Bienvenue aux insatiables !



L’Insatiable est un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs sur les relations entre l’art et la société. Notre travail consiste à faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque pour mettre en valeur des actions essentielles, explorer des terres méconnues et réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.

Faire un don

< Brèves

Assemblée Générale de lutte des travailleurs du spectacle et de l’audiovisuel, le 12 juin à Marseille

par L’Insatiable
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable


ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE LUTTE DES TRAVAILLEURS DU SPECTACLE ET DE L’AUDIOVISUEL, PERMANENTS, INTERMITTENTS ET PRECAIRES JEUDI 12 JUIN à 18h30 au local de Solidaires à Marseille

Communiqué de la CGT Spectacle PACA :

POUR L’ANNULATION DU PROJET DE PROTOCOLE D’ACCORD UNEDIC DU 22 MARS 2014 !
pour préparer la riposte a venir,
pour partager les informations des mobilisations partout et ailleurs,
pour réfléchir aux actions et mobilisations jusqu’au 18 juin, date de la signature prévue du protocole d’accord UNEDIC,
pour préparer le 16 et le 18 juin,
pour organiser les moyens de la grève,
pour agir et rencontrer les travailleurs intermittents des festivals a venir,
pour agir et rencontrer les travailleurs de l’audiovisuel, du cinema et de la télévision,
pour couvrir la ville d’affiches de nos luttes,
pour interpeller les travailleurs de Pole Emploi,
pour …
la liste est longue ! et elle ne fait que commencer ! Organisons nous ! Rassemblons nous ! Parlons et agissons !
C’EST TOUS ENSEMBLE QU’IL FAUT LUTTER ! SOLIDARITÉ !
− Les travailleurs du spectacle, permanents et intermittents du Printemps des comédiens à Montpellier sont toujours en
grève ! Solidarité !
− Rodrigo Garcia vient d’annuler les représentation de son spectacle à Montpellier ! Respect !
− Les techniciens de Plus belle la vie se sont mis en grève une demi-journée a Marseille ! Solidarité !
− Les personnels permanents et intermittents du TNT se sont mis en grève à Toulouse et la Nuit des Publivores
a été annulée ! Solidarité !
− Et la suite … ! A nous de jouer !
A chaque (re)négociation UNEDIC, le MEDEF et ses sbires révisent à la baisse les droits des salarié-es précaires, ceux, celles à emploi discontinu mais aussi des travailleur-ses privé-es d’emploi.
La réduction des droits au chômage, c’est la mise en concurrence accrue des travailleur-ses, qui permet aux employeurs de nous imposer une dégradation
croissante des emplois (salaires, conditions de travail) : la lutte pour les droits des chômeur-ses est une lutte pour les droits de toutes les salarié-es ! Le chômage et la précarité concernent en effet aujourd’hui en France plus de 9,5 millions de travailleur-ses. 80% des emplois créés sont des CDD et 40% seulement des chômeurs officiels perçoivent des allocations chômage !
Pour nous l’équité devrait prendre d’autres formes !
Pour tou-tes les travailleur-ses, qu’ils/elles soient à emploi stable ou discontinus, flexibles et/ou précaires, quelque soit leur secteur d’industrie, il faut un système juste et équilibré d’indemnisation chômage, un système mutualiste qui garantisse des revenus suffisant à chacun au lieu du système actuel qui privilégie les plus riches et exclue les plus précaires.

CONTRE L’AGRÉMENT DE LA CONVENTION UNEDIC ET L’AUSTÉRITÉ BUDGÉTAIRE … POUR L’EMPLOI ET LES DROITS SOCIAUX : LA GRÈVE !
A MARSEILLE : LE 16 JUIN RENDEZ-VOUS PLACE DU GÉNÉRAL DE GAULLE A 15H

La Cgt Spectacle appelle l’ensemble des artistes, techniciens, salariés et auteurs du spectacle, du cinéma et de l’audiovisuel à multiplier les grèves votées par les salariés sur les lieux de travail dès à présent contre la convention d’assurance chômage et les révisions budgétaires imminentes du gouvernement.
Un préavis national est déposé. Notre objectif est d’amplifier le mouvement de contestation de l’agrément de la convention assurance chômage avant la dernière réunion du Conseil national de l’emploi prévu le 18 juin prochain.
Dans le Spectacle, la Culture, comme ailleurs, nous avons besoin d’une politique qui ne détruise pas l’emploi.
Nous nous opposons à l’agrément de la convention assurance chômage qui va considérablement amputer les droits sociaux de tous les demandeurs d’emploi, travailleurs précaires, intérimaires, intermittents, cadres…
Le plan d’austérité de 50 milliards comprend deux milliards d’économies d’ici 2017 pour l’Unedic, ces deux milliards d’économies se font quasiment exclusivement sur le dos des chômeurs.
La disparition de milliers de professionnels de nos métiers est en jeu, de même que le service rendu au public dans le spectacle vivant, le cinéma, l’audiovisuel.
Nous appelons à Paris comme en régions à amplifier la mobilisation dans l’unité et à faire du 16 juin une journée d’engagement massif, jour du Conseil national des professions du spectacle (CNPS) présidé par la ministre de la Culture et de la Communication et avant-veille de la dernière réunion du Conseil national de l’emploi (CNE) qui doit donner un avis sur l’agrément de la convention avant décision du ministre du Travail.
TOUTES ET TOUS ENSEMBLE : NOUS VOULONS VIVRE DE NOS MÉTIERS AU SERVICE DU PUBLIC !

Local de Solidaires
29, bd Longchamp
13001 Marseille






Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces


Articles

J’ai vécu la pro­po­si­tion artis­ti­que de la com­pa­gnie Betula Lenta comme une expé­rience réflexive. J’entends par là que, tota­le­ment immer­gée, j’ai perdu la mesure et du temps et de l’espace. Il n’y a plus que moi et cette dan­seuse subli­mée par une scé­no­gra­phie tout en rete­nue. L’effet sen­si­ble est puis­sant, je n’entends, je ne vois, je ne res­sens plus que dans ce lien, devenu intime.


Sur le pla­teau des Métallos on aper­çoit une fine sil­houette, seule en scène, Ella s’avance len­te­ment vers la lumière pour pren­dre la parole. Dans un labo­ra­toire d’ana­lyse. Elle apprend qu’elle est enceinte, en 2008. Elle s’en dou­tait mais elle s’effon­dre et perd connais­sance. Le choc est brutal. À son réveil, elle est trans­por­tée en 1928, le méde­cin cher­che à com­pren­dre. C’est le début d’un long voyage au plus pro­fond de son inti­mité, dans sa propre généa­lo­gie. Un seul corps, une seule bouche, sont Focus-femmes-aux-Metallos-Les

Un sémi­naire inter­na­tio­nal a réuni une soixan­taine d’inter­ve­nants ukrai­niens et de toute l’UE à Tatariv, dans les Carpathes, en vue d’élaborer un projet Europe créa­tive. Il nous semble inté­res­sant de rela­ter ici com­ment nais­sent les pré­mi­ces d’une telle coo­pé­ra­tion.


Certains textes ne se lais­sent lire sans une voix silen­cieuse susur­rée dans nos têtes. Elle résonne et ampli­fie l’émotion portée par les mots. Tel est, pour moi, le cas des œuvres lit­té­rai­res réu­nies par Alexandre Doublet dans Dire la Vie.


Cette magni­fi­que pièce de Luigi Pirandello mise en scène par Jean Liermier pro­pose une réflexion sur les stra­té­gies défen­si­ves en cas de mort pré­ma­tu­rée d’un fils. Donna Anna va répé­tant que son fils va reve­nir, à la sur­prise hor­ri­fiée de son entou­rage, une famille tra­di­tion­nelle, catho­li­que, rurale. Celle-ci affi­che le bon sens : les morts sont à oublier afin que les vivants puis­sent vivre sans être hantés par eux. À preuve les pier­res tom­ba­les qui empê­chent les morts de sortir des tombes, la cré­ma­tion La-Vie-que-je-t-ai-donnee-Une