Hamlet, sur les chapeaux de roues

PARTAGER CET ARTICLE ► 
|  Article suivant →
Archipels #2 est enfin là !
Bienvenue aux insatiables !



L’Insatiable est un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs sur les relations entre l’art et la société. Notre travail consiste à faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque pour mettre en valeur des actions essentielles, explorer des terres méconnues et réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.

Faire un don

< Archives

Hamlet, sur les chapeaux de roues

Translatines 2013
PARTAGER ►

par Thomas Hahn

Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable



C’est la première création du Teatro de los Andes depuis leur douloureuse séparation d’avec Cesar Brie, fondateur et sur-père de la troupe qui vit en Italie depuis trois ans. « Nous avons été obligés de déménager sur l’autre partie de notre terrain, et vivons désormais dans une partie sans source d’eau. Nous avons creusé pour construire un puits, mais n’avons rien trouvé. » Ce qui explique, en partie, selon eux le déluge qui coule de la table inclinée qui porte le cadavre d’Ophélie. Mais il y a, bien sûr, également une référence au souci général autour de l’eau, sans parler de la noyade de la belle…

JPEG - 43.3 ko

C’est la première création du Teatro de los Andes depuis leur douloureuse séparation d’avec Cesar Brie, fondateur et sur-père de la troupe qui vit en Italie depuis trois ans. « Nous avons été obligés de déménager sur l’autre partie de notre terrain, et vivons désormais dans une partie sans source d’eau. Nous avons creusé pour construire un puits, mais n’avons rien trouvé. » Ce qui explique, en partie, selon eux le déluge qui coule de la table inclinée qui porte le cadavre d’Ophélie. Mais il y a, bien sûr, également une référence au souci général autour de l’eau, sans parler de la noyade de la belle…

JPEG - 28.5 ko

Teatro de los Andes est donc de retour, avec « Hamlet, de los Andes », une pièce qui joue avec l’œuvre de Shakespeare comme si elle la ruminait de façon obsessionnelle, à travers le rapport au père et les valeurs d’honnêteté et de moralité, tant de fois trahies par les personnages de la tragédie. Ca commence comme une séance chez le psy, autour du cadavre du père, rapport charnel, voire carnivore inclus.

Ce qu’a vécu la troupe de Sucre en Bolivie, n’est comparable qu’au traumatisme des danseurs de Pina Bausch après le décès de la grande dame de Wuppertal. Mais les Boliviens savent le surmonter avec autodérision et parlent ouvertement de leurs états d’âme. Ils règlent leurs comptes avec l’attentisme en se coinçant dans un cadre de porte, en constatant que « ça fait vingt ans que nous sommes là. » Pour la simple raison que chacun attendait que quelqu’un d’autre bouge en premier.

Et s’ils sont loin de vouloir dire que leurs décennies avec Cesar Brie étaient des années perdues, leur message-clé est : « Il faut savoir se regarder en face ». Pour mieux y arriver, ils ont invité un dramaturge et metteur en scène extérieur à la troupe, le Bolivien Diego Aramburo. Et leur façon de tuer le père est aussi honnête que morale et constructive : Ils sont meilleurs qu’avant ! Ecriture, jeu, concept, tout… si l’on compare avec la dernière création pour la salle avec César Brie, en un sol amarillo ». Teatro de los Andes n’est pas mort, il continue de se battre de plus belle, à travers un Hamlet indigné et révolté, un Hamlet qui a du chien, qui mord, malgré lui.

Hamlet n’est pas complètement absent non plus chez la troupe équatorienne Muegano Teatro. Le metteur en scène, Santiago Roldos, n’est autre qu’un des enfants du président équatorien Jaime Roldos Aquilera, mort dans un crash d’avion en mai 1981, probablement pour avoir déplu au CIA américain en refusant aux compagnies américaines l’accès aux réserves pétrolières du pays.

Dans « Karaoke orquestra vacia », les rapports père-fils sont évoqués, et avec eux la politique du continent, à travers la répression du syndicalisme et des dictateurs-séducteurs grotesques. « Cette pièce ne prend aucune responsabilité des opinons politiques qui y sont exprimées », préviennent-ils. Tableaux muets burlesques ou tragiques, cabaret grotesque et poétique, souvenirs personnels : la déconstruction atteint la violence d’Heiner Müller dans « Hamlet Machine » et la compagnie se reconnaît, en effet, des références de Brecht et Müller.

Le trio évoque tous les mythes occidentaux, mais fait surgir aussi les démons du continent, à savoir les disparus et ces dictateurs grotesques qui promettent sans cesse une « refondation totale de tous les rapports sociaux. » Mais s’ils reviennent à Brecht, c’est « à travers son inspiration latine, à savoir le fait de travailler en troupe », préviennent-ils. Leur cabaret grinçant ressemble plutôt à Müller, revu à travers l’espièglerie sud-américaine.

Thomas Hahn

http://theatre-des-chimeres.com


fake lien pour chrome



Partager cet article /  


<< ARTICLE PRÉCÉDENT
Le Cheval Bavard, une expérience particulière
ARTICLE SUIVANT >>
Merveilles et polyvalence





Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces


Brèves

« Où l’art se fera-t-il ? » Les 10, 16 et 17 décem­bre, au B’Honneur des Arts, salle de la Légion d’hon­neur à Saint-Denis.


Du 30 novem­bre au 3 décem­bre 2017
Vernissage jeudi 30 novem­bre de 18h à 22h.L’ hybri­da­tion est à la mode. En art, la pra­ti­que n’est pas nou­velle, mais à l’ère des images de syn­thè­ses, des OGM et des pro­thè­ses bio­ni­ques que peu­vent les artis­tes aujourd’hui ?


Installations, spectacles, tables rondes
projections, concert, brunch et autres réconforts...
De 11h00 à minuit



Le deuxième numéro de la grande revue franco-belge art et société est arrivé, com­man­dez-le main­te­nant !


L’infor­ma­tion ne devrait pas être une mar­chan­dise, mais elle est de plus en plus sous la coupe des pou­voirs finan­ciers et indus­triels. Pour faire vivre une presse libre, jour­na­lis­tes et citoyen•­ne•s doi­vent inven­ter d’autres modè­les économiques, émancipés de la publi­cité et des action­nai­res.