Bienvenue aux insatiables !



Un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par l’ancienne équipe de Cassandre et celle du jeune Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


< Brèves

Deux livres de Serge Pey

Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable


L’écrivain, poète et artiste polyformes vous invite le mardi 13 mai à 18h à la librairie Ombres Blanches à Toulouse, pour une fin de chantier marquant la sortie de deux de ses livres.

Le premier, La boîte aux lettres du cimetière, est la suite du Trésor de la guerre d’Espagne, roman phare de l’auteur qui s’est vu décerner trois prix. Dans le deuxième tome de la saga sur l’immigration républicaine espagnole, nous retrouvons les protagonistes du premier, issus de la « Retirada », l’exode des réfugiés hispaniques de la guerre civile suite à l’ascension au pouvoir de Franco. De nouveaux personnages apparaissent également, notamment autour de lieux et de moments toulousains inédits. Ainsi se côtoient dans le roman l’hôpital Varsovie et son infirmier Fidel Castro, un nouvel éclairage sur le quartier de Moscou ou encore le mystère de la statue de Riquet. Les différents récits poétiques, philosophiques et parfois un peu fous s’entremêlent pour remonter le fil d’une école libertaire fondée par des immigrés espagnols dans le sud de la France.

Le deuxième livre à paraître s’appelle Les Tomates, et s’articule plus autour de la dimension de performeur/poète/plasticien de Serge Pey. La revue DOCK(S) dirigée par Philippe Castellin et Jean Torregrosa, spécialisée dans l’art de la performance, décide donc de lui consacrer un ouvrage de 400 pages. Pourquoi j’écrase des tomates en disant la plupart de mes poèmes, Prières pour le réseau Sabaté ou encore Leur printemps est le notre sont autant de textes inédits à découvrir. Le manuscrit est accompagné de contributions plastiques et textuelles, et de nombreux auteurs sont présents dans l’ouvrage et parlent de Serge Pey et de son art. Dans cette fin de chantier, il réalisera une performance et signera les deux livres.

Mardi 13 mai à 18h
Librairie Ombres Blanches
50 Carriera Leon Gambetta
31000 - Toulouse
Site internet de l’artiste






Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces


Brèves

L’infor­ma­tion ne devrait pas être une mar­chan­dise, mais elle est de plus en plus sous la coupe des pou­voirs finan­ciers et indus­triels. Pour faire vivre une presse libre, jour­na­lis­tes et citoyen•­ne•s doi­vent inven­ter d’autres modè­les économiques, émancipés de la publi­cité et des action­nai­res.


Le deuxième numéro de la grande revue franco-belge art et société est arrivé, com­man­dez-le main­te­nant !


Le Festival Opération Quartiers Populaires (OQP) orga­nisé par la com­pa­gnie Mémoires Vives se tien­dra au Théâtre de l’œuvre dans le quar­tier de Belsunce à Marseille du 23 octo­bre au 3 novem­bre 2017


Le Génie en Liberté est un Événement bien­nal, orga­nisé par le Génie de la Bastille.
Il pro­pose à un large public un par­cours cultu­rel dans le quar­tier du 11ème arron­dis­se­ment de Paris.


Depuis 2003, le fes­ti­val de cinéma d’Attac « Images mou­ve­men­tées » s’emploie à infor­mer et à sus­ci­ter la réflexion col­lec­tive sur des ques­tions cru­cia­les de ce début de XXIe siècle en s’appuyant sur une pro­gram­ma­tion ciné­ma­to­gra­phi­que exi­geante et éclectique. Celle-ci asso­cie courts, moyens et longs-métra­ges, docu­men­tai­res et fic­tions, films fran­çais et étrangers, anciens et récents, ayant eu une large dif­fu­sion ou non. Le fes­ti­val accueille régu­liè­re­ment des avant-pre­miè­res.