Bienvenue aux insatiables !



Un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par l’ancienne équipe de Cassandre et celle du jeune Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


Brèves

Exposition Agnes Dubart

Télécharger la version PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable


Par l’image imprégnée du temps et la trace gravée, l’étude des symboles, des mythes, des figures carnavalesques dans lesquelles mouvement, mue, facétie et transformation se croisent, Agnès Dubart poursuit depuis 2008 sa recherche au creux de l’image. Danse sacrée, lune, mandragore et autres graines se projettent dans les tailles.

Ovide, dans les invocations du livre premier de ses Métamorphoses, écrit, « Inspiré par mon génie, je vais chanter les êtres et les corps qui ont été revêtus de formes nouvelles, et qui ont subi des changements divers. Dieux, auteurs de ces métamorphoses, favorisez mes chants... »
Cette épopée explique la totalité du monde avec pour originalité de ne jamais comprendre de disparitions ou de morts malgré toutes les luttes qui marquent l’histoire ; il n’y a que transformations d’un élément en un autre élément ou d’un être en un autre être. Ces êtres et ces choses subissent des changements de formes qui les rendent méconnaissables ou alors très difficilement.
À travers la lecture des Métamorphoses d’Ovide au cours d’un long voyage en Amérique du Sud, et cela juste avant l’exposition à Lasécu, Agnès Dubart souhaite mêler réel et virtuel. Les traces dessinées se confronteront aux empreintes des matières et matrices « vivantes » rencontrées lors de son périple. Elle souhaite que les mythes et légendes des pays parcourus viennent s’infiltrer, nourrir et influencer cette lecture.

Du 10 mai au 5 juillet 2014 ; vendredi et samedi de 14h à 19h
Lasécu
26 rue Bourjembois
59000 - Lille






Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces

Pour sa qua­ran­tième édition, le Festival de cinéma de Douarnenez choi­sit de ques­tion­ner la notion de Frontières. Frontière, non plus cette limite arbi­traire, cette bar­rière qui sépare mais plutôt zone d’échange. Frontière, un lieu qu’il s’agit d’inves­tir, un ter­ri­toire commun…


Brèves

Cette his­toire simple, et les contrain­tes qu’elle nous impose, convien­nent à un théâ­tre sim­ple­ment arti­sa­nal. Pas de recours aux tech­ni­ques contem­po­rai­nes. Technique qui fut l’immense chan­tier d’Anders. « Le « trop grand » nous laisse froids, mieux (car le froid serait encore une sorte de sentir) même pas froids, mais com­plè­te­ment intou­chés ; nous deve­nons des anal­pha­bè­tes de l’émotion ».


Le Festival OASIS BIZZ’ART fête sa 15ème édition cette année et vous offre quatre magni­fi­ques soi­rées avec des artis­tes venus des quatre coins du monde. Concerts, che­vaux, cirque, per­for­man­ces, pro­jec­tions, ate­liers, espace enfants, res­tau­ra­tion locale... le tout sur un site natu­rel entiè­re­ment scé­no­gra­phié !


Participez au très beau projet qui se met en place autour d’Armand Gatti et de la maison qui abrite la Parole errante à Montreuil.


En ce début d’été de belles choses autour d’Armand Gatti se dérou­le­ront à Montreuil. Quelques jours où nous pour­rons nous replon­ger dans les mots du poète, dis­paru ce prin­temps, mais tou­jours là autour de nous, dans cette Maison de l’Arbre qui nous a accueillis.


Cette année le fil rouge du fes­ti­val est "Le bateau", celui des pêcheurs de Camaret, celui du Bateau Ivre et aussi celui dans lequel s’embar­quent des mil­liers de femmes et d’hommes à la recher­che d’un avenir plus pai­si­ble... Les 28, 29 et 30 Juillet.