Médias français : Quand l’image de la Tunisie chancelle entre le (...)

PARTAGER CET ARTICLE ► 
|  Article suivant →
Archipels #2 est enfin là !
Bienvenue aux insatiables !



L’Insatiable est un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs sur les relations entre l’art et la société. Notre travail consiste à faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque pour mettre en valeur des actions essentielles, explorer des terres méconnues et réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.

Faire un don

< Archives

Médias français : Quand l’image de la Tunisie chancelle entre le terrorisme et les seins de Amina.

Les médias français et la Tunisie
PARTAGER ►

par Leïla Toubel

Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable



Voilà un an, ou presque, la chaîne française F2 a diffusé un documentaire sur la Tunisie. On y voyait une Tunisie couverte de noir et noyée dans le sang, une Tunisie à genoux gisant sous l’emprise du terrorisme. Le tableau n’était pas seulement morose, il renvoyait vers une Tunisie agonisante, désespérée, une Tunisie ou le petit chaperon rouge s’offre de son propre gré au loup et lui dit : Monsieur le loup, prenez mes fleurs et mes fruits, ma grand-mère et mes copines, mes frères et sœurs et mes voisines, prenez le soleil et le printemps, prenez ma vie et ma patrie.

Il y’a un an ou presque, les manifestants étaient dans la rue pour revendiquer une constitution démocratique et progressiste, le départ d’Ennahdha, la vérité sur l’assassinat de Chokri Belaid , la baisse des prix, mais aussi, les manifestants, avec comme unique arme leur corps couverts du drapeau national, faisaient barrage à la montée du terrorisme. Nous étions des milliers à crier : nous n’avons pas peur de mourir. Mais il s’avère qu’un peuple qui se bat ne fait pas de l’audience, ça n’intéresse personne et on risque de zapper quand on voit à la télé des citoyennes et des citoyens qui inventent et réinventent toutes les formes de lutte pour que leur pays reste debout.


Je me serai passée de revenir sur ce documentaire si je n’avais pas vu la vidéo de « L’émission pour tous » de Laurent Ruquier avec parmi ses invités Amina. Il parait qu’on peut faire du buzz avec une tunisienne qui se met à poils et qui se fait écrire – par je ne sais qui et avec quel argent – un livre qui s’intitule : « Mon corps m’appartient ». Il parait qu’on peut faire du buzz quand on montre que dans le pays des terroristes émerge « une fleur » insoumise qui ne sait pas trop comment le dire, mais que même son balbutiement fait le buzz.

Alors vous, chers artistes, chers intellectuels, chers militants, chers citoyennes et citoyens qui avez quelque chose de différent à dire sur votre pays, qui avez une autre image à véhiculer, vous êtes trop sérieux et trop guindés pour passer à la télé. Ne changez surtout pas pour être dans un média français, le marketing est une affaire de quelques minutes de télé, et vous êtes ce que vous êtes pour la vie.

Leila Toubel est auteur, metteur en scène et comédienne, co-directrice avec Ezzedine Gannoun du Théâtre El Hamra de Tunis.


fake lien pour chrome



Partager cet article /  


<< ARTICLE PRÉCÉDENT
Cher Jack Ralite
ARTICLE SUIVANT >>
Tentative d’explication sur Rodrigo Ramis et le(...)





Réagissez, complétez cette info :
Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces


Brèves

Chaque année depuis 2016, les équipes de L’Insatiable en France et Culture&Démocratie en Belgique, aguer­ries à l’explo­ra­tion des pra­ti­ques artis­ti­ques en lien avec les ques­tions de société, pro­dui­sent, avec la col­la­bo­ra­tion de par­te­nai­res d’autres pays, un numéro de la revue Archipels autour de la ren­contre des cultu­res.


« Où l’art se fera-t-il ? » Les 10, 16 et 17 décem­bre, au B’Honneur des Arts, salle de la Légion d’hon­neur à Saint-Denis.


Du 30 novem­bre au 3 décem­bre 2017
Vernissage jeudi 30 novem­bre de 18h à 22h.L’ hybri­da­tion est à la mode. En art, la pra­ti­que n’est pas nou­velle, mais à l’ère des images de syn­thè­ses, des OGM et des pro­thè­ses bio­ni­ques que peu­vent les artis­tes aujourd’hui ?


L’infor­ma­tion ne devrait pas être une mar­chan­dise, mais elle est de plus en plus sous la coupe des pou­voirs finan­ciers et indus­triels. Pour faire vivre une presse libre, jour­na­lis­tes et citoyen•­ne•s doi­vent inven­ter d’autres modè­les économiques, émancipés de la publi­cité et des action­nai­res.


Le Festival Opération Quartiers Populaires (OQP) orga­nisé par la com­pa­gnie Mémoires Vives se tien­dra au Théâtre de l’œuvre dans le quar­tier de Belsunce à Marseille du 23 octo­bre au 3 novem­bre 2017