Bienvenue aux insatiables !



L’Insatiable est un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs sur les relations entre l’art et la société. Notre travail consiste à faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque pour mettre en valeur des actions essentielles, explorer des terres méconnues et réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.

Faire un don

< Brèves

3e Biennale de Belleville

par L’Insatiable
Sous thématique(s) : Performance , Urbanisme , Festival , Rencontres et forums , Exposition
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable


Explorer, déambuler, flâner sont les maîtres-mots de cette 3e édition de la Biennale de Belleville, La piste des Apaches qui se déroulera du 25 septembre au 26 octobre sous le signe de la marche.

Les deux premières éditions avaient initiés de nombreux projets de déambulation tels que les marches de Show-Chun Lee ou celle de l’artiste britannique Hamish Fulton. C’est dans ce prolongement que l’édition 2014 se construit. Dector et Dupuy conduiront le public du Pavillon Carré de Baudouin jusqu’à la Porte des Lilas et vers leur point de départ en suivant un itinéraire non linéaire. Effleurer les lilas sera l’occasion de parcourir la ville poétiquement et d’explorer sa face caché à travers ses bâtiments mais aussi ses habitants.

Laurent Tixador, artiste marcheur propose de relier Nantes et Paris et d’arriver à temps pour le vernissage de la Biennale le 24 septembre. Un blog permettra aux curieux de suivre cette longue marche de quinze jours.

Jacques Clayssen et Patrick Laforet ouvriront une liaison pédestre de quinze kilomètres entre la galerie Thaddaeus Ropac de Pantin et la galerie Gagosian du Bourget. Pendant les quatre heures que dure le trajet, les participants découvriront un paysage contrasté : ils longeront une autoroute, des cités, emprunteront une passerelle sur une gare de triage, passeront par un cimetière...Légendes urbaines et points de vue jalonnent ce Hors-circuits.

Adrien Guillet et Camille Tsvethoukhine imaginent Hanter Belleville un projet composé de trois déambulations et de conférences. Les spectateurs se transforment en fantômes et deviennent acteurs du projet. Ils partiront de différents points de la ville pour se retrouver au croisement des chemins à l’auditorium du Pavillon Carré de Baudouin pour une conférence.

Capucine Vevert se concentre sur une typologie particulière de territoire : les carrières, espaces oubliés des villes. Yet another hole I didn’t know about / A la conquête de la Nouvelle Californie est pensé à la fois pour le territoire de la ville de Malakoff (où l’artiste effectue sa résidence) et le quartier de Belleville. Des créations sonores développés en collaboration avec Valentin Ferré se déclencheront lorsque les marcheurs équipés d’un dispositif géolocalisés surplomberont des carrières.

Le tissu associatif local participe à cette biennale et contribue à élargir la ville. Outre ces déambulations et marches, la biennale de Belleville se constitue de nombreuses expositions, de performances, ou encore d’une journée de colloque. Le désormais traditionnel journal de la biennale sera à nouveau le témoin de cette édition.

Pour en savoir plus : <popup|texte=ici|titre=Biennale de Belleville|lien=www.labiennaledebelleville.fr>.

Biennale de Belleville 3
La piste des Apaches
Paris, quartier de Belleville et Est parisien
Entrée libre dans tous les lieux

GIF - 32.3 ko





Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces


Articles

Difficile de ne pas être attiré par un artiste qui tra­vaille sur un sujet qui cham­boule notre société et nos esprits comme celui des migrants. C’est une évidence pour moi d’aller décou­vrir au col­lec­tif 12 de Mantes la jolie, la créa­tion de Rachid Akbal. Mais la ques­tion du fond et de la forme va vite se poser…


Sur la scène noire, des bulles de savon s’échappent d’une sorte d’aile-para­vent.
Les enfants s’ins­tal­lent et obser­vent cal­me­ment. Quand tous sont assis, le spec­ta­cle com­mence. Une voix : « Tu as 1 jour, 1 an, 100 ans, 1000 ans, 15 mil­lions d’années…
Que nous réserve la suite ?


Après Elbeuf et Arras, et avant de nom­breu­ses dates dans le reste du pays, Le Galactik Ensemble pré­sente son pre­mier spec­ta­cle col­lec­tif, « Optraken », au Théâtre Le Monfort à Paris jusqu’au 25 novem­bre 2017.


Jack Ralite qui vient de nous quit­ter au terme d’une vie vrai­ment bien rem­plie, a été pour nous un allié de très grande qua­lité dans ce combat qui nous a été (et nous est) commun pour la reconnais­sance de l’impor­tance de l’art et de la culture dans notre société.


Samedi soir, 10e arron­dis­se­ment, inter­phone W, 19h50. Je sonne.
L’expé­rience du soir se jouera au der­nier étage d’un duplex, dans un séjour-cui­sine de 40 mètres carré, plutôt « arty ». Une tren­taine de per­son­nes sont pré­sen­tes, qui chu­cho­tent par petits grou­pes sur des stra­pon­tins pré-fabri­qués, pen­dant que d’autres, encore debout, se saluent sur une musi­que d’ambiance.