Bienvenue aux insatiables !



Un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par l’ancienne équipe de Cassandre et celle du jeune Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


Archives

Résiste !

Le festival "Résistance" à Foix
par Eléonore Clovis
Télécharger la version PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable


Il était une fois dans la ville de Foix, un beau festival de cinéma qui gardait la foi, malgré la baisse des subventions…
Le festival « Résistances », au pluriel, mérite son nom. Résistance à la pensée unique et à l’injustice multiple. Résistance non pas figée, arcboutée dans le « non » et la pure réaction, mais résistance active et enthousiaste, portée par dynamisme et à l’engagement de ses membres, pour la plupart bénévoles.

Il était une fois dans la ville de Foix, un beau festival de cinéma qui gardait la foi, malgré la baisse des subventions…
Le festival « Résistances », au pluriel, mérite son nom. Résistance à la pensée unique et à l’injustice multiple. Résistance non pas figée, arcboutée dans le « non » et la pure réaction, mais résistance active et enthousiaste, portée par dynamisme et à l’engagement de ses membres, pour la plupart bénévoles.

Créé il y a dix-sept ans, voilà sept ans que l’équipe actuelle investit toute sont énergie et ses convictions dans le festival. Au programme de cette année, des populations en danger, humaines (« les roms ») ou végétales (« les arbres ») et ceux qui les menacent (« l’exercice du pouvoir »).

Variations sur le thème de la différence et du regard de l’Autre, du plus sobre et rigoureux (Moulin-Galant, la question rom, de Mathieu Pheng, Des Français sans histoire, de Raphael Pillosio) au flamboyant poétique (Chat noir, chat blanc, de Kusturica) en passant par le docu-fiction (L’Exercice de l’Etat, de Pierre Schoeller) ou le film d’animation (Couleur de peau : miel, de Jung et Laurent Boileau) ; parfois intimiste, parfois « grand-public », mais sans jamais sortir du sujet ni de la qualité.

JPEG - 187.8 ko
Image : Romanès, de Jacques Deschamps (France / DCP / 72’ / VF / 2013)

Les séances s’enchaînent sans se bousculer, souvent en présence de réalisateurs, travailleurs sociaux ou chercheurs avec qui la salle peut échanger, au cours de débats* ou à l’occasion des apéro-concerts ; avant de finir par une projection plein-air, histoire de détendre l’atmosphère…

Et pour ceux qui n’en peuvent plus du grand écran, reste le cadre, grandiose et millénaire, qui suffit à faire oublier, pour quelques pas, l’éternelle injustice, contre laquelle Résistances se dresse.

Eléonore Clovis

http://festival-resistances.fr

* On reparlera plus en profondeur du débat mené sur les rroms : « Une population européenne victime de ségrégation », avec Jeanne GAMONET, Sinti, universitaire, ex déléguée du conseil de l’Europe, dans le numéro de rentrée de la revue Cassandre/Horschamp.

A suivre aussi, le documentaire sur la Grèce de Yannis Youlountas, collaborateur de Siné Mensuel et figure du monde Libertaire, Ne vivons plus comme des esclaves, que nous n’avons pas pu voir encore, mais qui a attiré notre attention, et dont nous nous faisons ici l’écho, puisque, ayant fait le choix d’une distribution gratuite, il sollicite aussi une souscription pour permettre sa sortie en auto-production.






Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces

Pour sa qua­ran­tième édition, le Festival de cinéma de Douarnenez choi­sit de ques­tion­ner la notion de Frontières. Frontière, non plus cette limite arbi­traire, cette bar­rière qui sépare mais plutôt zone d’échange. Frontière, un lieu qu’il s’agit d’inves­tir, un ter­ri­toire commun…


Brèves

Cette his­toire simple, et les contrain­tes qu’elle nous impose, convien­nent à un théâ­tre sim­ple­ment arti­sa­nal. Pas de recours aux tech­ni­ques contem­po­rai­nes. Technique qui fut l’immense chan­tier d’Anders. « Le « trop grand » nous laisse froids, mieux (car le froid serait encore une sorte de sentir) même pas froids, mais com­plè­te­ment intou­chés ; nous deve­nons des anal­pha­bè­tes de l’émotion ».


Le Festival OASIS BIZZ’ART fête sa 15ème édition cette année et vous offre quatre magni­fi­ques soi­rées avec des artis­tes venus des quatre coins du monde. Concerts, che­vaux, cirque, per­for­man­ces, pro­jec­tions, ate­liers, espace enfants, res­tau­ra­tion locale... le tout sur un site natu­rel entiè­re­ment scé­no­gra­phié !


Participez au très beau projet qui se met en place autour d’Armand Gatti et de la maison qui abrite la Parole errante à Montreuil.


En ce début d’été de belles choses autour d’Armand Gatti se dérou­le­ront à Montreuil. Quelques jours où nous pour­rons nous replon­ger dans les mots du poète, dis­paru ce prin­temps, mais tou­jours là autour de nous, dans cette Maison de l’Arbre qui nous a accueillis.


Cette année le fil rouge du fes­ti­val est "Le bateau", celui des pêcheurs de Camaret, celui du Bateau Ivre et aussi celui dans lequel s’embar­quent des mil­liers de femmes et d’hommes à la recher­che d’un avenir plus pai­si­ble... Les 28, 29 et 30 Juillet.