Arnaud Desplechin

PARTAGER CET ARTICLE ► 
|  Entretien suivant →
s’abonner
 

Archipels #2
est sorti !





  


< Entretiens

Arnaud Desplechin

L’immigration dans l’œil du cinéaste
PARTAGER ►

par Alain Nahmias
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable



Fraîchement sorti de l’Idhec, Arnaud Desplechin rencontre le succès critique en 1991 avec le moyen-métrage La Vie des morts, conforté un an plus tard par le long-métrage La Sentinelle. Devenu depuis la coqueluche du film d’auteur français, il n’en reste pas moins un citoyen et un artiste engagé. En février 1997, il prend fait et cause pour les sans-papiers avec le Manifeste des 66 cinéastes*, un collectif d’artistes qui s’insurge contre la loi Debré qui criminalise les personnes hébergeant les étrangers en situation irrégulière. Quelques années plus tard, il dresse un bilan de ses engagements et fait le point sur ce qui, plus que jamais, le révolte...

PNG - 136.5 ko
DR

Vous avez été co-initiateur avec Pascale Ferran du Manifeste des 66 cinéastes. Comment vous êtes-vous engagé pour cette cause ?

Arnaud Desplechin : En 1972, à Roubaix, mes parents ont hébergé un jeune homme qui se cachait pour échapper à une expulsion. Il avait volé des mobylettes et la double peine l’obligeait à partir en Algérie alors que tous les membres de sa famille habita[...]

Pour lire la suite de cet article,

ABONNEZ-VOUS

(abonnement annuel ou mensuel)

Déjà abonné ?

Connectez-vous !



Politique de l’art Cinéma Arnaud Desplechin
fake lien pour chrome



Partager cet article /  










Réagissez, complétez cette info :  →
Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Infos, réflexions, humeurs et débats sur l’art, la culture et la société…