Bienvenue aux insatiables !



Un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par l’ancienne équipe de Cassandre et celle du jeune Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


Archives

Merveilles et polyvalence

Tout semblait immobile. C’est le titre.
par Coline Merlo
Télécharger la version PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable


Tout semblait immobile. C’est le titre. Il vous démange immédiatement d’y ajouter une suite : ‘Quand tout à coup… » (on ferait suivre d’un verbe au passé-simple).

JPEG - 17.9 ko

Trois universitaires sont venus donner une conférence sur le conte, dans une salle polyvalente. On ne se méfie jamais assez des salles polyvalentes : celle-ci respecte son statut en produisant du merveilleux. Cela démarre par une hésitation sur l’accidentel, et se déploie quand la toute jeune chercheuse ne peut pas dire son analyse. Il y a des chutes, des extinctions des feux, un renard en céramique, et un piano droit. Il y a des corps qui qui deviennent des terrains de jeux, et les cailloux du Petit Poucet comme une pluie de signes, où le chemin se noie.

La tentation est grande, d’interpréter le propos du spectacle monté par Nathalie Béasse.

On pourrait y trouver par exemple une très belle mise en balance des types de savoirs véhiculés par le discours scientifique, jalons descriptifs d’un état de la pensée, et par ce condensé symbolique d’expériences qu’est le conte. Si la recherche produit une grille de lecture du monde, immédiatement mobilisable, et pour un temps figé en connaissances sûres, le savoir du conte est à déflagration progressive. L’inconscient vient puiser dans les scènes du récit initiatique les répartitions de rôles attendus, et les lois de structuration du sujet, mais seulement à mesure que vivre le lui rend nécessaire, et apte à les interpréter.

Dans un ordre d’idées complémentaire, il se glisse aussi dans Tout semblait immobile quelques remarques, jamais dites, sur la littérature orale, qui impose de réactualiser sans cesse en contexte son propos, et bondit de formules en formules, sans que celle-ci soient assurées (1), ou sur le fonctionnement du texte, qui n’atteint jamais que par bribes son destinataire. Cela se dit en scènes jouées, en images et en interruptions de discours.

Donc, ce spectacle cause.

Mais ce n’est pas la raison pour laquelle on a envie d’y inviter des amis. Tout semblait immobile est extrêmement drôle, sans que le rire y soit jamais ricanant, ou obèse. Cela ne pose pas, ce ne sent jamais non plus l’entre-soi, c’est ouvert et fourmillant de symboles qui laissent libres de les interpréter, ou pas, à son gré. Les comédiens : Camille Trophème, Etienne Fague, Erik Gerken, ne s’interposent jamais entre vous et le plaisir.

De sorte qu’on ne se trouve plus dans la machinerie lourde du spectaculaire, mais cet espace allégé où le sens se propose. On peut alors y rire sans arrière-pensées.

(1) Et Rosette a vécu ce que vivent les roses… étant nettement moins coulant à l’oreille, le bon monsieur Ronsard aurait ainsi saisi au vol une erreur de copiste.






Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces

La Justice est au cœur de notre actua­lité… mais aussi de celle de plus de 2000 mili­tants et syn­di­ca­lis­tes aujourd’hui pour­sui­vis pour leurs actes de résis­tance.


Brèves

Nos amis de la troupe Jolie Môme pré­sen­tent actuel­le­ment dans leur très beau lieu de la Belle Étoile une pièce de Bertolt Brecht, l’un de ses textes mili­tants qu’il nom­mait « lehrs­tuck » (une pièce didac­ti­que) et qui dans son esprit étaient des­ti­nés à faire com­pren­dre, en par­ti­cu­lier aux jeunes gens, les fonc­tion­ne­ments d’une société capi­ta­liste tra­vaillée par la lutte des clas­ses.


Veillée pour l’écrivaine Asli Erdogan le mardi 25 avril à 20 heures à La Parole errante 9, rue François Debergue - Montreuil. (métro : Croix de Chavaux).


Rien, jamais, n’aura été banal dans la vie d’Armand Gatti qui vient de décé­der. Même pas le chassé-croisé entre l’annonce aux Amis de l’Humanité d’un rendez-vous avec lui, le 19 avril pro­chain, et sa dis­pa­ri­tion le 6, ses obsè­ques, le 13 au cré­ma­to­rium du Père Lachaise.


« Lecture de 5 faits d’actua­li­tés... » Éditions Al dante, 2016. Une pro­po­si­tion d’Alphabetville dans le cadre de Faits divers. Jeudi 13 avril à 18h30 à la librai­rie la Salle des machi­nes à Marseille.


Comment réin­ter­ro­ger l’éducation popu­laire et répon­dre aux enjeux actuels à tra­vers une démar­che de recher­che-action ?


Le 11 avril, la librai­rie du Jeu de Paume et les Presses du réel vous invi­tent à ren­contrer Emmanuel Alloa, Georges Didi-Huberman, Marie-José Mondzain, Magali Nachtergael et Peter Szendy à l’occa­sion de la paru­tion de Penser l’image III. Comment lire les images ?


Julien Blaine conti­nue à faire vivre et revi­vre la poésie. Il la donne à voir là où on ne l’attend pas, dans le quo­ti­dien et l’actua­lité.
En dehors de ses per­for­man­ces et expo­si­tions, voici quel­ques œuvres parues ces der­niè­res années, aperçu non exhaus­tif de ses der­niers tra­vaux.


Des Capitales euro­péen­nes de la Culture pour un projet cultu­rel et démo­cra­ti­que euro­péen…