Bienvenue aux insatiables !



Un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par l’ancienne équipe de Cassandre et celle du jeune Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


< Brèves

Rajenka, sur la piste des Romanès

par L’Insatiable
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable


Jusqu’au 3 mai, le chapiteau des Romanès accueille Rajenka, un spectacle auquel la dernière fille d’Alexandre et Délia Romanès a donné son nom. Depuis décembre dernier, Rajenka tisse l’histoire de la culture gitane et tsigane au fil de la danse et des arts du cirque, enveloppée de la voix de sa mère.

Rajenka, c’est cette « princesse gitane aux semelles de vent » contant l’histoire d’un peuple et d’une culture. Exploitant certains filons du cirque traditionnel comme le trapèze ou le funambulisme, le spectacle des Romanès s’enivre de danse et de chants formant le berceau de la culture gitane et tsigane. L’ensemble de musique tsigane des Balkans et la voix de Délia accompagneront Rajenka dans cette histoire mémorielle, racontée dans un esprit de fête et de poésie.

Maintenir en vie la culture gitane et tsigane a toujours été le fer de lance des Romanès. Leur cirque, créé en 1994, connut un succès immédiat qui excède depuis maintenant des années les frontières de l’hexagone. « Quelques gitans dans une piste. Délia au chant entourée d’un violon, une contrebasse, un accordéon... Même dans mes rêves les plus fous, je n’aurais jamais imaginé avoir autant de succès avec un spectacle aussi simple, aussi dépouillé », déclare Alexandre Romanès. Délia et lui sont également à l’origine du Tchiriclif, un centre international des arts et des cultures gitanes et tsiganes visant à « dépasser les limites étroites du cirque et [à] faire découvrir le plus beau de la culture tsigane ». En cette période de stigmatisation particulièrement violente envers ces peuples, ce centre désire sauvegarder et transmettre une culture encore largement méconnue. Si le projet, lancé fin 2013, n’a pas obtenu le soutien qu’il espérait au terme de sa campagne de crowdfunding, les Romanès comptent sur leur stabilité à la Caserne de Reuilly pour pouvoir lancer une programmation consistante.

Invité dans des colloques et des rencontres, Alexandre Romanès a été également sollicité par des journaux comme Mediapart, dans lesquels il s’exprime sur les problématiques sociopolitiques actuelles. Luthiste baroque et poète, il a publié plusieurs recueils de poèmes aux éditions Gallimard (Paroles perdues, Sur l’épaule de l’ange, Un peuple de promeneurs) alors qu’un quatrième est en cours de rédaction. Sa femme, Délia, musicienne et chanteuse de formation, apporte sa voix à tous les spectacles du Cirque Romanès, assurant parallèlement l’organisation et la promotion des événements.

Informations supplémentaires :
Chapiteau Cirque Romanès : Ici
Caserne de Reuilly - Paris 12e -Métro Faidherbe-Chaligny
Page facebook du Tchiriclif : Ici






Réagissez, complétez cette info :
Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces


Brèves

L’infor­ma­tion ne devrait pas être une mar­chan­dise, mais elle est de plus en plus sous la coupe des pou­voirs finan­ciers et indus­triels. Pour faire vivre une presse libre, jour­na­lis­tes et citoyen•­ne•s doi­vent inven­ter d’autres modè­les économiques, émancipés de la publi­cité et des action­nai­res.


Le deuxième numéro de la grande revue franco-belge art et société est arrivé, com­man­dez-le main­te­nant !


Le Festival Opération Quartiers Populaires (OQP) orga­nisé par la com­pa­gnie Mémoires Vives se tien­dra au Théâtre de l’œuvre dans le quar­tier de Belsunce à Marseille du 23 octo­bre au 3 novem­bre 2017


Le Génie en Liberté est un Événement bien­nal, orga­nisé par le Génie de la Bastille.
Il pro­pose à un large public un par­cours cultu­rel dans le quar­tier du 11ème arron­dis­se­ment de Paris.


Depuis 2003, le fes­ti­val de cinéma d’Attac « Images mou­ve­men­tées » s’emploie à infor­mer et à sus­ci­ter la réflexion col­lec­tive sur des ques­tions cru­cia­les de ce début de XXIe siècle en s’appuyant sur une pro­gram­ma­tion ciné­ma­to­gra­phi­que exi­geante et éclectique. Celle-ci asso­cie courts, moyens et longs-métra­ges, docu­men­tai­res et fic­tions, films fran­çais et étrangers, anciens et récents, ayant eu une large dif­fu­sion ou non. Le fes­ti­val accueille régu­liè­re­ment des avant-pre­miè­res.