Bienvenue aux insatiables !



Un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par l’ancienne équipe de Cassandre et celle du jeune Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


Le blog de Jacques Livchine :




Au Théâtre du Soleil. Chère Ariane et le reste du gang, amis et ennemis de tous bords…



Salut Manuel, je suis un des 70 millions de français que tu ne connais pas. Je réponds à l’appel que tu lances aux intellectuels, j’en suis un, puisque je fais du théâtre depuis plus de quarante ans. Je me propose de te rencontrer pour t’expliquer comment je vois les choses et peut-être même devenir ton conseiller privé et Lettre-de-Jacques-a-Manuel



J’avais envie de faire l’autopsie d’une Ministre démissionnaire afin de bien comprendre où ça coince dans cette succession de Ministres de la Culture sans que l’on aperçoive le moindre changement. Pas facile d’obtenir un rendez-vous, pourtant Aurélie n’est plus Ministre. Pas de réponse à mes courriels, alors j’ai attaqué plus frontalement, j’ai écrit un message plus percutant...
Chère Aurélie Filippetti,  Livchine-et-Filippetti-Une-rencontr...



Le camion de Pierre

La scolarisation des enfants est un leitmotiv des préoccupations des associations rroms. Quel modèle peut-elle prendre quand les enfants sont itinérants ? Comment prendre en compte leur singularité, sans créer pour autant un enseignement séparé ?



Les humeurs de Jacques

Je suis dans une humeur Muray Je suis négatif sur tous les plans. Je trouve qu’Avignon est devenu moche …



Les humeurs de Jacques

J’ai tout fait pour ne pas regarder, mais la pression médiatique a eu raison de moi, et oui c’est social, comme ça on peut au moins discuter avec des gens que l’on ne connaît pas. Alors ? Ce match ? Mon avis ? Un engouement mondial pour une énorme arnaque.



Grands témoins

Dans le paysage sociologique français, ce couple est une exception. Seul à travailler sur la très haute bourgeoisie, il en dévoile minutieusement, de livre en livre, les charmes de moins en moins discrets.



C’est là que ça se passe

Ceci n’est pas exactement un grand entretien mais… Faut que je parle de Nicolas Frize, absolument. Je ne veux pas le mettre en exergue, le hisser sur un piédestal, mais cela m’a mis tellement de baume au cœur dans le désert théâtral français d’assister à un spectacle qui me donne des ailes, où je me reconnais, qui met en jeu la société, qui a du souffle, de l’élan, de la poésie, qu’il faut que j’en Nicolas-Frize



Blockbusters

Je me réjouissais de diriger à la faculté d’art d’Amiens des travaux autour du théâtre de rue. Ils avaient 20 ans, et pour commencer j’ai cherché à repérer nos références communes histoire de développer un minimum de complicité...



Tout le monde crie, tout le monde proteste, c’est la honte ! le budget de la culture a diminué ! Honte à Filippetti !



Jacques Livchine se fâche avec le milieu

Jacques Livchine se fâche avec le milieu, mais on a l’habitude !



Jacques Livchine s’adresse à Jack Ralite.

J’ai toujours eu une intense admiration pour ta fougue et tes citations, combien de fois tu as su m’émouvoir. Je te croise sans arrêt au théâtre, tu vas partout, tu as sans doute été un des seuls vrais ministres de ces cinquante dernières années.





Brèves

Pour sa qua­ran­tième édition, le Festival de cinéma de Douarnenez choi­sit de ques­tion­ner la notion de Frontières. Frontière, non plus cette limite arbi­traire, cette bar­rière qui sépare mais plutôt zone d’échange. Frontière, un lieu qu’il s’agit d’inves­tir, un ter­ri­toire commun… du moins, pour un temps, celui du Festival, et des pos­si­bles rai­son­nés et/ou rêvés… là-bas, à Douarnenez.
Cette année encore, fic­tions, docu­men­tai­res, images fixes comme ani­mées, pala­bres, ren­contres, lit­té­ra­tu­res, concerts et fes­ti­vi­tés Frontieres-du-18-au-26-Aout-2017

Cette his­toire simple, et les contrain­tes qu’elle nous impose, convien­nent à un théâ­tre sim­ple­ment arti­sa­nal. Pas de recours aux tech­ni­ques contem­po­rai­nes. Technique qui fut l’immense chan­tier d’Anders. « Le « trop grand » nous laisse froids, mieux (car le froid serait encore une sorte de sentir) même pas froids, mais com­plè­te­ment intou­chés ; nous deve­nons des anal­pha­bè­tes de l’émotion ».


Le Festival OASIS BIZZ’ART fête sa 15ème édition cette année et vous offre quatre magni­fi­ques soi­rées avec des artis­tes venus des quatre coins du monde. Concerts, che­vaux, cirque, per­for­man­ces, pro­jec­tions, ate­liers, espace enfants, res­tau­ra­tion locale... le tout sur un site natu­rel entiè­re­ment scé­no­gra­phié !


Participez au très beau projet qui se met en place autour d’Armand Gatti et de la maison qui abrite la Parole errante à Montreuil.


En ce début d’été de belles choses autour d’Armand Gatti se dérou­le­ront à Montreuil. Quelques jours où nous pour­rons nous replon­ger dans les mots du poète, dis­paru ce prin­temps, mais tou­jours là autour de nous, dans cette Maison de l’Arbre qui nous a accueillis.