Ami de la poésie, bonsoir !

PARTAGER CET ARTICLE ► 
|  Article suivant →
Archipels #2 est enfin là !
Bienvenue aux insatiables !



L’Insatiable est un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs sur les relations entre l’art et la société. Notre travail consiste à faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque pour mettre en valeur des actions essentielles, explorer des terres méconnues et réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.

Faire un don

< Archives

Ami de la poésie, bonsoir !

Hommage à Jean-Pierre Rosnay
PARTAGER ►

par Valérie de Saint-Do

Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable



Jean-Pierre Rosnay, poète et fondateur du Club des poètes, nous a quittés dans la nuit du 19 décembre. Il était le père de Nicolas Roméas, directeur de Cassandre/Horschamp.

Je ne l’ai croisé que tardivement, dans l’antre poétique de la rue de Bourgogne, où Marcelle/Tsou son épouse et Blaise, son autre fils, entretiennent la flamme. Et où sa maladie n’empêchait pas Jean-Pierre de se lever et de déclamer l’un de ses poèmes. On retenait alors difficilement son émotion...

Ils sont nombreux, les poètes en devenir, à s’être côtoyés depuis 1961 dans ces soirées chaleureuses où la poésie s’extrayait des pages pour être partagée vivante. Où chacun pouvait dire ses poèmes et ceux des autres ; où les fantômes des grands anciens, de Villon à Rimbaud, de Cendrars à Césaire, veillaient les vivants, de Depestre aux jeunes poètes.

En un temps qui semble aujourd’hui incroyable, où la poésie avait droit de cité sur les grands médias, c’est aussi à la radio et à la télévision que Jean-Pierre Rosnay animait le "Club des poètes".

Cet ancien résistant, passé par les maquis de Haute-Savoie, connaissait aussi le pouvoir de résistance par les mots. Il n’a cessé d’opposer aux formes de barbarie plus soft que nous vivons désormais, les armes de l’imaginaire. Et a passé le témoin à ses enfants, qui chacun à leur manière – Blaise au Club des poètes, Nicolas à Cassandre/Horschamp, Violaine et Sabine dans l’art de la marionnette, continuent le combat...

Courage et amitiés à tous.

« We carry the fire », écrit Cormac Mac Carthy dans La route...


fake lien pour chrome



Partager cet article /  


<< ARTICLE PRÉCÉDENT
"Ici, on ne fait pas de littérature"
ARTICLE SUIVANT >>
Faut-il sortir Hugo du Panthéon ?





Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces


Brèves

« Où l’art se fera-t-il ? » Les 10, 16 et 17 décem­bre, au B’Honneur des Arts, salle de la Légion d’hon­neur à Saint-Denis.


Du 30 novem­bre au 3 décem­bre 2017
Vernissage jeudi 30 novem­bre de 18h à 22h.L’ hybri­da­tion est à la mode. En art, la pra­ti­que n’est pas nou­velle, mais à l’ère des images de syn­thè­ses, des OGM et des pro­thè­ses bio­ni­ques que peu­vent les artis­tes aujourd’hui ?


Installations, spectacles, tables rondes
projections, concert, brunch et autres réconforts...
De 11h00 à minuit



Le deuxième numéro de la grande revue franco-belge art et société est arrivé, com­man­dez-le main­te­nant !


L’infor­ma­tion ne devrait pas être une mar­chan­dise, mais elle est de plus en plus sous la coupe des pou­voirs finan­ciers et indus­triels. Pour faire vivre une presse libre, jour­na­lis­tes et citoyen•­ne•s doi­vent inven­ter d’autres modè­les économiques, émancipés de la publi­cité et des action­nai­res.