Bienvenue aux insatiables !



L’Insatiable est un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs sur les relations entre l’art et la société. Notre travail consiste à faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque pour mettre en valeur des actions essentielles, explorer des terres méconnues et réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.

Faire un don

< Brèves

La marionnette allemande à l’honneur au Mouffetard

par L’Insatiable
Sous thématique(s) : Musique , marionnettes
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable


Le Mouffetard, Théâtre des arts de la marionnette, se prépare pour la saison prochaine et se tourne résolument vers l’international. La deuxième édition de Figuren Focus sera dédiée à la marionnette allemande du 7 octobre au 2 décembre.

Le Figuren Theater, le théâtre d’animation allemand, a beaucoup de succès. Preuve en est la dizaine de festivals internationaux dédiés à cet art outre-Rhin.
C’est la raison pour laquelle le Mouffetard - Théâtre des arts de la marionnette a choisi de consacrer un deuxième événement, une deuxième édition de Figuren Focus, à la marionnette allemande, après celui de 2009.

En partenariat avec le Gœthe-Institut, le Mouffetard programme quatre spectacles venus d’Allemagne à partir du 7 octobre. La grande artiste du mouvement et du geste du Theater Meschugge Ilka Schönbein, propose Sinon je te mange, une histoire inspiré du conte des Frères Grimm Le loup et les sept chevreaux. Les mésaventures de la chèvre se mêlent à celles de la femme alors que leurs corps se confondent, le tout sur des airs de musique klezmer et de chants yiddish.

Susi Claus, Jonas Knecht et Lutz Großmann se sont rencontrés pendant leur études à l’École supérieur d’arts du spectacle Ernst Bush à Berlin. Ensemble ils proposent une nouvelle version du célèbre personnage Kasper dans leur création Grete L. et son K.. Cette satire sociale se jouera les 17 et 18 octobre au Gœthe-Institut : un spectacle hilarant et des marionnettes à gaine saisissantes.

Michaël Vogel et Charlotte Wilde allie leur art respectif pour Krabat, un conte fantastique pour masques et marionnettes. La musicienne et son complice se sont inspirés de l’œuvre de l’écrivain Otfried Preussler. Acteurs marionnettistes et paysages sonores composés en direct entraînent le public dans l’histoire d’un jeune orphelin, qui aborde des questions comme l’amitié et le choix entre pouvoir et liberté, les 4 et 5 novembre au Mouffetard.

Enfin, Uta Gebert et la Numen Company présenteront leur dernière création Manto du 26 au 30 novembre au Mouffetard. Un théâtre fantasmagorique, une atmosphère envoûtante, un univers mystique : les marionnettes à taille humaine se passent de parole et naviguent au confluent des sensations et sentiments.

Une projection et une rencontre autour de l’œuvre du grand marionnettiste à fils Frank Soehnle aura lieu mardi 2 décembre en présence de Manuelle Blanc, réalisatrice du documentaire Frank Soehnle, filiation poétique pour clôturer cette deuxième édition de Figuren Focus.

Pour en savoir plus : <popup|texte=ici|titre=Mouffetard|lien=http://www.lemouffetard.com/>.

Le Mouffetard - Théâtre des arts de la marionnette
73 rue Mouffetard
75005 Paris

Gœthe - Institut
17 avenue d’Iéna
75116 Paris

GIF - 32.3 ko





Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces


Articles

Difficile de ne pas être attiré par un artiste qui tra­vaille sur un sujet qui cham­boule notre société et nos esprits comme celui des migrants. C’est une évidence pour moi d’aller décou­vrir au col­lec­tif 12 de Mantes la jolie, la créa­tion de Rachid Akbal. Mais la ques­tion du fond et de la forme va vite se poser…


Sur la scène noire, des bulles de savon s’échappent d’une sorte d’aile-para­vent.
Les enfants s’ins­tal­lent et obser­vent cal­me­ment. Quand tous sont assis, le spec­ta­cle com­mence. Une voix : « Tu as 1 jour, 1 an, 100 ans, 1000 ans, 15 mil­lions d’années…
Que nous réserve la suite ?


Après Elbeuf et Arras, et avant de nom­breu­ses dates dans le reste du pays, Le Galactik Ensemble pré­sente son pre­mier spec­ta­cle col­lec­tif, « Optraken », au Théâtre Le Monfort à Paris jusqu’au 25 novem­bre 2017.


Jack Ralite qui vient de nous quit­ter au terme d’une vie vrai­ment bien rem­plie, a été pour nous un allié de très grande qua­lité dans ce combat qui nous a été (et nous est) commun pour la reconnais­sance de l’impor­tance de l’art et de la culture dans notre société.


Samedi soir, 10e arron­dis­se­ment, inter­phone W, 19h50. Je sonne.
L’expé­rience du soir se jouera au der­nier étage d’un duplex, dans un séjour-cui­sine de 40 mètres carré, plutôt « arty ». Une tren­taine de per­son­nes sont pré­sen­tes, qui chu­cho­tent par petits grou­pes sur des stra­pon­tins pré-fabri­qués, pen­dant que d’autres, encore debout, se saluent sur une musi­que d’ambiance.