Bienvenue aux insatiables !



L’Insatiable est un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs sur les relations entre l’art et la société. Notre travail consiste à faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque pour mettre en valeur des actions essentielles, explorer des terres méconnues et réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.

Faire un don

< Brèves

Rajenka, sur la piste des Romanès

par L’Insatiable
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable


Jusqu’au 3 mai, le chapiteau des Romanès accueille Rajenka, un spectacle auquel la dernière fille d’Alexandre et Délia Romanès a donné son nom. Depuis décembre dernier, Rajenka tisse l’histoire de la culture gitane et tsigane au fil de la danse et des arts du cirque, enveloppée de la voix de sa mère.

Rajenka, c’est cette « princesse gitane aux semelles de vent » contant l’histoire d’un peuple et d’une culture. Exploitant certains filons du cirque traditionnel comme le trapèze ou le funambulisme, le spectacle des Romanès s’enivre de danse et de chants formant le berceau de la culture gitane et tsigane. L’ensemble de musique tsigane des Balkans et la voix de Délia accompagneront Rajenka dans cette histoire mémorielle, racontée dans un esprit de fête et de poésie.

Maintenir en vie la culture gitane et tsigane a toujours été le fer de lance des Romanès. Leur cirque, créé en 1994, connut un succès immédiat qui excède depuis maintenant des années les frontières de l’hexagone. « Quelques gitans dans une piste. Délia au chant entourée d’un violon, une contrebasse, un accordéon... Même dans mes rêves les plus fous, je n’aurais jamais imaginé avoir autant de succès avec un spectacle aussi simple, aussi dépouillé », déclare Alexandre Romanès. Délia et lui sont également à l’origine du Tchiriclif, un centre international des arts et des cultures gitanes et tsiganes visant à « dépasser les limites étroites du cirque et [à] faire découvrir le plus beau de la culture tsigane ». En cette période de stigmatisation particulièrement violente envers ces peuples, ce centre désire sauvegarder et transmettre une culture encore largement méconnue. Si le projet, lancé fin 2013, n’a pas obtenu le soutien qu’il espérait au terme de sa campagne de crowdfunding, les Romanès comptent sur leur stabilité à la Caserne de Reuilly pour pouvoir lancer une programmation consistante.

Invité dans des colloques et des rencontres, Alexandre Romanès a été également sollicité par des journaux comme Mediapart, dans lesquels il s’exprime sur les problématiques sociopolitiques actuelles. Luthiste baroque et poète, il a publié plusieurs recueils de poèmes aux éditions Gallimard (Paroles perdues, Sur l’épaule de l’ange, Un peuple de promeneurs) alors qu’un quatrième est en cours de rédaction. Sa femme, Délia, musicienne et chanteuse de formation, apporte sa voix à tous les spectacles du Cirque Romanès, assurant parallèlement l’organisation et la promotion des événements.

Informations supplémentaires :
Chapiteau Cirque Romanès : Ici
Caserne de Reuilly - Paris 12e -Métro Faidherbe-Chaligny
Page facebook du Tchiriclif : Ici






Réagissez, complétez cette info :
Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces


Articles

J’en par­lais récem­ment ici, il est des mala­dres­ses à toutes les mises en expo­si­tion. À la Maison Victor Hugo, ce qui m’a dérangé c’est le rai­son­ne­ment qui a pré­cédé la cons­truc­tion du propos cri­ti­que. Je vou­drais sou­li­gner plu­sieurs pro­blè­mes, et non des moin­dres, puisqu’ils sont dis­cri­mi­na­toi­res.


J’ai vécu la pro­po­si­tion artis­ti­que de la com­pa­gnie Betula Lenta comme une expé­rience réflexive. J’entends par là que, tota­le­ment immer­gée, j’ai perdu la mesure et du temps et de l’espace. Il n’y a plus que moi et cette dan­seuse subli­mée par une scé­no­gra­phie tout en rete­nue. L’effet sen­si­ble est puis­sant, je n’entends, je ne vois, je ne res­sens plus que dans ce lien, devenu intime.


Sur le pla­teau des Métallos on aper­çoit une fine sil­houette, seule en scène, Ella s’avance len­te­ment vers la lumière pour pren­dre la parole. Dans un labo­ra­toire d’ana­lyse. Elle apprend qu’elle est enceinte, en 2008. Elle s’en dou­tait mais elle s’effon­dre et perd connais­sance. Le choc est brutal. À son réveil, elle est trans­por­tée en 1928, le méde­cin cher­che à com­pren­dre. C’est le début d’un long voyage au plus pro­fond de son inti­mité, dans sa propre généa­lo­gie. Un seul corps, une seule bouche, sont Focus-femmes-aux-Metallos-Les

Un sémi­naire inter­na­tio­nal a réuni une soixan­taine d’inter­ve­nants ukrai­niens et de toute l’UE à Tatariv, dans les Carpathes, en vue d’élaborer un projet Europe créa­tive. Il nous semble inté­res­sant de rela­ter ici com­ment nais­sent les pré­mi­ces d’une telle coo­pé­ra­tion.


Certains textes ne se lais­sent lire sans une voix silen­cieuse susur­rée dans nos têtes. Elle résonne et ampli­fie l’émotion portée par les mots. Tel est, pour moi, le cas des œuvres lit­té­rai­res réu­nies par Alexandre Doublet dans Dire la Vie.