Bienvenue aux insatiables !



Un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par l’ancienne équipe de Cassandre et celle du jeune Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


Brèves

Anticopinage, ou les humeurs de Jacques ! (3) /Colère

par Jacques Livchine
Télécharger la version PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable


Tout le monde crie, tout le monde proteste, c’est la honte ! le budget de la culture a diminué ! Honte à Filippetti !
Mais personne n’ose s’attaquer aux vrais sujets tabous, personne n’ose ouvrir cette terrible boîte de Pandore qu’est la Culture en France.

Frank Lepage est le seul qui évoque avec humour quelques petits scandales de notre petit monde.

Les questions qu’il faudrait poser :

Pourrait-on faire la transparence sur les salaires des directeurs de nos grandes institutions ?

Pourrait-on connaître le coût des créations de nos théâtres nationaux, et leur nombre de représentations ?

Pourrait-on savoir ce qu’est devenu le grand escalier de cette pièce jouée dans un théâtre national, livré trois jours avant la première, donc ayant à peine servi ?

Pourrait-on avoir une idée des frais de mission des directeurs ?

Personne n’ose dire que le problème de la Culture ce n’est pas son budget, mais son partage.

L’organisation devient quasiment médiévale, il y a les seigneurs, ce sont les directeurs d’institutions, et leurs vassaux, ce sont les compagnies, et les comédiens.

Sait-on que chaque contrat signé est l’objet d’âpres négociations où la compagnie est le plus souvent perdante. Pour la moindre série de 5 représentations, la variable d’ajustement devient le cachet du comédien. Beaucoup de compagnies n’arrivent pas à donner 150 € par représentation, même avec l’intermittence la plupart des comédiens touchent à peine plus que le SMIC quand ils ne sont pas au RSA.

C’est d’une vraie révolution que notre microcosme culturel a besoin.






Lire aussi :
Et si le milieu artistique balayait devant sa porte ?
Butinages et bourdonnements
Anticopinage, ou les humeurs de Jacques ! (2)
Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces

Pour sa qua­ran­tième édition, le Festival de cinéma de Douarnenez choi­sit de ques­tion­ner la notion de Frontières. Frontière, non plus cette limite arbi­traire, cette bar­rière qui sépare mais plutôt zone d’échange. Frontière, un lieu qu’il s’agit d’inves­tir, un ter­ri­toire commun…


Brèves

Cette his­toire simple, et les contrain­tes qu’elle nous impose, convien­nent à un théâ­tre sim­ple­ment arti­sa­nal. Pas de recours aux tech­ni­ques contem­po­rai­nes. Technique qui fut l’immense chan­tier d’Anders. « Le « trop grand » nous laisse froids, mieux (car le froid serait encore une sorte de sentir) même pas froids, mais com­plè­te­ment intou­chés ; nous deve­nons des anal­pha­bè­tes de l’émotion ».


Le Festival OASIS BIZZ’ART fête sa 15ème édition cette année et vous offre quatre magni­fi­ques soi­rées avec des artis­tes venus des quatre coins du monde. Concerts, che­vaux, cirque, per­for­man­ces, pro­jec­tions, ate­liers, espace enfants, res­tau­ra­tion locale... le tout sur un site natu­rel entiè­re­ment scé­no­gra­phié !


Participez au très beau projet qui se met en place autour d’Armand Gatti et de la maison qui abrite la Parole errante à Montreuil.


En ce début d’été de belles choses autour d’Armand Gatti se dérou­le­ront à Montreuil. Quelques jours où nous pour­rons nous replon­ger dans les mots du poète, dis­paru ce prin­temps, mais tou­jours là autour de nous, dans cette Maison de l’Arbre qui nous a accueillis.


Cette année le fil rouge du fes­ti­val est "Le bateau", celui des pêcheurs de Camaret, celui du Bateau Ivre et aussi celui dans lequel s’embar­quent des mil­liers de femmes et d’hommes à la recher­che d’un avenir plus pai­si­ble... Les 28, 29 et 30 Juillet.