Deux p’tites ballades pour TaParole

PARTAGER CET ARTICLE ► 
|  Article suivant →
s’abonner
 

Archipels #2
est sorti !





  


< Articles

Deux p’tites ballades pour TaParole

PARTAGER ►

par Pauline Perrenot
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable



C’était un week­end au cœur de juin, balancé par les airs d’un festival, suspendu. TaParole promène artistes et chansons depuis treize ans, depuis qu’une « idée collective », souffle Roxanne Joseph, fondatrice du festival, a bercé des passionnés de la chanson. Des années en arrière, 200 personnes se rassemblaient dans une cour d’immeuble, dans le 20ème. Voilà qu’aujourd’hui, 2500 se pressent à la Parole Errante de Montreuil pour entendre, danser, rire et sentir bouillonner cet « esprit vivant un peu bordélique sur les bords » ! Mais tout roule, tout glisse avec plaisir ; année après année, bénévoles et amis reviennent pour le seul plaisir d’être là, à nouveau, simplement ensemble. L’association Bolondokhaza, qui organise le festival, « prend le contre­pied de l’ennui, du formatage et du manque de curiosité qui caractérisent notre époque ». Ici, ils égrènent des frissons qui chantent au creux des corps. Deux petites chansons, aussi, plaisant et léger exercice de jeunes et romanesques rédactrices pour se souvenir en chœur (il ne vous reste qu’à les mettre en musique).

—Vu et entendu au festival TaParole du 5 au 14 juin 2015 à La Maison de l’Arbre -(La Parole errante) 9 bis, rue François Debergue à Montreuil.


À Ta Parole, on a vu :

Des émus de revenir

Des qui avaient attendu toute l’année

De sautillants contrebassistes (ce qui est rare)

Des chanteurs à voix rauque,

À voix basse,

À pleine voix

Et un dessinateur qui croque, qui croque

Les éditions Libertalia,

Au catalogue appétissant

Une grande carte du Kurdistan

Et ses exégètes engagés

Des gamins nu­-pieds qui dansent

Des affiches peintes par qui voulait

Des tracts de soutien au foyer des Barras

Et un dessinateur qui croquait, croquait

Et ça soutenait, peignait, dansait

Et ça dansait parce qu’on y chante,

Et cela chuchotait, acclamait, frissonnait,

Et se taisait autour d’une voix longue

Qui s’offrait sur la scène

Pour au­-dehors

Verre à la main, oreille ouverte

Reprendre avec les inconnus

Une conversation toute simple.

Pendant que le dessinateur

Croquait, croque , croque...

Coline Merlo

Les papiers dansent sous les bourrasques

Le vent soulève les jupes des dessins d’enfants

crieurs.

Chasse à la chanson !

Les gens débarquent

Des pressés, aperçus dans le métro,

Des groupes, des curieux, des toujours ­là…

Le lieu est pris aux mots

La Parole erre.

Bavardeuse, ici ou là,

Déliée, détendue

Et chantante.

Partout.

« Parce que quoi ?

Parce que ça décrasse les oreilles ! »

« Et pourquoi ? Parce que...

Ça décrasse les oreilles ! »

Ils savent y faire ces drôles de garçons

Ces Cotons de Tige en marcel blanc,

La boucle à l’oreille, le petit air au corps.

Dix cordes, un tambour,

Six mains, trois voix.

Ils arrêtent les passants,

Ceux qui[...]

Pour lire la suite de cet article,

ABONNEZ-VOUS

(abonnement annuel ou mensuel)

Déjà abonné ?

Connectez-vous !



Cotons Tiges Montreuil TaParole festival Maison de l’Arbre la Parole Errante
fake lien pour chrome



Partager cet article /  





Réagissez, complétez cette info :  →
Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Infos, réflexions, humeurs et débats sur l’art, la culture et la société…