architecte "organique" sur le Grand Paris





Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces


Brèves

L’infor­ma­tion ne devrait pas être une mar­chan­dise, mais elle est de plus en plus sous la coupe des pou­voirs finan­ciers et indus­triels. Pour faire vivre une presse libre, jour­na­lis­tes et citoyen•­ne•s doi­vent inven­ter d’autres modè­les économiques, émancipés de la publi­cité et des action­nai­res.


Le deuxième numéro de la grande revue franco-belge art et société est arrivé, com­man­dez-le main­te­nant !


Le Festival Opération Quartiers Populaires (OQP) orga­nisé par la com­pa­gnie Mémoires Vives se tien­dra au Théâtre de l’œuvre dans le quar­tier de Belsunce à Marseille du 23 octo­bre au 3 novem­bre 2017


Le Génie en Liberté est un Événement bien­nal, orga­nisé par le Génie de la Bastille.
Il pro­pose à un large public un par­cours cultu­rel dans le quar­tier du 11ème arron­dis­se­ment de Paris.


Depuis 2003, le fes­ti­val de cinéma d’Attac « Images mou­ve­men­tées » s’emploie à infor­mer et à sus­ci­ter la réflexion col­lec­tive sur des ques­tions cru­cia­les de ce début de XXIe siècle en s’appuyant sur une pro­gram­ma­tion ciné­ma­to­gra­phi­que exi­geante et éclectique. Celle-ci asso­cie courts, moyens et longs-métra­ges, docu­men­tai­res et fic­tions, films fran­çais et étrangers, anciens et récents, ayant eu une large dif­fu­sion ou non. Le fes­ti­val accueille régu­liè­re­ment des avant-pre­miè­res.