Bienvenue aux insatiables !



Un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par l’ancienne équipe de Cassandre et celle du jeune Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


Entretiens

Arnaud Desplechin

L’immigration dans l’œil du cinéaste
par Alain Nahmias
Thématique(s) : Politique de l’art Sous thématique(s) : Cinéma Paru dans Cassandre/Horschamp 78
Télécharger la version PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable


Fraîchement sorti de l’Idhec, Arnaud Desplechin rencontre le succès critique en 1991 avec le moyen-métrage La Vie des morts, conforté un an plus tard par le long-métrage La Sentinelle. Devenu depuis la coqueluche du film d’auteur français, il n’en reste pas moins un citoyen et un artiste engagé. En février 1997, il prend fait et cause pour les sans-papiers avec le Manifeste des 66 cinéastes*, un collectif d’artistes qui s’insurge contre la loi Debré qui criminalise les personnes hébergeant les étrangers en situation irrégulière. Quelques années plus tard, il dresse un bilan de ses engagements et fait le point sur ce qui, plus que jamais, le révolte...

(article paru dans le numéro 78 de Cassandre/Horschamp, été 2009)

PNG - 136.5 ko
DR

Vous avez été co-initiateur avec Pascale Ferran du Manifeste des 66 cinéastes. Comment vous êtes-vous engagé pour cette cause ?

Arnaud Desplechin : En 1972, à Roubaix, mes parents ont hébergé un jeune homme qui se cachait pour échapper à une expulsion. Il avait volé des mobylettes et la double peine l’obligeait à partir en Algérie alors que tous les membres de sa famille habitaient en France. Il s’appelait Francis et parlait à peine arabe. Il est resté caché trois mois chez nous, le temps que son père organise un hébergement pour lui chez des cousins lointains, en Algérie. Il était mon aîné, il me semblait prestigieux, infiniment drôle. J’aimais l’admirer. J’avais 11 ans, et son départ m’a brisé le cœur. Cette amitié m’a marqué pour la vie. Des années plus tard, vers 1995, la situation réservée aux immigrés dans le pays où réside me choquait beaucoup. Ni la droite ni la gauche n’avaient su remédier à cette violence faite aux étrangers, que ce soit par rapport aux conditions de détention moyenâgeuses ou au manque de respect envers le droit des familles à rester ensemble... Mais c’est à travers le prisme du problème des couples mixtes que j’ai désiré m’impliquer un peu plus. J’ai parlé de tout cela à mon amie Pascale Ferran. Un an plus tard, lors du procès indigne fait à Jacqueline Deltombe [1], Pascale m’a appelé et nous avons cherché à deux comment organiser un soutien. Pourtant, en politique, je me méfie de la générosité... C’est une notion qui me met mal à l’aise. Il me semble que si je me bats pour mes propres intérêts, je serai plus tenace et j’aurai plus de chances de gagner.
La télévision ne cesse de nous répéter que l’immigration est un problème. Et nous laissons s’établir un système judiciaire où l’on considère comme raisonnable de séparer frères et sœurs, mari et femme, parents et enfant, dès lors que l’un des deux n’a pas de papiers. Avec le jugement Deltombe, j’ai compris qu’il s’agissait là d’une restriction inadmissible de ma propre liberté. Je refuse que ma vie privée, amicale ou amoureuse, soit l’objet de la surveillance de l’État. C’est un point non négociable pour moi. Certes, il existe toujours des problèmes dans une société, et il faut trouver des solutions, là je crois que l’émigration n’est pas un problème, c’est une question. Et c’est bien le moins que l’on puisse demander aux nouveaux venus, que de nous poser des questions !
Il n’y aura jamais de « solution » à l’émigration, sinon des solutions sinistres. Nous ne trouverons que des réponses, et aucune ne sera la bonne. C’est heureux ! Une bonne question doit toujours rester ouverte...

Après la manifestation du 22 février 1997 [2], le collectif de cinéastes de dissout...

Nous étions arrivés à nos fins : cent autres collectifs étaient nés ! L’idée était de proposer publiquement un texte simple - « Nous, réalisateurs français, nous signalons que désormais, nous désobéirons à la loi. » Ensuite, il suffit d’imaginer... « Nous, amateurs de romans de la région lyonnaise, nous sommes scandalisés par le procès fait à Jacqueline Deltombe. Et nous désobéirons à la loi. » ; « Nous, étudiants de Nanterre, sportifs de la banlieue parisienne, personnel hospitalier, ou parents d’élèves... », etc. Dès qu’un groupe de gens réalisent qu’ils partagent une expérience singulière de la vie en société, ils peuvent constituer un « nous ». Cela ne signifie pas qu’ils soient d’accord en tout ! Mais cette expérience de la société qu’ils partagent, plutôt qu’un privilège, ils peuvent en faire un outil pour changer la société, à leur mesure.
J’étais paralysé depuis des années par cette idée que mon pays est raciste, tenté par l’extrême-droite, mû d’une façon obsessionnelle par la peur des étrangers. Lors de la manifestation du 22 février, il devenait clair qu’une large majorité ne vivait pas dans cette haine de l’étranger que nous prêtaient les politiques. Non, les citoyens étaient bien plus généreux et raisonnables que cela. Et ces citoyens n’étaient pas prêts à brader leurs libertés. La Démonstration était faite, nous avions accompli notre travail de réalisateur : rendre visible quelque chose que les autres médias ne savaient pas voir. Nous pouvions disparaître.

Une dissolution voulue à l’unanimité ?

En ce qui me concerne, je n’aime pas qu’un collectif de gens du spectacle se considère comme une élite éclairée. Je suis persuadé qu’un syndicat ou un parti politique ont bien plus de légitimité à proposer des changements de société. Je n’arrive pas à désirer que des cinéastes réunis conquièrent une quelconque légitimité politique. Je voudrais plutôt que chacun conquière la légitimité de son propre regard.

Dix ans après, quel bilan établissez-vous ?

Le bénéfice social a été formidable. Mais aucune opposition de gauche n’a relayé ce mouvement spontané pour le transformer en progrès social pérenne. Heureusement, Réseau Éducation sans frontières et d’autres associations restent vigilants. Mais quelle tristesse que ce soit aujourd’hui des associations qui portent les aspirations politiques les plus élevées du pays et que les grouper politiques s’en dégagent ! La récente grève des sans-papiers de la CGT m’a semblé un mouvement neuf, réaliste, d’une grande intelligence politique.

En 2007, vous vous associez à RESF pour la réalisation collective d’un court-métrage, Laissez-les grandir ici ! [3], dans lequel s’expriment des enfants de sans-papiers...

J’ai souhaité participer financièrement à ce projet et je suis heureux qu’un tel court-métrage existe, mais j’aurais été incapable d’en être l’auteur.

Vous avez appelé à la désobéissance civile à propos de la criminalisation des personnes hébergeant des étrangers en situation irrégulière...

Il faut user de tes appels avec parcimonie ! Et cela ne serait pas nécessaire si l’opposition représentait et défendait ceux qui ont voté pour elle. Oui, en France, il a fallu aider les déserteurs qui refusaient la guerre en Algérie. Comme il a fallu dire à voix haute le droit des femmes à avorter. Ce type d’action vient de loin, de Thoreau, qui en Amérique refusait l’esclavage, la conscription lors de la guerre au Mexique, les châtiments corporels et les impôts !

Comment considérez-vous la politique de l’immigration de Brice Hortefeux, comme celle d’Éric Besson, on successeur ?

Je n’en pense que du mal. En octobre, j’avais commencé à écrire une lettre ; « Le mois d’avril dernier, un homme se jetait dans la Marne, et perdait la vie. Il était venu en France y donner un rein pour sa sœur. Depuis, un arrêté de reconduite à la frontière avait été lancé contre lui. L’homme s’appelait Baba Traoré. Six mois plus tôt, en septembre 200è, une femme chinoise de 55 ans, illégalement entrée en France, mourait d’une défenestration. Elle s’appelait Chunlan Zhang Liu. » Hier soir, je lis ceci dans le journal : « La compagne d’un sans-papier meurt à Tours après s’être immolée par le feu. » Elle s’appelait Josiane Nardi. Ce fait divers est édifiant et m’émeut aux larmes... Je trouve tout à fait détestable qu’un ministre d’État utilise une rhétorique de provocation pour asphyxier le débat public. Choisir, par exemple, la ville de Vichy pour une conférence sur l’émigration est obscène et irresponsable. Ce choix incitait aux débordements.

Vous êtes adepte d’un cinéma de l’intime, dans la filiation d’un Resnais ou d’un Truffaut. Aucune préoccupation sociale ne transparaît dans vos films. Pourquoi ?

C’est une question complexe, mais je n’aime pas l’idée qu’il y ait des films aux préoccupations nobles et d’autres qui soient insignifiants. Je ne saurais préférer John Ford à Howard Hawks. Sinon, Resnais a tourné Nuit et Brouillard sur la déportation et l’extermination nazies, puis Hiroshima, mon amour sur les séquelles de la bombe atomique, Muriel sur la guerre d’Algérie, La guerre est finie sur la guerre d’Espagne, Loin du Vietnam, dont le titre en lui-même se suffit ! Et L’An 01, à la suite de Mai 68 ! Pas mal… Je récuse le terme de « social », mais je m’y essaie pourtant ! Dans L’Aimée, j’ai voulu filmer une idée : la façon singulière dont un homme porte le deuil d’une femme. À ce propos, Vertigo d’Hitchcock me semble le plus beau film sur ce sujet. Bien sûr, il peut m’arriver de filmer des personnages qui souffrent de misère économique. Mais je n’y pense pas en ces termes. Ça me semblerait réducteur. Tony, de Jean Renoir, est-ce un film sur la misère, sur l’émigration italienne en France, ou sur la jalousie ? Je trouve Tony beau comme une tragédie grecque.

Propos recueillis par Alain Nahmias

* Parmi lesquels Pascal Bonitzer, Judith Cahen, Claire Denis, Arnaud Desplechin, Karim Dridi, Pascale Ferran, Romain Goupil, Robert Guédiguian, Cédric Klapisch, Gérard Mordillat, Nicolas Philibert, Bertrand Tavernier.




Post-scriptum :

GIF



[1Jugée coupable le 4 février 1997 par la cour d’appel de Douai pour avoir hébergé Tony M’Bongo, un ami zaïrois.

[2Réunissant 150 000 personnes.

[3Une quinzaine de réalisateurs autour de Nicolas Philibert réalisent un court-métrage de 3 minutes consistant en un plan fixe sur le visage de Maddjiguène Cissé disant le texte du manifeste.





Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces

La finance ne déter­mine pas la géo­gra­phie et l’his­toire, le Royaume Uni est bien en Europe.
Le Théâtre de l’Opprimé fêtera la 10ème édition du fes­ti­val MigrActions. Dès la pre­mière édition de MigrActions en 2007, le fes­ti­val affirme sa volonté de célé­brer la liberté de migra­tion des formes, des iden­ti­tés et des géné­ra­tions. Culture en mou­ve­ment, en action, pro­ve­nant d’une plu­ra­lité d’hori­zons artis­ti­ques.


Brèves

Pour sa qua­ran­tième édition, le Festival de cinéma de Douarnenez choi­sit de ques­tion­ner la notion de Frontières. Frontière, non plus cette limite arbi­traire, cette bar­rière qui sépare mais plutôt zone d’échange. Frontière, un lieu qu’il s’agit d’inves­tir, un ter­ri­toire commun… du moins, pour un temps, celui du Festival, et des pos­si­bles rai­son­nés et/ou rêvés… là-bas, à Douarnenez.
Cette année encore, fic­tions, docu­men­tai­res, images fixes comme ani­mées, pala­bres, ren­contres, lit­té­ra­tu­res, concerts et fes­ti­vi­tés Frontieres-du-18-au-26-Aout-2017

Cette his­toire simple, et les contrain­tes qu’elle nous impose, convien­nent à un théâ­tre sim­ple­ment arti­sa­nal. Pas de recours aux tech­ni­ques contem­po­rai­nes. Technique qui fut l’immense chan­tier d’Anders. « Le « trop grand » nous laisse froids, mieux (car le froid serait encore une sorte de sentir) même pas froids, mais com­plè­te­ment intou­chés ; nous deve­nons des anal­pha­bè­tes de l’émotion ».


Le Festival OASIS BIZZ’ART fête sa 15ème édition cette année et vous offre quatre magni­fi­ques soi­rées avec des artis­tes venus des quatre coins du monde. Concerts, che­vaux, cirque, per­for­man­ces, pro­jec­tions, ate­liers, espace enfants, res­tau­ra­tion locale... le tout sur un site natu­rel entiè­re­ment scé­no­gra­phié !


Participez au très beau projet qui se met en place autour d’Armand Gatti et de la maison qui abrite la Parole errante à Montreuil.


En ce début d’été de belles choses autour d’Armand Gatti se dérou­le­ront à Montreuil. Quelques jours où nous pour­rons nous replon­ger dans les mots du poète, dis­paru ce prin­temps, mais tou­jours là autour de nous, dans cette Maison de l’Arbre qui nous a accueillis.