Castellucci, « Orestie (une comédie organique ?) » : l’art de la (...)

PARTAGER CET ARTICLE ► 
|  Article suivant →
s’abonner
 

Archipels #2
est sorti !





  


< Articles

Castellucci, « Orestie (une comédie organique ?) » : l’art de la transgression efficace

PARTAGER ►

par Jean-Jacques Delfour
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable



La force de ce spectacle tient à l’agrafage de transgressions qui ne laissent guère en repos le spectateur. Leur cumul produit cet effet de sidération typique de l’esprit empêtré dans une contradiction (car la transgression nie et affirme en même temps). Opter, de manière réactionnelle, défensive, pour l’adhésion extatique (« C’est génial ! Quel grand artiste ! ») ou pour le rejet (« Quelle honte ! Quel scandale ! »), c’est, dans les deux cas, tenter de briser l’emprise de la contradiction. Mais c’est aussi un indice de réussite : la division du public entre pour et contre l’œuvre, pourvu qu’elle soit assez passionnelle, est l’assuran[...]

Pour lire la suite de cet article,

ABONNEZ-VOUS

(abonnement annuel ou mensuel)

Déjà abonné ?

Connectez-vous !



Théâtre Théâtre National de Toulouse Toulouse Romeo Castellucci
fake lien pour chrome



Partager cet article /  





Réagissez, complétez cette info :  →
Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Infos, réflexions, humeurs et débats sur l’art, la culture et la société…